.
-

L'histoire de la Nubie
et du Soudan oriental
La Nubie comprend, dans son sens le plus Ă©tendu, tout le territoire bornĂ© au Nord par l'Egypte, Ă  l'Est par le mer Rouge, au Sud-Est  par l'Ethiopie (ou, anciennement par l'Abyssinie), au Sud, par la rĂ©gion de Khartoum (ou mĂŞme, Ă  l'Ă©poque de la domination anglo-Ă©gyptienne par le pays des Dinka) et Ă  l'Ouest par le Sahara et un Ă©troit repli du dĂ©sert qui la sĂ©pare du Darfour. Elle s'Ă©tend ainsi, sur une longueur d'environ 1500 kilomètres et une largueur d'un peu plus de 900 km; elle renferme le basse Nubie, ou Nubie propre, des frontières de l'Egypte Ă  la limite mĂ©ridionale de la province de Dongola; l'ancien royaume de MeroĂ©, sur la rive orientale du Nil, entre l'Atbara et le Bahr el-Azrak ou Nil Bleu, et le Sennaar, tout Ă  fait au sud. Les gĂ©ographes ont parfois considĂ©rĂ© dans le passĂ© le Kordofan comme une partie de la Nubie; mais le sens de ce terme est très indĂ©fini.
La basse Nubie se compose princialement de dĂ©serts qui s'Ă©tendent Ă  l'est jusqu'Ă  la mer Rouge, dont les cĂ´tes sont bordĂ©es d'un rang de collines, et Ă  l'ouest presque jusqu'au Sahara. La haute Nubie est un plateau de hauteur moyenne, bien arrosĂ©, coupĂ© de chaises de montagnes peu Ă©levĂ©es, mais composĂ© surtout de plaines vastes et fertiles, quoique pauvrement cultivĂ©es. Les principales formations gĂ©ologiques sont le granit, le quartz et le micaschiste. Le climat est sec au nord, relativement humide au sud, et très chaud. Le grain qu'on y cultive le plus est la durra (sorghum andropogon). On y rĂ©colte aussi de l'orge, des fèves, des lentilles, des melons, des citrouilles et du tabac. La fabrication de grossiers tissus de coton et de laine constitue l'industrie principale. 
Parmi les populations qu'on rencontre en Nubie, on signalera  : 
1° les Barabras, voisins et, culturellement, proches parents des Egyptiens bien que leurs caractères physiques les rapprochent des populations subsahariennes. Leur habitat est la basse Nubie; un de leurs principaux rameaux est celui des Kénous, sur la frontière d'Egypte. Le Dongola est en partie peuplé par eux. C'est à tort que l'on a voulu rapprocher les Barabras des Berbères.

2° Les Bedjas, que l'on retrouve du reste en Ethiopie, dans le Kordofan et mĂŞme au Dar-Four. Ils comprennent aujourd'hui les tribus suivantes : Abadèh, Bichareys ou Bichariès, Halengas, Hamrans, BĂ©ni-Amr, nomades, pasteurs et chasseurs. Polygames, musulmans de nom. 

3° Les Hadkarba, rattachés à la famille des Bichariès.

4° Les Funj, Founj, Foundji, Foundjés ou Foungs qui habitent la presqu'île de Sennaar. Aux Funj rattachent les populations des rives du Nil Blanc, et plus particulièrement aux Chillouks. Les Funj ont fondés un royaume sutué entre Napata et Sennaar au XVIe siècle.

