.
-

Balbin

Balbin, D. Caelius (et non Clodius) Balbinus, empereur romain en 238 pendant trois mois; il était né avant 178, puisqu'il avait 60 ans passés quand il fut assassiné en 238. Il disait se rattacher à la vieille famille de L. Cornelius Balbus le Gaditain, l'ami de Pompée et de César. Balbus s'était honoré lui-même par les nombreuses fonctions qu'il avait exercées dans la carrière civile; il avait été deux fois consul, la seconde en 213 avec Caracalla pour collègue, et probablement aussi en 213 préfet de la Ville. Il avait gouverné, comme fonctionnaire civil, un nombre considérable de provinces, l'Asie, l'Afrique, la Bithynie, la Galatie et le Pont, les Thraces, les Gaules; quelquefois il avait été chargé d'opérations militaires; mais s'était fait connaître surtout comme administrateur. 

Bel homme, riche, viveur élégant, poète distingué de son époque, orateur éloquent, cher au peuple, agréable même au Sénat, il partit désigné par ses qualités extérieures et par son passé d'administrateur pour occuper au nom du Sénat une des deux places d'empereur que ce corps avait eu l'idée de créer en 238. Maximin ayant fait tuer les deux Gordiens (Gordien I et Gordien II)  et marchant Rome avec une armée, le Sénat sous le coup de la terreur se réunit le 7 des ides de juillet 991 de Rome (9 juillet 238) dans le temple de la Concorde et imagina, comme remède à l'anarchie, de nommer deux empereurs : l'un, empereur civil; resterait à Rome; l'autre, empereur militaire, marcherait contre Maximin. Balbin fut le premier, Maxime Pupien fut le second. Les deux empereurs, l'empereur de la paix et l'empereur de la guerre, tous deux égaux en dignité, prirent tous deux le titre de Grand Pontife, qui n'avait jamais été partagé; ils firent voter par le Sénat pour les deux Gordiens les honneurs de l'apothéose. Ils furent obligés par le peuple de donner le titre de César à un enfant de quatorze ans, Gordien III, petit-fils de Gordien ler
-

Balbin.
Balbin, d'après un bronze du
Musée du Vatican.

Maxime Pupien parti contre Maximin, Balbin reste seul à Rome; son manque d'énergie ne peut triompher d'une terrible émeute, véritable guerre entre les prétoriens et la population civile, au milieu de laquelle, une grande partie de Rome fut incendiée et les rues jonchées de cadavres. Lui-même fut accueilli à coups de pierres et de bâtons; pour assurer l'ordre il en est réduit à multiplier des édits impuissants. Pendant ce temps Maximin avait été égorgé sous les murs d'Aquilée; Pupien revint donc à Rome, où Balbin et le Sénat le reçurent avec de grandes démonstrations de joie. Les deux empereurs régnèrent pendant quelque temps en bonne intelligence, puis ils en vinrent à se défier l'un de l'autre. 

De leur côté, les soldats ne cherchaient qu'une occasion de se défaire de deux empereurs qui n'étaient pas les élus de l'armée, mais les élus du Sénat. Ils profitèrent d'un jour de fête pour se porter au palais impérial, moins bien gardé ce jour-là; Pupien, le premier, voit le danger; il fait demander à Balbin, qui était dans une autre partie du palais avec la garde germaine, de venir à son secours. Balbin craint un guet-apens de son collègue et refuse. Mais les soldats forcent les portes, s'emparent des deux empereurs, leur arrachent les insignes impériaux et les emmènent avec eux à leur camp. La garde germaine accourt alors pour défendre les deux princes; dès que les émeutiers s'en aperçoivent, ils massacrent leurs prisonniers et les cadavres de Balbin et de Pupien restent. au milieu du chemin (238). Le règne des deux empereurs n'avait guère duré plus de trois mois. On montrait encore à la fin du IIIe siècle la maison de Balbin dans le quartier des Carènes; elle était toujours habitée par des membres de sa famille. (G. L: G.).
-


Monnaie en argent (denier) de Balbin.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.