.
-

Abraham Lincoln

Lincoln (Abraham), seizième président des États-Unis, né dans le comté de Hardin (Kentucky) le 12 février 1809, assassiné à Washington le 15 avril 1865. Il descendait d'une famille de quakers de Virginie passés dans le Kentucky. Son père, Thomas Lincoln, marié en 1806 à Nancy Hanks, également Virginienne, passa en 1816 dans l'Indiana où sa femme (octobre 1818) mourut. Il se remaria à une veuve. Le jeune Abraham entretint les plus affectueuses relations avec sa belle-mère. Très vigoureux, il aida son père à exploiter la ferme et ne suivit l'école que pendant six mois. Il garda un goût très vif pour la lecture et se composa un cahier de morceaux choisis. Abraham Lincoln fut bientôt aussi réputé pour sa gaieté, son éloquence, contant des histoires ou prononçant des harangues, que pour sa force et son adresse. Il avait six pieds quatre pouces de haut. En 1828, il se rendit à la Nouvelle-Orléans avec une cargaison. En mars 1830, il passa avec sa famille dans l'Illinois où il se bâtit une maison au Nord du Sangamon, à 16 kilomètres à l'Ouest de Dekatur. Abraham Lincoln travailla chez des voisins et fit ses premiers discours en public. En 1831, il descendit de nouveau en radeau à la Nouvelle-Orléans : il le sauva d'un échouage en inventant un appareil; plus tard, en 1849, il devait prendre un brevet à ce sujet. 

C'est à ce voyage de 1831 que remonte l'horreur d'Abraham Lincoln pour l'esclavage. A son retour, il fut ensuite employé à New Salem. Après la banqueroute de son patron, il s'engagea dans une compagnie de volontaires pour la campagne contre Black Hawk (le Faucon noir). Il y fut élu capitaine (1832). Il  se présenta alors aux élections législatives dans l'Illinois, hésitant entre les whigs (Tories et Whigs) et Jackson ; il fut battu. Abraham Lincoln s'établit alors maître de poste à New Salem avec un associé nommé Berry (mai 1833-36). Celui-ci était un ivrogne qui leur fit faire faillite et ce ne fut qu'en 1849 que Lincoln acheva de payer les dettes contractées à cette occasion. Dans l'intervalle, il s'était adonné à l'étude des lois; en 1834, il avait été élu député à la législature de l'État, comme candidat whig. Abraham Lincoln ne cessa d'y siéger jusqu'en 1840, adoptant à partir de 1837 la profession d'avocat consultant à Springfield; il y acquit une grande réputation. Dans la législature de l'Illinois, il était devenu le chef des whigs et avait pour principal adversaire Stephen A. Douglas qu'il devait retrouver jusqu'au terme de sa carrière.

La maison natale d'Abraham Lincoln.
La maison natale d'Abraham Lincoln.

En 1846, Abraham Lincoln fut élu au congrès fédéral. Il fut l'adversaire résolu du président Polk, combattit la guerre contre la Mexique, sommant le président de déclarer en quel lieu se serait produite la prétendue violation de frontières. Il réclamait l'extension des droits de l'Union à l'encontre de ceux des États particuliers, soutenait avec acharnement les abolitionnistes, réclamant la suppression de l'esclavage dans le district fédéral (1849). Il fit campagne énergiquement pour les candidats whigs, se présenta vainement au Sénat (1849), refusa le poste de gouverneur de l'Oregon. Il fit une très brillante campagne électorale en 1855 et fut présenté par son État comme candidat à la vice-présidence de la république, mais non choisi. 
-
En 1858, Abraham Lincoln se porta à l'élection sénatoriale contre Stephen A. Douglas qui l'emporta. Le débat portait surtout sur l'admission du Kansas dans l'Union, comme État esclavagiste ou non esclavagiste. Cette campagne fut de la plus haute importance parce que Lincoln obligea son concurrent à se prononcer contre la décision Dred Scott, ce qui lui aliéna une partie des démocrates et ensuite, en divisant ce parti, décida de sa défaite à l'élection présidentielle. Pour l'élection sénatoriale, Abraham Lincoln eut la majorité (4 000 suffrages) des voix des électeurs du premier degré, mais la répartition des districts électoraux assura 8 voix de majorité à Douglas qui fut réélu. En 1859, il continua la lutte contre celui-ci dans l'Ohio, puis visita le Kansas, New York, la Nouvelle-Angleterre où il fut acclamé.

La Convention républicaine pour le choix d'un candidat présidentiel adopta pour plate-forme la négation de la légalité de l'esclavage (18 mai 1859); le lendemain elle choisit son candidat; la lutte fut circonscrite entre Abraham Lincoln et Seward, et le premier désigné au troisième tour de scrutin. Les démocrates avaient la majorité dans le pays, mais ils se divisèrent; les extrêmes sudistes portèrent Breckenridge, les nordistes plus modérés Douglas et le parti de l' "union constitutionnelle" Bell. 
Au vote du 6 novembre, Abraham Lincoln n'eut pas les deux cinquièmes des suffrages des électeurs du premier degré (1 866 452 voix contre 1 294 574 à Douglas, 850 082 à Breckenridge et 646 124 à Bell); mais le système électoral des États-Unis lui assura la majorité des électeurs du second degré; il eut toutes les voix des États du Nord, soit 180, contre 12 à Douglas, 72 à Breckenridge et 39 à Bell. 

