.
-

Gournay

Gournay (Vincent de), économiste, né à Saint-Malo en 1712, mort en 1759, était fils d'un riche négociant. Il dirigea longtemps les opérations de son père à Cadix, et visita les principaux pays de l'Europe pour y étudier l'état du commerce. Il quitta les affaires en 1749, acheta, d'après le conseil de Maupas, une charge de conseiller au grand conseil, fut nommé deux ans après intendant du commerce, et parcourut à ce titre les provinces de France, signalant et combattant partout les abus. Gournay fut avec Quesnay le fondateur de l'école physiocratique; mais il diffère essentiellement de Quesnay, en ce qu'il ne plaçait pas toute la richesse dans la terre et reconnaissait que l'industrie crée une valeur réelle et ajoute beaucoup à la richesse nationale; grand partisan de la liberté commerciale, il proclama le premier cette fameuse maxime : Laissez faire, laissez passer. On n'a de lui qu'une trad. d'un Traité sur le commerce et l'intérêt de l'argent, de Josias Child (Paris, 1754, in-12).
Gournay (Mlle Marie de Jars de). - Femme célèbre par son esprit, née à Paris en 1566, morte en 1645. Ayant lu à l'âge de 18 ans les Essais de Montaigne, elle conçut pour l'auteur la plus vive admiration, s'en fit connaître, et lui inspira un si tendre attachement qu'il lui donna le titre de sa Fille d'alliance. Après la mort de Montaigne, elle donna deux éditions estimées des Essais, en 1594 et 1635. Elle aussi composé elle-même quelques écrits, parmi lesquels on remarque l'Égalité des hommes et des femmes et la Défense de la poésie et du langage des poètes (où elle défend la vieille langue des poètes français). Elle a traduit des morceaux de Virgile, de Tacite et de Salluste, 1623. Elle était recherchée des personnes les plus distinguées et reçut une pension du roi.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.