.
-

Clichy ou Clichy-la-Garenne. - Ville du département des Hauts-de-Seine, sur la rive droite de la Seine, en face d'Asnières, limitrophe de Paris (Petite couronne); 50 250 habitants (2006). Clichy fut jadis une résidence royale, et il peut se prévaloir d'une origine fort ancienne. En effet, selon les étymologistes, son nom vient du mot celte clipp, traduit plus tard en latin par clippiacum, qui veut dire clapier. Le mot Garenne, ajouté depuis des siècles à celui de Clichy, tendrait à confirmer cette étymologie. Du reste, sous les premiers rois de France, on ne chassait pas seulement le lapin à Clichy : la forêt de Rouvray, qui couvrait toute cette plaine et même les hauteurs de Batignolles et de Montmartre, abondait en cerfs, en daims, en sangliers, en boeufs sauvages.

Clichy dut de bonne heure une certaine importance, d'abord à l'étendue de son territoire, qui touchait d'un côté aux portes de Saint-Denis, de l'autre aux terrains occupés aujourd'hui par la rue Saint-Lazare à Paris, ensuite à la villa qu'y possédèrent les rois Mérovingiens (qui était peut-être dans ce qui est devenu par la suite le territoire de Saint-Ouen) appelée alors Clippiacum. De tous les monarques de cette dynastie, Dagobert est celui qui a laissé le plus de souvenirs dans l'histoire de Clichy. Il y répudia sa première femme, Gomatrude, pour y épouser Nantichilde. Depuis, Clichy vit se tenir plusieurs conciles et des assemblées importantes. Toutefois, les rois de France avaient, à ce qu'il paraît, abandonné cette résidence dès le IXe siècle, époque à laquelle leur domaine devint la propriété de l'abbaye de Saint-Denis.

Conciles de Clichy (Clippiacensia concilia). - 627, concile mixte, c.-à-d. composé d'évêques et de laïques, convoqué par Clotaire II. Cette assemblée, dont les actes sont perdus, s'occupa de la paix publique et de la discipline ecclésiastique. - 633, concile mixte convoqué par Dagobert; il traita des fugitifs et du droit d'asile de l'église de Saint-Denis. - 636, ce concile établit saint Agile abbé du monastère de Rebais, récemment fondé par saint Eloi. - 653, adoption et souscription par Clovis II, par Béroalde, référendaire de ce roi, et par vingt-quatre évêques, d'un acte confirmatif des privilèges de l'abbaye de Saint-Denis. La date de ce concile est contestée; quelques auteurs la placent en 659, d'autres en 669. (E.-H. V.).
En 1612, Saint-Vincent de Paul fut nommé curé de Clichy. Il avait préféré cette cure à une riche abbaye. Il fit rebâtir l'église actuelle en 1630. Cet édifice, qui n'offre aucun intérêt au point de vue de l'art, et qui, d'ailleurs, a dû être en partie reconstruit, possède quelques reliques de ce saint. Pendant la Révolution, un club royaliste tint ses séances à Clichy, sous la présidence d'un ex-conventionnel, Henri Larivière. Les membres de ce club, auxquels l'histoire a conservé la désignation de Clichiens, se dispersèrent après le 18 fructidor. Plusieurs furent déportés. A partir du XIXe siècle, cette ville a vu sans cesse augmenter le chiffre de sa population, presque exclusivement industrielle et ouvrière.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.