On a parfois supposĂ© que le nom de Nubie est d'origine Ă©gyptienne; le mot nob ou noub, signifiant or en Egypte, et qu'il aurait Ă©tĂ© appliquĂ© aux pays d'oĂą venait ce mĂ©tal. Mais dans l'AntiquitĂ©, on semble n'avoir dĂ©signĂ© la Nubie que sous le nom assez vague d'Ethiopie. Le terme de Nubie n'apparaĂ®t, semble-t-il, qu'au dĂ©but de l'ère chrĂ©tienne est se rĂ©fère Ă  un nouveau groupe de populations, les Noba (peut-ĂŞtre originaires des monts Nouba). C'est parmi ces Noba, que le christianisme, venu d'Egypte, commence Ă  s'implanter. Trois petits royaumes chrĂ©tiens se partagent la Nubie au VIe siècle : le Nobadia, autour de Faras entre la deuxième et la troisième cataracte, le Makouria, autour de Dongola, entre la deuxième et la cinquième cataracte, et l'Aloa, dont la capitale est Soba, entre la cinquième cataracte et Sennaar. 
-
Ruines de Méroé.
Les ruines de Méroé. Source : The World Factbook.

L'antiquité nublienne. Quand la Nubie s'appelait Ethiopie

Depuis 2500 av. JC, plusieurs civilisations  ont laissĂ© des vestiges importants dans le paysage du Soudan,  le long du Nil et dans le dĂ©sert du Sahara, notamment les pyramides de MeroĂ©, les ruines de la ville de Kerma et, de Napata, et les monuments en pierre d'Aksoum.
• La civilisation de Kerma. - On a donné le nom de Kerma à la civilisation qui a prospéré autour de cette localité de 2500 à 1500 av. J.-C. dans la vallée du Nil, dans ce qui est aujourd'hui le nord du Soudan. Les Kermans étaient connus pour leur technologie avancée, notamment leur production de céramique et leur utilisation de la fonte de métaux.

• Le royaume de Napata. - La civilisation de Napata a Ă©mergĂ© vers le VIIIe siècle av. JC . Les NapatĂ©ens Ă©taient  pour leur commerce florissant avec l'Égypte et l'Arabie. Elle subit la domination Ă©gyptienne quand Thoutmosis III, Amenhotep II prirent en Éthiopie. Le royaume de Napata s'affranchit durant la dĂ©cadence Ă©gyptienne, et ses rois exercent mĂŞme une influence prĂ©pondĂ©rante dans la vallĂ©e infĂ©rieure du Nil. 

• Le royaume de MĂ©roĂ©. - Cette civilisation a Ă©mergĂ© au IIIe siècle av. JC.  et a prospĂ©rĂ© jusqu'au IVe siècle de notre ère. Les MeroĂŻtains Ă©taient connus pour leur culture artistique florissante, leur production de fer et leur agriculture irriguĂ©e.

Après la conquĂŞte de l'Égypte par les Perses, l'Ethiopie demeure indĂ©pendante et repousse les attaques de Cambyse et de ses successeurs. Peu Ă  peu l'influence grecque s'y rĂ©pand. Au temps dès PtolĂ©mĂ©es, les rivages de la mer Rouge se couvrent de colonies grecques, Adulis, ArsinoĂ©, etc. La guerre s'engage entre PtolĂ©mĂ©e Philadelphe et le roi d'Ethiopie Arkamen ou Ergamenes, chef militaire qui s'Ă©tait affranchi de la suzerainetĂ© sacerdotale. II traita avec le roi d'Egypte. On ne sait pas grand-chose de ses successeurs, jusqu'Ă  cette reine Candace qui menaça l'Egypte au temps d'Auguste et fut repoussĂ©e par Petronius. 

Le royaume d'Ethiopie reconnut alors la suzerainetĂ© nominale de Rome jusqu'au temps de DioclĂ©tien. Une garnison s'Ă©tablit Ă  Primis, une cohorte de cavaliers germains Ă  Pselchis; on voit les ruines d'un camp romain au Sud d'Hierasykaminos. Mais il semble que le vieux royaume Ă©thiopien fĂ»t en dĂ©cadence. Un autre grandissait autour d'Aksoum. 

