.
-

 
Calame
Calame (Calamus scriptorius). - L'usage de se servir pour écrire d'un roseau taillé trempé dans l'encre remonte à une antiquité fort reculée. On le voit entre les mains des scribes, figurés si souvent dans les monuments de l'Egypte ancienne. C'est à l'Egypte que les Grecs et les Romains l'empruntèrent, et longtemps ils continuèrent à se servir des roseaux du Nil. Dat chartis habiles calamos Memphitica tellus, dit Martial (Lib. XIV, ep. 34). 

On a trouvé à Herculanum, dans un papyrus, un calame taillé, qui est conservé au musée de Naples. L'usage du calame se perpétua assez longtemps au Moyen âge; c'est au VIIe siècle seulement que l'on rencontre la première mention de la plume (Isidore de Séville, Origines, VI, 14, 3) ; et il est probable qu'il persista tant que l'usage du papyrus ne fut pas tombé en désuétude. 

Il faut remarquer cependant que la plupart des évangélistes, dont on a de nombreuses représentations dans les manuscrits depuis le commencement du IXe siècle, ont en main la plume et non le calame. L'usage du calame s'est perpétué jusqu'au XIXe siècle dans tout l'Orient, et en particulier chez les Arabes. (A. G.).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2014. - Reproduction interdite.