.
-

Krylov (Ivan Andréevitch), célèbre fabuliste né à Moscou le 2 février 1768, mort à Saint-Pétersbourg le 9 novembre 1844. Fils d'un pauvre officier, Krylov eut une jeunesse malheureuse; à douze ans la misère l'obligea d'entrer comme copiste chez un juge. En 1782, il se rendit à Pétersbourg. Passionné pour la lecture et le théâtre, il écrivit dès l'âge de quinze ans une sorte d'opéra, la Prophétesse de café; une librairie lui en donna 60 roubles qu'il employa à l'achat des oeuvres de Racine, de Molière et de Boileau; le commerce de ces écrivains lui inspira le goût des tragédies et des contes satiriques; il écrivit deux tragédies, Cléopâtreet Philomèle. Puis il quitta le service de l'État et fonda plusieurs journaux : la Poste des Esprits, le Mercure de Saint-Pétersbourg, où il publia des nouvelles, des poésies et des articles de critique. Il fit représenter des comédies : la Famille insensée, les Espiègles, l'Ecrivain dans l'antichambre.

Devenu secrétaire du prince Galitzine, il passa quelques années dans les domaines de ce dernier, à Saratov, où il peut à loisir observer la vie et les moeurs des paysans russes. En 1806, de retour à Moscou, il sa lia avec Dmitriev, qui l'engagea à traduire quelques fables de La Fontaine. Krylov était désormais lancé dans la voie qu'il devait illustrer. En 1808, il publia un premier recueil de vingt-trois fables; le succès fut immense : jusqu'en 1844, le nombre des exemplaires écoulés dépassa 70 000; honneurs et pensions plurent sur le poète : il fut nommé membre de l'Académie en 1811, attaché à la bibliothèque impériale en 1812, conseiller d'État en 1830, et il mourut après avoir assisté, à Saint Pétersbourg, à son apothéose.

Le nom de Krylov est aussi populaire en Russie que celui de La Fontaine l'est en France. Ses fables, par l'esprit vraiment national, l'humeur gaie, la bonhomie naturelle, la vérité des peintures et le charme du langage, ne peuvent être comparées qu'à celles de notre illustre poète; c'est un des livres les plus goûtés des Russes; il est pour les enfants le premier manuel de lecture, on l'apprend par coeur, et beaucoup de vers sont passés en proverbes. Krylov a suscité en Europe toute une littérature de traductions, d'imitations et de commentaires. La statue de Krylov a été placée dans le Jardin d'été à Saint-Pétersbourg. (M.).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.