.
-

Fontenoy

Fontenoy est une localité de Belgique (rattachée à la commune d'Antoing), région de Wallonie, province de Hainaut, arrondissement de Tournai; 800 habitants (?). Célèbre par la sanglante bataille qui y fut livrée le 11 mai 1745 par les Français aux Anglais, Autrichiens et Hollandais coalisés.

La bataille de Fontenoy.
Le 11 mail 1745, l'armée française commandée par le maréchal de Saxe rencontra, dans la plaine comprise entre le bois de Bary et l'Escaut, l'armée anglo-hollandaise sous les ordres de Cumberland. Le maréchal s'appuya sur trois points en forme d'équerre : Antoing à droite, Fontenoy au centre, et à gauche deux redoutes qu'il fit élever sur le front et le flanc droit du bois de Bary. Les Coalisés étaient près de Vezon. L'engagement commença à quatre heures du matin. De huit heures à deux heures de l'après-midi, la situation demeura indécise. 
-


La Bataille de Fontenoy, par Horace Vernet. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Par de nombreuses charges de cavalerie le maréchal empêchait ses adversaires de se porter sur Fontenoy, le point capital. Enfin, il rallia lui-même l'infanterie qui avait plié et se porta sur le flanc droit de l'ennemi pendant que la maison du roi, la gendarmerie et les carabiniers, conduits par le duc de Richelieu, fonçaient l'épée à la main sur le centre. Cette action fut décisive; la colonne d'attaque, prise en écharpe, ne forma bientôt plus que des monceaux de mourants et de blessés. Les Anglais et les Hanovriens, qui possédaient encore un effectif de 10,000 hommes, abandonnèrent le champ de bataille et une partie de leur artillerie. 

La victoire de Fontenoy eut un retentissement énorme. Louis XV et le dauphin y assistaient et, durant les quatre heures où le succès demeura douteux, ils firent preuve du plus grand calme et du plus grand courage. Maurice de Saxe s'acquit une gloire immortelle. Les Coalisés avaient 53,000 hommes effectifs et les Français en avaient à peine 40,000. Les premiers perdirent environ 7000 hommes (tués), 2500 prisonniers, 40 canons; les Français eurent environ 3000 tués et 3600 blessés.

A la suite de cette bataille, Tournai, Gand, Bruges, Audenarde, Dendermonde, Ostende et Nieuport tombèrent entre les mains des Français. (GE).

C'est à Fontenoy que fut prononcé le mot célèbre : Messieurs les Anglais, tirez les premiers. Nous empruntons au général Pajol (les Guerres sous Louis XV, t. III), le récit exact de cet épisode : 

« Un régiment des gardes anglaises de Campbel et du Royal-Ecossais marchait en tête, commandé par le comte d'Albemarle et M. de Churchil, petit-fils naturel du duc de Marlborough. Les officiers anglais saluèrent les Français en ôtant leurs chapeaux; les Français leur rendirent leur salut. Milord Charles Hay, capitaine aux gardes anglaises, s'étant avancé hors des rangs, le comte d'Auteroche, lieutenant des grenadiers, ne sachant ce qu'il voulait, fut à lui : Monsieur , lui dit Charles Hay , faites tirer vos gens. - Non, monsieur, répondit le comte d'Auteroche, à vous l'honneur. »
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.