• Le royaume d'Aksoum. - Bien que ce royaume soit généralement associé à l'Éthiopie, il a également exercé une influence importante sur le Soudan. Le royaume d'Aksoum a prospéré du Ier au VIIe siècle ap. JC, et a dominé une grande partie de la région de la Corne de l'Afrique et du Soudan oriental.-
Photo d'un village Dinka.
Un village dinka, dans le Sud Soudan.

Le Soudan musulman

L'implantation de l'islam.
A partir de 641, les Arabes conquièrent l'Egypte et commencent à s'intéresser aux royaumes chrétiens de Nubie. Ils donne au pays le nom d'as-Sūdaan (Soudan), qui signifiée Pays des Noirs et, en somme, n'est que la traduction de celui d'Ethiopie.

Les premiers contacts entre l'islam et les populations du Soudan ont eu lieu Ă  travers les Ă©changes commerciaux transsahariens, qui ont permis aux marchands et aux voyageurs arabes de diffuser leur religion dans la rĂ©gion. Au fil du temps, l'islam a progressivement pris racine dans le Soudan, en s'adaptant aux traditions et aux cultures locales. 

Les anciens royaumes chrĂ©tiens ont complètement cessĂ© d'exister au XVe siècle, et des royaumes nouveaux ont Ă©mergĂ©, tels que le royaume de Sennaar et celui du Darfour, se sont  rapidement convertis Ă  l'islam et ont adoptĂ© la langue et la culture arabes. D'autres rĂ©gions, ttels que le Kordofan, tout en s'islamisant ne parviennent pas cependant Ă  se constituer en Etats. (Le Kordofan s'est trouvĂ© le plus souvent sous la des diffĂ©rentes  puissances nubiennes, et plus au sud, les populations nilotiques (Dinka, Nuer, Shillouk, etc) Ă©taient plutĂ´t organisĂ©es en fĂ©dĂ©rations de petites chefferies.).

Le royaume de Sennaar.
Le pays qui va devenir le royaume de Sennaar était celui que l'Antiquité peuplait, du moins au temps de Cambyse, de Macrobiens (peuple supposé à très longue vie); une tradition qui a tout de la légende lui donne ensuite une succession de douze reines et dix rois. Puis, au début du XVe siècle vinrent les Funj (Foundji) fondateurs du puissant royaume de Sennaar (Sénâr ou Sennâr). Venus du Sud, les Funj avaient traversé le fleuve Blanc et étaient arrivés à Arbaguy : là fut livré un grand combat dans lequel ils furent vainqueurs et qui les rendit maîtres du pays, où ils embrassèrent l'islam. Ce fut l'an 890, de l'hégire, qui répond, à l'an 1484 de notre ère, que les Funj bâtirent la ville de Sennaar, et fondèrent une monarchie, dont le trône a été occupé par vingt-neuf rois qui régnèrent l'espace de 336/7 ans (1484-1821). Voici, rapportée par Cailliaud, la chronologie des rois du Sennaâr :

