.
-

Les Maires du palais

Les Maires du palais, Majores domus regiae, palatii gubernatores ou praefecti, étaient des officiers de la maison des rois de France de la dynastie mérovingienne, d'abord simples intendants du palais, s'insinuèrent insensiblement dans l'administration du royaume et dans le commandement des armées. 

Dès 575, Gogon, maire d'Austrasie, fut chargé du gouvernement du pays. Rhadon et Warnachaire, Maires du Palais d'Austrasie et de Bourgogne, obtinrent de Clotaire II, à qui ils avaient livré ces royaumes en 613, l'inamovibilité de leur charge. 

En Austrasie, berceau de la féodalité, cette charge ne tarda pas à devenir élective, et les Maires du palais ne furent plus nommés par le roi, mais choisis par les grands. Dès 677, il n'y eut plus de rois, et le gouvernement appartint tout entier aux maires sous le titre de ducs ou princes des Francs. 

Après la mort de Dagobert, en 638, date de la décadence de l'autorité royale, la puissance des Maires s'accrut considérablement dans toute la monarchie des Francs, et devint même héréditaire. On remarque notamment Erchinoald, Ebroïn, Saint Léger, Pépin d'Héristal, qui ajoutèrent de plus en plus au pouvoir des maires.

Après le triomphe de Pépin d'Héristal sur les Neustriens à Testry, 687, la mairie devint héréditaire. Grimoald, fils de Pépin d'Héristal succéda comme maire d'Austrasie à son père, mort en 639. Maîtres absolus du gouvernement, les Maires du palais ne laissèrent plus aux faibles héritiers de Clovis que le vain titre de roi. Sous les glorieux descendants de Pépin, maires héréditaires d'Austrasie, ce royaume acquit, sur ceux de Neustrie et de Bourgogne, une prépondérance qui fraya à la famille dont elle était l'oeuvre la voie au trône. 

Pépin le Bref, maire des trois royaumes, qu'il gouvernait, comme son père, Charles-Martel, les avait gouvernés, avec le titre de duc des Français. Dux Francorum, se fit proclamer roi, avec l'approbation du pape saint Zacharie, dit Eginhard, dans une assemblée tenue à Soissons en 752, et Childéric III, dernier rejeton de la dynastie mérovingienne, fut enfermé dans un monastère.

La charge de maire du palais eut peu d'importance sous la dynastie carolingienne; elle fut définitivement abolie sous Hugues Capet.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.