.
-

 
Anachronisme
Un anachronisme (du grec ana, qui exprime interversion, et chronos, temps) est une faute contre la chronologie, une erreur dans la supputation des temps et dans la date des événements. 

On appelle parachronisme l'anachronisme qui place un événement après sa date, et prochronisme celui qui la place auparavant. 

Virgile a commis sciemment un anachronisme, en faisant vivre dans le même temps Énée et Didon, que sépare, dans la chronologie acceptée par les Romains, un intervalle de trois siècles. Il y a des anachronismes tellement consacrés par l'usage, que les savants eux-mêmes les acceptent : tel est celui de Denys le Petit, qui a placé la naissance de Jésus en 754 de Rome, tandis qu'elle doit être reportée 3 ou 4 ans plus tôt. 

On fait encore un anachronisme quand on prête à une époque les moeurs et les usages d'une autre, à un personnage certaines idées qui n'ont pu être les siennes, un langage qu'il n'a pu tenir, ou des actions qui lui sont étrangères. La traduction de Plutarque par Amyot est pleine d'expressions qui font anachronisme. 

Les peintres italiens, depuis la Renaissance, ont commis bien des anachronismes dans le costume et dans les attributs : les Noces de Cana, de Paul Véronèse, donnent les portraits de personnages contemporains de l'artiste (François Ier, Éléonore d'Autriche, Charles-Quint, Soliman II, Marie d'Angleterre, etc.). 

Il y avait anachronisme sur la scène française, avant Voltaire et Lekain, lorsque des personnages antiques y figuraient habillés à la moderne. (B.).

.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.