Amarah Dou Naqs fut le premier en 1484, et rĂ©gna,  42 ans. Nayl, son fils 12. Abd el-Qâder, 10. Amârah II, surnommĂ© Abou- Asakykym, frère du prĂ©cĂ©dent, 8. Dakyn Sâheb el-Adeh, 17. DĂ´rah ou Daoua, fils de Dakyn, 8. Tabl, enfant d'Abd el Qâder, 4, et fut tuĂ© Ă  Chendy par les gens du roi de cette ville. Bâdi Abou-Arbât, 7. Arbât, son fils, 27. Bâdy II, Abou-Adqen, 37. Aouanseh II, fils de Nâser (en 1089 de l'HĂ©gire, soit 1683), 12. Bâdy III, el-Ahmar, son fils, 27, nomma vizir le cheik Nâser el-Tamâny. Aouanseh III, son fils, 3 mort Ă  Sennaar de la petite vĂ©role. NĂ´l, 4. Bâdy IV, son fils, 40, Mort Ă  Souakin. Nâser, son fils, 8, tuĂ© Ă  el-Bouqra, par Bâdy Ouâled-Regeb. Ismâyl, son frère, mort du cĂ´tĂ© de Souakin. Adlân II, 12. Arbât, son fils, 30 jours, fut tuĂ© Ă  Sennaar par Nâser. Aoukal, fils d'Aouanseh, 1 an 6 mois, fut tuĂ© Ă  ad-Dâmer par Nâser. Tabl, 1 an 5 mois, fut tuĂ© Ă  Chendy par Ouâled-Agyb. Bâdy V, fils de Dakyn, 1. NaoĂ»ar, 1, fut tuĂ© Ă  Sennâr. Bâdy VI, fils de Tabl, 7. Rânfâ, 5, fut tuĂ© Ă  Sennaar par Mohammed Regeb; le trĂ´ne fut vacant pendant un an et demi, ensuite revint Ă   Bâdy, fils de Tabl qui règna 16 ans, et fut dĂ©possĂ©dĂ© par IsmaĂŻl Pacha en juin 1821. 
Le royaume du Darfour.
Le Darfour ou Dar-four (dâr for = pays-des daims), est est bornĂ© Ă  l'Est par le Kordofan, au Nord par le dĂ©sert libyque, Ă  l'Ouest par l'OuadaĂŻ et au Sud. parle Dar-Fertit. C'est un pays de plaines parsemĂ© d'oasis, traversĂ© par une chaĂ®ne de montagnes, le Djebel Marra. Nachtigal, le dernier voyageur europĂ©en qui ait visitĂ© ce pays, lui donnait une population d'environ 4 millions d'habitants, Ă  raison de 1000 habitants par mille carrĂ©. A cette Ă©poque, la population du Dar-four se compose en premier lieu des aborigènes ou Fouriens qui occupent surtout les parties montagneuses. Ils parlent une langue dite forang bĂ©lĂ©. Viennent ensuite les Massabâs qui parlent arabe, et qui sont pour la plupart animistes; les Dadjo qui habitent le Sud; les Zoghâoua, Ă©tablis au Nord; les Berti, au Nord-Est.; les Birguid et les Beqo, Ă  l'Est  et au Sud; les Massalit, Ă  l'Ouest Ces derniers, bien que musulmans, ont conservĂ© un certain nombre de pratiques animistes. Enfin, des Arabes, nomades pour la plupart, sont en assez grand nombre dans le Darfour; ils sont surtout rĂ©pandus sur les frontières du pays; ceux d'entre eux qui sont sĂ©dentaires ont leur habitation plutĂ´t au centre et Ă  l'Est. La religion dominante est l'islam.

L'histoire du Dar-Four est assez mal connue. La tradition locale a conservé le nom de Kosber comme étant celui du fondateur de la dynastie qui régna la première au Darfour. Ce Kosber s'était établi au mont Marra (le grand massif planté au centre de la région); il appartenait à la tribu des Dadjo qui, après avoir fourni treize princes, abandonnèrent le pouvoir aux Toundjour, autre tribu qui vint s'établir dans le pays. Le premier roi de cette seconde dynastie s'appelait Ahmed el-Magour et Hilâli; cette dernière partie de son nom donne à penser que c'était un des représentants de la grande tribu arabe des Beni Hilal qui envahit le Maghreb au XIe siècle. Cette seconde dynastie fit place à celle des Kêra dont le chef Delîl ou Bali organisa d'une manière définitive le pays et lui donna un code intitulé : Kitab Dali, dont les principes un peu différents de ceux du Coran sont restés en usage jusqu'à la chute de l'indépendance de Darfour. On sait peu de chose des successeurs, Saboun, Edris-Dzal, Bahar, Tounsam, et ce n'est qu'à partir du Solimân-Solon, neveu de Tounsam, que l'on a des renseignements véritablement précis sur l'histoire des princes darfouriens. Solimân-Solon régna de 1596 à 1637; il eut pour successeur Mousa (1637-1682), Mohammed-Tirâb (1752-1785), Abderrahman (1785-1799), Mohammed el-Fadhl (1799-1838), Mohammed el-Hassin (1838-1873), Brahim qui perdit la vie à la bataille de Menouatchi contre les Égyptiens et enfin Hasseb Allah qui fit sa soumission (1874) au khédive en lui abandonnant son royaume et alla finir ses jours au Caire. (O. Houdas).