La période qui précéda l'entrée en fonctions du nouveau président fut occupée par ses tentatives conciliatrices. Il s'efforçait d'éviter la sécession et la guerre, offrant des postes à plusieurs de ses plus distingués adversaires. Ils refusèrent. 
Abraham Lincoln faillit même être assassiné à Baltimore, quand il se rendit à Washington pour inaugurer son gouvernement (4 mars 1861). La guerre civile commença six semaines après. Lincoln y déploya une extrême énergie, une constance inébranlable. Dès le 15 avril, il appelait 75 000 volontaires; il déclara que l'abolition de l'esclavage serait le prix de la lutte. Cependant, en mai 1862, il essayait encore de faire admettre aux esclavagistes un système d'émancipation graduelle. Quelques mois après, il la proclamait immédiate dans tous les États en rébellion. 
-

Portrait d'Abraham Lincoln.
Abraham Lincoln.

Abraham Lincoln entra en conflit avec Mac Clellan dont il désapprouvait la temporisation et le destitua le 7 novembre 1862. La suspension de l'habeas corpus, prononcée le 3 mai 1864, lui attira de grosses difficultés, en particulier dans l'État de New York. Aux élections de 1864, la lutte fut très vive dans le Nord entre Lincoln, de nouveau candidat présidentiel, et Mac Clellan. Celui-ci n'eut que 1 802 237 voix contre 2 213 665 au président sortant, lequel réunit toutes les voix des États abolitionnistes, sauf celles du New Jersey, du Delaware et du Kentucky, soit 212 contre 21; neuf États sudistes ne prirent pas part à l'élection.

La seconde présidence d'Abraham Lincoln (4 mars 1865) fut très courte. Le 3 avril 1865, il fit son entrée triomphale à Richmond, la capitale des Confédérés; le 11 avril, deux jours après la capitulation de Lee, il lança un message, examinant un problème de la réorganisation (reconstruction) de l'Union. Le 14 avril au soir, il se rendit avec sa femme et deux amis au théâtre Ford, à Washington. On jouait Our  American Cousin. Un obscur acteur, J. Wilkes Booth, fanatique sudiste, entra dans sa loge par derrière et lui tira un coup de pistolet à la tête, puis bondit sur la scène s'écriant : 

« Sic semper tyrannis, le Sud est vengé. » 
Abraham Lincoln perdit connaissance et mourut le lendemain matin. A la même heure, le secrétaire d'État, Seward, était l'objet d'une tentative d'assassinat. On crut découvrir qu'il y avait eu un complot pour tuer à la fois tous les chefs du parti républicain; une commission militaire condamna huit personnes; quatre, dont une femme, furent exécutées, quatre envoyées aux travaux forcés. Des funérailles grandioses furent faites à Lincoln, dont le corps embaumé fut transporté à Springfield et enseveli au cimetière d'Oak Ridge le 4 mai 1865. On lui a élevé un monument à cette place (1874) et une statue à Washington (1876). 
-
Assassinat du président Lincoln.
L'assassinat du président Lincoln.

Abraham Lincoln demeure une des figures les plus remarquables de la démocratie américaine par son incorruptible honnêteté, sa modestie, son énergie grâce à laquelle ce pionnier s'éleva à la tête de la république; il alliait la bonne grâce et l'esprit à une netteté de jugement et une lucidité intellectuelle remarquables. II avait épousé le 4 novembre 1842 Mary Todd de Lexington. Leur fils, Robert, né en 1843, se distingua dans la guerre de la Sécession, fut avocat à Chicago, ministre de la guerre sous la présidence de Garfield (1881). (A.-M. B.).



Bernard Vincent, Abraham Lincoln : L'homme qui sauva les Etats-Unis, L'Archipel, 2009. - Abraham Lincoln occupe une place à part dans l'Histoire des États-Unis et dans la mémoire de ses citoyens. De la cabane en rondins de son enfance à son assassinat, l'ascension du "bûcheron devenu roi" est l'exemple même du rêve américain, au point d'être l'objet d'un véritable culte laïque. Tenu à l'écart des études, promis à une existence sans relief, cet autodidacte devenu avocat par son seul mérite se lance en politique à vingt-trois ans et sera élu à la Maison Blanche en 1860, à cinquante et un ans.

Il y accomplira l'impensable : remporter la victoire militaire contre les États du Sud, sauver l'Union fédérale du naufrage et proclamer l'abolition de l'esclavage, pratique indigne d'une nation formée pour "éclairer le monde". Acte de bravoure inouï, dont il eut le génie de penser qu'il accélérerait la réunification, au lieu de la freiner. Tant de courage vaudra à Lincoln d'être assassiné, le 14 avril 1865, quelques jours après la fin des hostilités. Mais, deux siècles après sa naissance, il demeure dans la mémoire américaine une figure mythologique, un père de la nation" au même titre que Washington.

Distinguant l'homme de sa légende, Bernard Vincent restitue cette épopée sans dissimuler les échecs politiques, les ambiguïtés philosophiques et les tourments personnels qui n'empêchèrent pas Lincoln d'aider son pays à surmonter l'une des périodes les plus sombres de son Histoire. (couv.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.