.
-

Laurier. - Arbre consacré à Apollon, soit parce que Daphné, qu'il avait aimée, fut changée en laurier, soit parce que les feuilles de cet arbre servaient à tirer des présages. Le trépied d'Apollon était primitivement fait de bois de laurier, ou c'était près d'un laurier tenant au sol par trois racines qu'on rendait les oracles. La Pythie, les devins de toute sorte, ceux qui consultaient les dieux sur l'avenir ou qui faisaient des expiations, portaient du laurier. On en brûlait dans les temps où l'encens n'était pas encore connu. On se servait du laurier dans les enchantements, et de ses feuilles on composait des guirlandes pour orner la tête des victimes. Non seulement Apollon, mais Esculape, Vulcain, Hercule, Vesta, Janus, les dieux Pénates furent représentés couronnés de laurier.

Lorsque le feu des Vestales était éteint, on le rallumait en frottant vivement deux morceaux de bois de laurier l'un contre l'autre. Dans presque toutes les solennités publiques, les Romains décoraient leurs portes de lauriers. On mettait du laurier la nuit sous l'oreiller, pour avoir des rêves heureux. Souvent les soldats en prenaient pour marcher au combat, en paraient leurs armes dans les cérémonies du triomphe, et il devint un symbole de victoire : de là l'expression de litterae laureatae (lettres laurées) pour désigner des lettres qui annonçaient de bonnes nouvelles. Enfin les poètes se couronnaient souvent de laurier pour réciter leurs vers, et le laurier était aussi le prix qu'on leur donnait, ainsi qu'aux autres vainqueurs, dans les jeux publics. (B.).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.