Le Kordofan.
Le Kordofan (Kordifal), est une région qui se situe entre la Nubie et le Darfour, à l'Ouest du Nil blanc (Bahr el-Abiad), environ de 12° à 16°de latitude Nord et de 26° 30' à 29° 10' de longitude Est. Au Sud il confine au pays de Takalé qu'on y rattache, puis aux forêts des Chillouks et des Baggara ; des autres côtés à des steppes et à des déserts de sable. Au moment de son intégration au Soudan anglo-égyptien, sa population était estimée à près de 300 000 habitants (soit dix fois mois qu'aujourd'hui), font 3/4 d'esclaves, répartis sur 100 000 km² environ, mais à cette époque les frontières n'avaient jamais été véritablement définies.

Comme au Darfour, la population est très mĂ©langĂ©e. La composante la plus ancienne connue a son origine en Nubie, mais les BĂ©douins semblent aussi ĂŞtre lĂ  depuis très longtemps. Les langues dominantes sont, comme dans le Darfour, le koundjara et l'arabe. La population se divise en trois groupes principaux : les Radejat, les Mousabat (Mouserbat, Mesabaât) et les Koundjara; les Mousabat vivent autour d'El-ObĂ©id et qualifiaient leur chef de sultan. Des populations nilotiques se rencontrent Ă©galement au Sud-Est : Nouba, dans les montagnes voisines du pays des Chillouks (Dar Nouba), et, Ă  cĂ´tĂ© d'eux les TakalĂ© ou TĂ©ghĂ©lĂ©, qu'on rapproche des Foung (Foundji). 

Le Kordofan ne paraît pas avoir eu d'unité politique permanente. Généralement dépendant des rois de Sennaar leur fut disputé par les gens du Darfour. Ceux-ci le conquirent au début du XIXe siècle, mais en 1820 leur vassal fut tué à la bataille de Bara par les Égyptiens qui conquirent le pays. Ils le perdirent en 1883, lors de l'insurrection du Mahdi
-

-Photo d'Omdurman.
A Omdurman, la ville soeur de Khartoum.

Le soudan Ă©gyptien et anglo-Ă©gyptien

Le contrĂ´le Ă©gyptien du Soudan.
Au dĂ©but des annĂ©es 1820, Mehemet Ali envoya une expĂ©dition contre le royaume de Sennaar et les autres petits Etats indĂ©pendants qui se partageaient alors la Nubie. IsmaĂŻl-Pacha son fils, en fit la conquĂŞte de 1820 Ă  1822. Depuis cette Ă©poque, le pays est restĂ© sous la domination des maĂ®tres de l'Egypte, y compris quand ceux-ci entrèrent sous le protectorat britannique. La conquĂŞte, nominalement effectuĂ©e par l'Égypte, fut de fait organisĂ©e par la Grande-Bretagne par l'entremise de divers agents : Gordon, Kitchener, Schnitzer (Emin Pacha), notamment, qui auront Ă  ce confronter avec le soulèvement politico-religieux du Mahdi, parviendront Ă  leur fin en 1898. A l'indĂ©pendance du Soudan, en 1956, la Nubie et le Soudan Anglo-Egyptien  ont Ă©tĂ© rattachĂ©e Ă  ce nouvel Etat.

A partir de la conquĂŞte du royaume de Sennaar par IsmaĂŻl Pacha en 1821, l'histoire de la Nubie se confond avec celle de tout le Soudan Ă©gyptien, puis anglo-egyptien.

