.
-

Concordia

Concordia ou la Concorde est l’une des divinités allégoriques des Romains. La bonne entente entre les citoyens, surtout entre les deux ordres de I' État, si souvent divisés, devait être une déesse assez populaire à Rome. A diverses reprises, quand, après de longues discussions les patriciens et les plébéiens se sont réconciliés, on fonde à Rome un temple à la Concorde.

Camille en donna, le premier, l'exemple en 367 av. J.-C., après les discordes élevées par les lois liciniennes. Fort probablement ce temple se trouvait derrière l'arc de Septime Sévère, là où l'on voit maintenant encore une ruine de la Concorde. Après de nouvelles dissensions, l'édile Q. Flavius bâtit une autre chapelle à la Concorde sur l'Area Vulcani. Puis le consul Opimius, le triste vainqueur du plus jeune des Gracques, bâtit en 124, sur l'ordre du sénat, un troisième temple à la Concorde. Enfin, il y avait dans la citadelle (Arx) un quatrième temple de cette déesse, bâti au début de la seconde guerre punique, à l'occasion d'une sédition militaire heureusement comprimée. Ce dernier édifice avait été fondé le 5 février, celui de Camille le 16 janvier. 

On adorait aussi la Concorde à la fête de famille des Caristia en février; le 1er avril, jour de Vénus et de la Fortune virile, les femmes l'invoquaient pour qu'elle maintint la bonne entente entre elles et leurs maris. On lui adressait aussi des prières le 30 mars, à côté de Pax, de Vénus et de Salus. Cette déesse prit naturellement sous l'empire un tout autre caractère : elle reçut le nom d'Augusta et fut subordonnée aux intérêts de l'empereur et de la famille impériale. Ainsi Livie, la première impératrice, fonda un nouveau temple de la Concorde dont la fête fut le 11 juin, et restaura le temple de Camille en donnant à la Concorde qui y était adorée le surnom d'Augusta. Tibère l'inaugura sous cette nouvelle forme le 16 janvier de l'an 10 ap. J.-C. 

Plus tard, la Concorde est souvent le symbole de l'union qui règne dans la famille impériale, représentée sur les monnaies des Antonins. Quand les deux fils de Septime Sévère, Caracalla et Géta, montèrent ensemble sur le trône, la Concorde détruisit elle-même le sacrifice qu'ils lui offraient, présage certain des malheurs qui devaient suivre. La Concorde était aussi fort adorée hors de Rome, toujours comme présidant à la bonne entente des différents ordres, ou bien encore à l'alliance de deux villes différentes. (L. Preller).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.