.
-

Poésie gnomique

La poésie gnomique, c.-à-d, sentencieuse; du grec gnômè, sentence morale, consistait, chez les Grecs, à exprimer en vers précis, et dans un style élégant et naturel, les vérités morales les plus importantes, qui se gravaient ainsi plus aisément dans la mémoire. 

Phocylide de Milet, Théognis de Mégare, au VIe siècle avant J.-C., sont les poètes gnomiques les plus célèbres; mais nous n'avons que des fragments de leurs oeuvres. les recueils de Brunck (1784), de Bekker (1875), et les traductions françaises de Lévesque et de Coupé.

Chez les modernes, on peut compter parmi les poètes gnomiques Dufaur de Pibrac (XVIe siècle), dont les Quatrains moraux ont été longtemps célèbres, et Pierre Matthieu, mort sous Louis XIII

Quant aux Sentences de Publius Syrus, contemporain de Jules César, ce ne sont que des vers isolés extraits de ses Mimes, et qui n'appartiennent pas proprement à la poésie gnomique. ( P.).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.