Le Soudan Ă©gyptien est le nom par lequel on dĂ©signait les possessions Ă©gyptiennes du haut Nil divisĂ©es par SaĂŻd Pacha en provinces de Dongola, Berber, Taka, Sennaar et Kordofan, Ă©tendues par les conquĂŞtes d'IsmaĂŻl Pacha jusqu'Ă  Fachoda et au pas des Chillouks; par le  gouverneur gĂ©nĂ©ral Baker (1869-74) jusqu'au 2° latitude Nord quand, il eut annexĂ© l'Ounyoro (1872) (La RĂ©gion des Grands lacs).

Au gouvernement gĂ©nĂ©ral du Soudan comprenant alors les trois gouvernements Berber, Khartoum, Fachoda, s'ajouta celui des Provinces Ă©quatoriales organisĂ© par Gordon comme distinct  du Soudan; d'autre part, celui-ci s'accrut du Darfour Ă  l'Ouest et s'Ă©tendit vers la mer Rouge et vers Harrar; mais les dĂ©faites infligĂ©es par les Abyssins aux troupes Ă©gyptiennes arrĂŞtèrent son extension. Gordon fut obligĂ© d'Ă©vacuer le Darfour, puis l'Ounyoro, laissant Ă  Emin Pacha (Eduard Schnitzer) le gouvernement de la province Ă©quatoriale de Lado; il se retira en 1880. 

Mehemet Ali lança  plusieurs projets pour moderniser l'agriculture et introduisit de nouvelles cultures, telles que le coton et le sucre, qui ont Ă©tĂ© cultivĂ©es avec succès dans la rĂ©gion. Il supervisa aussi la construction de barrages et de canaux d'irrigation pour soutenir l'agriculture. Cependant, le contrĂ´le Ă©gyptien sur le Soudan fut Ă©galement marquĂ© par l'exploitation et l'oppression des populations locales. Les taxes Ă©levĂ©es imposĂ©es par les Égyptiens entraĂ®nèrent une pression Ă©conomique sur les agriculteurs soudanais, qui furent contraints de cultiver des cultures destinĂ©es Ă  l'exportation plutĂ´t qu'Ă  la consommation locale. De plus, les pratiques esclavagistes furent largement rĂ©pandues : des milliers de personnes capturĂ©es ont Ă©tĂ© vendues sur les marchĂ©s d'esclaves du Moyen-Orient. Des pratiques, qui ont suscitĂ© des rĂ©bellions parmi les populations locales et ont contribuĂ© Ă  l'instabilitĂ© politique dans la rĂ©gion.

La Mahdiyya.
C'est dans ce contexte que l'on peut comprendre l'insurrection mahdiste ou Mahdiyya qui Ă©clata en mai 1881, Ă  l'instigation d'un mouvement  fondĂ© par Mohammed Ahmed, un chef religieux qui se dĂ©clarait le Mahdi, un messie prophĂ©tisĂ© dans l'islam qui devait venir sauver le monde. La Mahdiyya n'Ă©tait, au dĂ©but, qu'un mouvement de rĂ©forme religieuse, mais il a rapidement Ă©voluĂ© vers une rĂ©volte contre l'occupation Ă©gyptienne et britannique du Soudan. Les partisans de la Mahdiyya, partis de l'Ă®le d'Aba, ont vite pris le contrĂ´le de vastes territoires dans le centre du pays. Ils dĂ©firent le gouverneur de Fachoda (juin 1882); puis, la prise d'El-Obeid leur livra le Kordofan, oĂą ils anĂ©antirent l'armĂ©e du gĂ©nĂ©ral Hicks (1883), dont le lieutenant Osman-Digna (Georges Nisbet) s'avança jusqu'Ă  Souakin. En 1885, l'armĂ©e du Mahdi prit la capitale Khartoum. Le gĂ©nĂ©ral britannique Charles Gordon, qui avait Ă©tĂ© envoyĂ© pour reprendre la ville, fut tuĂ© lors de la reprise de la ville.

