.
-

Briançon
Briançon, Brigantiaou Brigantiurn, est une ville de France, dans le département des Hautes-Alpes, à 90 kilomètres au Nord-Est de Gap, sur un plateau qui domine le confluent de la Durance et de la Guisanne. Briançon est élevée de 1572 m au-dessus du niveau de la mer. Population : 12,000 habitants.

Du point de vue géologique, Briançon fait partie du bassin houiller dit de Maurienne, Tarentaise et Briançon. 

Histoire.
Dès l'Antiquité il existait une station en cet endroit, de nombreuses inscriptions en font foi. On la trouve mentionnée sous le nom de Brigantium, dans les anciens itinéraires, elle est citée par Strabon, Ptolémée et d'autres auteurs. De nombreux vestiges romains ont été trouvés à Briançon, notamment sur la route du mont Genèvre au lieu dit la porte des Romains. C'était alors en effet un lieu d'étape et de garnison important sur la route qui de Milan conduisait à Lyon ou à Arles (via Domitia) par le col du mont Genèvre. 

Après la chute de l'Empire romain, Briançon devint le chef-lieu du pagus Briantinus. Acquise au XIe siècle par le comte d'Albon, dauphin de Viennois, la ville suivit depuis lors les destinées du Dauphiné. Elle fut la capitale de la principauté de Briançonnais, le
d'une châtellenie et d'un bailliage. 

Comprise en 1447, lors de la réorganisation administrative du Dauphiné, dans le bailliage des montagnes, elle fut au point de vue judiciaire le chef-lieu d'un vibailliage. Cette organisation persista jusqu'à la Révolution

Plusieurs fois saccagée et incendiée pendant les Guerres de religion, Briançon résista victorieusement en 1703 et en 1710 aux attaques des Piémontais. Assiégée par les alliés en 1815, elle soutint sans se rendre, bien que dépourvue de garnison, trois mois de blocus.

Monuments.
Briançon, longtemps place de guerre de première classe, a gardé en grande partie ses anciennes fortifications (ville haute), qui datent en partie du XVIIIe siècle, ont été complétées au XIXe siècle par des travaux de défense extérieurs. Elle est entourée d'une triple enceinte de murailles et dominée par de nombreux forts dont les feux se croisent. 

Nous nommerons le fort du Château, qui couronne le mamelon de la ville, sous lequel on a creusé en 1874 de vastes poudrières. Les forts étagés sur les flancs de l'Infernet, montagne de 2380 m d'altitude, sur la rive opposée de la Durance, traversée par un pont construit en 1734, haut de 56 m et dont l'arche unique a 40 m d'ouverture; le fort des Trois-Têtes, le fort de Randouillet, le fort d'Anjou et la lunette du Point-du-Jour; enfin les forts plus récents de Croix-de-Bretagne et de Gondran.

La ville, très escarpée, possède peu de monuments; citons l'ancien temple protestant élevé en 1575 et devenir une habitation particulière, l'église de style italien, l'hôpital militaire, les casernes et les fontaines. Le faubourg Sainte-Catherine, au pied du plateau. (GE).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2016. - Reproduction interdite.