.
-

Gustave III. - Roi de Suède, né en 1746, succéda à son père Adolphe Frédéric en 1771. Sans employer la violence, il sut faire accepter par les Etats, en 1772, une constitution nouvelle qui rendait à la couronne son ancienne autorité, dont la noblesse et le sénat l'avaient dépouillée depuis Charles XII. En 1788 éclata une guerre avec la Russie, qui soutenait l'opposition de la noblesse : la flotte suédoise fut d'abord battue à Hogland et, pour comble de malheur, le Danemark se ligua avec la Russie contre la Suède, et envoya une armée assiéger Göteborg. Cependant, grâce à la médiation de l'Angleterre, de la Prusse et de la Hollande, Gustave força le Danemark à signer un traité de neutralité, puis, reprenant la guerre avec la Russie, il remporta sur elle une victoire navale dans le détroit de Suensksund, et l'amena à signer la paix à Varela (14 août 1790). La même année, il força la diète d'accepter l'acte d'union et de sûreté, qui investissait le roi du droit de paix et de guerre. Mais dès lors sa perte fut jurée par la noblesse : une conspiration, à la tête de laquelle était le comte de Horn, s'ourdit contre lui, et, dans la nuit du 15 au 16 mars 1792, au bal masqué de la cour, un noble suédois, Anckarstroem, tira sur lui à bout portant un coup de pistolet Gustave survécut 14 jours à sa blessure. Ce prince fonda l'Académie de Stockholm (1786), et enrichit le musée de cette ville de collections précieuses. On a de lui des Discours, des Lettres et des Pièces dramatiques, traduits en français, par Dechaux, Paris, 1803, 5 vol. in-8, et des Mémoires, Hambourg, 1843-1846.
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.