Les protecteurs anglais de l'Égypte Ă©vacuèrent le Soudan, ramenant la frontière Ă  Ouadi-Halfa. Emin Pacha fut emmenĂ© du haut Nil par Stanley, et le Soudan Ă©gyptien se trouva tout entier reperdu pour les Occidentaux et leurs protĂ©gĂ©s. Le Mahdi forma du Darfour Ă  Kassala et de Lado Ă  Ouadi-Halfa une sorte d'empire thĂ©ocratique dont la capitale fut installĂ©e Ă  Omdourman, en face de Khartoum. 

Cependant, Mohammed Ahmed ne rĂ©ussit pas Ă  maintenir son contrĂ´le sur l'ensemble du Soudan et son règne fut marquĂ© par des conflits avec d'autres chefs religieux et politiques dans la rĂ©gion. A sa mort, il fut remplacĂ© par Abdoullah-el-Taichi, qui prit Ă©galement le titre de calife (22 juin 1885), ne modifia pas d'abord la situation. 

La décadence des derviches, dont l'armée quasi féodale n'était ni homogène, ni bien organisée, ni approvisionnée d'armes et munitions modernes, commença en 1889 par la défaite de Toski, près la deuxième cataracte; Osman-Digna fut tenu en échec près de Souakin; les guerres avaient détruit le bétail et arrêté le commerce; une fois le butin épuisé, le calife exigea des impôts écrasants; il appela au Nord la tribu des Daggara à laquelle il appartenait et lui distribua les terres fertiles de la vallée du Nil.
-

Le retour offensif des EuropĂ©ens contre les mahdistes dĂ©sagrĂ©gĂ©s commença en 1893 par l'entrĂ©e des officiers belges du Congo qui chassèrent les mahdistes du Bahr-el-Ghazal; eu mai 1894, les Anglais le leur donnèrent Ă  bail; mais sur les rĂ©clamations de la France, ils se limitèrent au territoire de Lado et Redjaf sur le Nil. En juin 1894, les Italiens enlevaient Kassala. La France, espĂ©rant une coopĂ©ration  de l'Abyssinie, s'avance Ă  son tour par l'Oubangui vers le Bahr-el-Ghazal. L'Angleterre, dĂ©cide alors de reconquĂ©rir le Soudan Ă©gyptien. En 1896, le sirdar Kitchener concentre les troupes anglo-Ă©gyptiennes Ă  Ouadi-Halfa, prĂ©alablement attachĂ© Ă  l'Égypte par un chemin de fer que l'on prolonge Ă  mesure qu'avance l'armĂ©e.

Le 19 septembre, celle-ci prend Dongola. Un an après, Kitchener occupe Abou-Hanted et y amène le chemin de fer de Ouadi-Halfa. En octobre 1897, il entre Ă  Berber; il rĂ©occupe Kassala restituĂ© par les Italiens. Pendant ce temps, les Français avaient occupĂ© le Bahr-el-Ghazal; le capitaine Marchand avançait des postes de Dem-Ziber, de Fort-Desaix vers le Nil, tandis que les Abyssins, vainqueurs des Italiens, descendaient le Sobat. Ils ne joignirent pas Marchand qui occupa seul Fachoda le 10 juillet 1898 et repoussa les attaques des mahdistes. Les Anglo-Egyptiens, partant d'Ed-Damer, au confluent du Nil et de l'Atbara, Ă©crasent le long de cette rivière l'armĂ©e de l'Ă©mir Mahmoud (8 avril 1898) et le 30 aoĂ»t, enlèvent le camp de, Keneri qui couvrait Omdourman. Le 2 septembre 1898, ils mettent en dĂ©route le armĂ©es mahdistes et entrent dans leur capitale; le corps du Mahdi est  jetĂ© au Nil, Omdourman rasĂ©, et Khartoum reconstruit. Kitchener se portant aussitĂ´t Ă  Fachoda s'y Ă©tait rencontrĂ©, avec Marchand (21 septembre), lequel refusa d'Ă©vacuer la place, Les nĂ©gociations engagĂ©es entre la France et l'Angleterre aboutirent, après une pĂ©riode de tension aggravĂ©e par le langage de la presse, Ă  la convention du 11 mars 1899.

