.
-

Encina (Juan de La). - Poète espagnol, né au village de la Encina (d'où lui vint son nom) en 1468 ou 1469, mort à Salamanque en 1534. Il étudia d'abord à Salamanque, quitta sa province pour habiter Madrid; à l'âge de vingt-cinq ans, il était attaché à D. Fadrique de Tolède, premier duc d'Albe. Plus tard, Encina s'établit à Rome, fut ordonné prêtre et nommé directeur de la musique, dans la chapelle de Léon X; il abandonna l'Italie (1519), visita Jérusalem en pèlerin, adora le Saint-Sépulcre, et ne retourna de ce pieux voyage qu'en 1524. 

Vers 1534, il obtint un prieuré dans le royaume de Léon, et alla résider à Salamanque. Six éditions de ses oeuvres (Cancionero de todas obras) et de son poème allégorique, Vision del Templo de la Fama y glorias de Castilla, parurent de 1496 à 1516. Mais la véritable originalité d'Encina, ce sont ses églogues dramatiques, sacrées ou profanes, au nombre de onze, dont les premières furent représentées l'année même de la prise de Grenade et de la découverte de l'Amérique (1492), comme le remarquent Rodrigo Mendez de Silva et Augustin de Rojas. Malgré la primitivité de ces essais, leur manque d'action et surtout d'intérêt, ils contiennent de ravissants passages idylliques, au milieu des bizarreries et des anachronismes (l'apôtre saint Jean fait l'éloge du duc d'Albe à propos de la naissance de Jésus). 

Encina écrivit une poétique, qui sert d'introduction à son Cancionero, et une médiocre relation de son pèlerinage à Jérusalem (Tribagia o via sagra de Hierusalem; Rome, 1521 et autres édit.). (Lucien Dollfus).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.