.
-

Salvien

Salvien (Salviansus) est un  écrivain ecclésiastique, né sans doute dans les environs de Trèves. Il vécut au Ve siècle. Après avoir reçu la meilleure éducation, comme son livre en fait foi, il épousa la fille de païens, convertit sa femme et ses beaux-parents; et, quoiqu'il eût une fille de son mariage, entra dans la vie religieuse : sa femme l'imita. Il se réfugia dans le Midi, vraisemblablement pour fuir les invasions, et fut prêtre à Marseille. Il mourut vers la fin du siècle. 

De ses deux ouvrages : Adversus Avaritiam et De Gubernatione Dei, tous deux dédiés à l'évêque Salonius, nous n'avons plus que le second, un des livres les plus remarquables du Ve siècle. Salvien lui-même l'avait divisé en huit livres : le septième et le huitième sont incomplets. 

C'est un ouvrage à thèse et une oeuvre morale. Salvien nous dit en effet qu'il écrit, non pour plaire à ses contemporains, mais pour les corriger; il se propose donc un but analogue à celui que visé Paul Orose, mais la thèse est différente. Les habitants de l'empire romain qui, pour employer l'expression de Salvien « est mort ou va mourir », se plaignent que la Providence les punisse au moment où ils sont devenus chrétiens. Salvien veut montrer que le châtiment est mérité (patimur quod meremur). Si les Romains sont vaincus, c'est que les Barbares valent mieux qu'eux. 

Les moeurs de tous les Romains, laïques ou ecclésiastiques, sont corrompues, idée qui entraîne un tableau satirique de la société romaine. L'organisation sociale ne vaut rien avec son esclavage et son oppression des faibles. Les barbares, eux, sont païens et hérétiques. Mais païens, ils ont l'excuse de ne pas connaître la vérité, et, cependant, ils valent bien les Romains. S'ils sont ariens, c'est que cette doctrine hérétique est la seule qu'ils connaissent; néanmoins, ils ont des vertus : l'amour de leur patrie, la haine du jeu, la chasteté.

L'ouvrage est donc intéressant en ce qu'il nous fait connaître la société romaine  au Ve siècle et les sentiments qu'inspirent les Barbares. Toutefois, il faut prendre garde aux exagérations de Salvien qui, pour les hyperboles, ne doit rien à Juvénal, sous l'influence de son caractère et de la thèse à prouver. La langue est assez pure pour l'époque, quoique déjà voisine du français par quelques tournures. (Henri Bornecque).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.