.
-

Les langues > Iangues austriques > langues polynésiennes
La langue hawaienne
Le hawaïen, parlé dans les îles Hawaii, appartient au groupe marquésan des langues polynésienne (les langues austriques). C'est une langue douce et harmonieuse, qui se rapproche du malais pour les formes radicales; tandis que, pour la prononciation, elle a le plus grand rapport avec... l'italienne. Ayant avec les autres langues polynésiennes une telle conformité de mots, de construction et de grammaire, qu'un système commun d'écriture et d'orthographe peut leur être appliqué, elle diffère pourtant de la langue tahitienne, en ce qu'elle est mieux articulé, et les langues néo-zélandaises, en ce qu'elle a moins de notes gutturales. Toutes les syllabes, tous les mots, par conséquent, sont terminés par des voyelles. La plupart de ces mots sont dissyllabiques, quelques-uns seulement trissyllabiques, à l'exception cependant des mots composés.

Jusqu'en 1822, l'écriture était inconnue à Hawaii, ainsi que dans les autres îles de la Polynésie. Cependant, le missionnaire Ellis cite des caractères tracés sur la lave, et qui avaient le plus grand rapport avec les hiéroglyphes mexicains et péruviens. Ces signes semblent figurer quelque circonstance d'un voyage. Un demi-cercle avec un point au milieu pouvait indiquer qu'un homme avait fait la moitié du tour de l'île; un cercle entier avec le point au centre marquait qu'il l'avait fait en entier. Enfin, plusieurs cercles superposés indiquaient peut-être autant de voyageurs étrangers qu'il y avait de lignes ou de points.

Dans le système grammatical adopté par les missionnaires américains, dix-sept lettres, cinq voyelles, a, e, i , o, u, et douze consonnes, b, d, h, k , l, m, n, p, r, t, v, w, suffisent pour exprimer tous les sons de la langue d'Hawaii.

Ce fut, comme nous l'avons indiqué, en 1822 que fut imprimé le premier livre hawaien. C'était un essai de grammaire où l'on suivait les principes déjà adoptés pour les langues de Tahiti et de la Nouvelle-Zélande. Assez vite, les progrès de l'imprimerie ont pris une extension telle que, dix ans après, en 1932 166000 exemplaires étaient sortis des presses en six mois. Les plus répandus parmi ces ouvrages étaient l'Histoire de la Bible, les Éléments d'arithmétique, le Pain quotidien, plusieurs livres tirés de l'Ancien Testament et du Nouveau, un Traité sur le mariage, des Questions de géographie, tous tirés et répandus en très grand nombre. Suivirent d'autres ouvrages sur l'histoire, la géographie, la grammaire, etc.

.


[Histoire culturelle][Grammaire][Littératures]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.