.
-

Les Arimaspes

Les Arimaspes étaient, dans la mythologie grecque, un peuple d'êtres représentés, à l'image des Cyclopes, comme n'ayant qu'un oeil et disputant sans cesse aux griffons les richesses métalliques du fleuve Arimaspius, confiées à la garde de ces monstres. Ils habitaient au delà du Caucase et du Pont-Euxin

Pour qui voudrait s'en tenir à des explications strictement historiques, ces indications géographiques mèneraient droit à l'Oural, si riche en mines précieuses, notamment en platine et en or, d'autres même disent à l'Altaï, dont le nom (Altaï en mongol  Altoun en mandchou veut dire or), et dont le versant septentrional présente encore les vestiges de fouilles anciennes. 

En effet , il est hors de doute que, dès une époque très reculée, plusieurs de ces mines étaient eu pleine exploilation. Mais il est tout simple que ni les mineurs , ni les trafiquants auxquels ils livraient les fruits de leurs fouilles, n'aient été indiquer le gisement de l'or aux peuples étrangers, dont leur jalousie aurait redouté la concurrence. De là, peut -être en grande partie, des légendes qu'au reste beaucoup d'entre eux étaient les premieers à croire; de là, les dragons, les griffons, les fourmis gigantesques qui veillaient sur les trésors cachés. 

Quant à l'oeil unique, il est possible qu'il fasse allusion au flambeau que le mineur porte fixé au-dessus de la tête, pour s'éclairer dans les sombres profondeurs des galeries souterraines. 

Dans ce cas c'est à juste titre qu'on regarderait Aristée de Proconèse comme ayant le premier importé ces légendes en Grèce. Mais, indubitablement, elles eurent cours dans cette contrée longtemps avant cet écrivain. Elles résultaient d'un mélange de contes de voyageurs (lui-mêmee avait été jusque chez les Issédons) et de quelques notions iconographiques semblables à celles des cultes bactres et persans. 

L'Arimaspomachie se reproduit dans la guerre des Nifloungs, gardiens de l'or chez les Scandinaves. Le rapt de l'or est le fait fondamental de l'épopée germanique, comme le rapt d'une femme est le fait fondamental de l'épopée des Hellènes. (M.).

.


Dictionnaire Religions, mythes, symboles
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2015. - Reproduction interdite.