La France renonça à toute prétention sur l'ancien Soudan égyptien et l'Angleterre s'engagea à ne pas en dépasser les limites vers l'Ouest. Voici les dispositions essentielles de ce traité d'importance capitale :

Le gouvernement de la RĂ©publique française s'engage Ă  n'acquĂ©rir ni territoire ni influence politique Ă  l'Est, et le Royaume-Uni s'engage, Ă  n'acquĂ©rir ni territoire, ni influence, politique Ă  l'Ouest de la ligne frontière ainsi dĂ©finie : ligne de partage  des eaux entre les bassins du Nil et du Congo, puis, du 11° latitude Nord au 15° de latitude Nord, frontière ancienne entre le OuadaĂŻ et le Darfour, Ă©tant entendu que, le tracĂ© Ă  dĂ©terminer ne pourra dĂ©passer Ă  l'Ouest le 18°40' de longitude Est ni Ă  l'Est le 20° 40', Au Nord du 15e parallèle, la frontière sera formĂ©e par une ligne tirĂ©e vers le Sud-Est Ă  partir du point de rencontre du tropique du Cancer avec le 13° 40' et  jusqu'au, 21° 40' et Ă  sa rencontre avec la frontière du Darfour.
Le condominium anglo-Ă©gyptien.
Les Britanniques ont procĂ©dĂ© Ă  partir de lĂ  Ă  la rĂ©organisation du Soudan dont ils Ă©taient  laissĂ©s seuls maĂ®tres Ă  la mort du calife Abdoullah tuĂ© avec ses lieutenants Ă  la fin de novembre 1899 dans la bataille d'Omdebrikat. Une convention  passĂ©e le 19 janvier 1899 avec le khĂ©dive a sĂ©parĂ© de l'Égypte tous les pays au Sud du 22° latitude Nord, et en a confiĂ© l'administration, y, compris Ouadi-Halfa et Souakin, Ă   un gouverneur gĂ©nĂ©ral nommĂ© par dĂ©cret khĂ©divial avec sanction du gouvernement anglais. Ce gouverneur Ă©tait investi de pouvoirs dictatoriaux et les droits et garanties confĂ©rĂ©es aux Ă©trangers en Égypte furent abolis. Une administration anglaise fut installĂ©e. 

Photo de Khartoum.
Panorama de Khartoum au début du XXe siècle.

Pendant la période du condominium anglo-égyptien, les deux puissances ont développé l'infrastructure du pays, en construisant des routes, des ponts, des chemins de fer et des barrages. L'objectif principal de ces projets était de faciliter l'exploitation des ressources naturelles, notamment le coton et la gomme arabique, que le Soudan produisait en abondance.

Cette co-gouvernance fut Ă©galement Ă©tĂ© marquĂ©e par des tensions et des conflits, les Britanniques  exerçant une influence plus importante que les Égyptiens. Quant aux Soudanais, ils n'Ă©taient pas impliquĂ©s dans le processus de prise de dĂ©cision et ont souvent Ă©tĂ© victimes de discrimination et d'abus de la part des autoritĂ©s coloniales.

Les mouvements de résistance se sont dès lors multipliés dans les années 1920 et 1930. Les révoltes se sont intensifiées dans les années 1940, avec la création de groupes armés tels que le Parti communiste soudanais et l'Union des jeunes soudanais. Ces mouvements ont finalement conduit à la fin du condominium et à l'indépendance du Soudan en 1956.


 
.


[Histoire politique][Biographies][Cartothčque]
[Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2023. - Reproduction interdite.