.
-

Le Vésuve

Le Vésuve (ital. Monte Vesuvio, lat. Vesuvius) est un volcan de l'Italie méridionale, qui s'élève à 10 kilomètres au Sud-Est de Naples, sous la forme d'un grand cône isolé, à deux sommets reposant sur une base presque circulaire de 16 km de diamètre; il baigne d'un côté son pied dans la mer et de l'autre s'abaisse en pente douce vers les plaines de Campanie. Formé par la rencontre et la subduction des plaques tectoniques  eurasiatique et africaine, c'est le seul volcan encore en activité sur le continent européen. A la hauteur de 595 m une double cime se greffe sur le cône du volcan : le sommet Sud (1282 m) est le Vésuve proprement dit, formé d'un cône de cendres et de laves d'une inclinaison moyenne de 30°; le sommet Nord (1137 m) s'appelle Monte di Somma; il entoure le précédent en demi-cercle au Nord et à l'Est et en est séparé par une vallée de 500 m de large, en forme de faucille, l'Atrio del Cavallo; le sommet Nord est le reste de l'ancien cône de débris, antérieur à l'époque historique, cratère détruit par la grande éruption de 79 ap. J.-C. Le sommet du Vésuve a une altitude et une forme soumises à de sensibles variations selon les éruptions (en 1749 il n'avait que 1014 m, et en 1867 il s'élevait à 1296 m.); la dimension du cratère varie de même.
-
Le Vésuve et la baie de Naples.
Le Vésuve et la baie de Naples sur une ancienne photographie.

Le pied du Vésuve est habité par une très nombreuse population et couvert de vignobles, d'arbres fruitiers, de céréales, soigneusement entretenus: il produit le vin célèbre de « Lacryma Christi », et un bon vin de table dit « Vesuvio ». Entre ces parties cultivées s'étendent de profondes vallées infertiles recouvertes de débris et d'anciennes coulées de laves. La partie moyenne du Vésuve est stérile et ravagée par la lave, sauf en quelques places épargnées ou poussent des châtaigniers et des arbres fruitiers. Au pied du cône même, à 676 m de haut, est bâti, depuis 1814, l'Observatoire (observations de météorologie et de sismologie, bibliothèque et musée). Une route conduit de Regina à l'Observatoire, et dans le voisinage de celui-ci (à 800 m), le funiculaire du Vésuve, ouvert en 1880, qui permet d'arriver au bord du cratère. Les laves du Vésuve sont constituées par des leucotéphrites.

Dans l'Antiquité le Vésuve était considéré comme un volcan éteint formé d'un cône unique (la Somma). En l'an 79 de notre ère, une formidable éruption projeta en l'air le dôme de la Somma et ensevelit les trois villes de Pompéi, d'Herculanum et de Stabiae (le naturaliste Pline périt dans la catastrophe); depuis l'an 63, des tremblements de terre avaient annoncé l'éruption. 
-

Le Vésuve et Pompéi.
Les ruines de Pompéi, au pied du Vésuve.

Depuis lors, le Vésuve n'a pas cessé de manifester son activité, avec de courtes périodes de tranquillité. Les plus terribles éruptions sont celles de 203, 472, 512, 685, 982, 1036, 1139; après cette époque un long arrêt se produisit, et ce ne fut qu'en 1631 qu'une nouvelle et terrible éruption se renouvela, suivie d'autres en 4638, 1660, 1680, 1790. Pendant les petites éruptions le sommet du Vésuve s'élevait, tandis qu'il s'abaissait après les grandes. En 1794, une des plus puissantes éruptions du Vésuve détruisit la ville de Torre del Greco.

Au XIXe siècle, les principales furent celles des années 1804, 1810, 1822, 1828, 1831, 1834, 1839, 1850, 1855, 1856, 1857, 1858, 1868. Lors de celle qui eut lieu en 1872 (du 24 avril au 1er mai), 300 spectateurs imprudents de ce phénomène volcanique y périrent; le fleuve de lave descendit au Nord-Ouest, entre Massa et San Sebastiano, en les détruisant en partie : ce fut l'éruption la plus violente depuis celle de 1631
-

L'éruption du Vésuve en 1872.
Le Vésuve en éruption, le 26 avril 1872.

Au XXe siècle, le Vésuve a connu une longue période d'activité qui commence en avril 1906 et connaît un regain à partir de 1913, avec des éruptions plus importantes en 1926, 1929 et en  mars 1944. A cette dernière date, plusieurs villages sont détruits complètement ou en partie (Massa di Somma, San Sebastiano al Vesuvio, Ottaviano et  San Giorgio a Cremano), ainsi que, sur la base aérienne de Pompéi, plusieurs dizaines de  bombardiers de l'US Air Force. impliqués dans les combats de la Seconde Guerre mondiale (GE)..



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.