.
-

 
Comparaison
Comparaison, terme de rhétorique, désigne à la fois un des lieux communs et une figure de pensée. Si là comparaison établit un rapport entre deux idées, non pas seulement pour éclairer la pensée et en augmenter l'effet, mais pour amener une conclusion du plus au moins, du moins au plus, ou de pair à pair, elle est le lieu d'un argument, et rentre dans la preuve. (B.).

Si la comparaison rapproche les objets, simplement pour en marquer les ressemblances, elle est une des plus riches figures de la poésie : c'est le contraire de l'antithèse), qui rapproche pour marquer les contrastes. Voici un exemple tiré de Virgile (Géorgiques, III, v. 194), et rendu ainsi par Delille, où le poète compare l'impétuosité d'un jeune cheval à celle de l'Aquilon :

Tout à coup Il s'élance, et, plus prompt que l'éclair, 
Dans les champs effleurés il court, vole, et fend l'air. 
Tel le fougueux époux de la jeune Orythie. 
Vole et disperse au loin les frimas de Scythie,
Fait frémir mollement les vagues des moissons, 
Balance les forêts sur la cime des monts, 
Chasse et poursuit les flots de l'Océan qui gronde, 
Et balaye en fuyant les airs, la terre, et l'onde.
L'éloquence et la prose élevée admettent aussi les comparaisons. Bossuet a dit dans l'oraison funèbre d'Henriette d'Angleterre :
« Comme une colonne dont la masse solide paraît le plus ferme appui d'un temple ruineux, lorsque ce grand édifice qu'elle soutenait fond sur elle, sans l'abattre; ainsi la reine se montre le forme soutien de l'État, lorsqu'après en avoir longtemps porté le faix, elle n'est pas même courbée sous sa chute. »
La métaphore est une comparaison abrégée, plus vive et plus hardie. L'allégorie est une comparaison prolongée. Une comparaison soutenue entre deux hommes illustres se nomme parallèle. 

Les qualités de la comparaison sont la justesse ou la vérité, c.-à-d. qu'il doit y avoir des rapports exacts entré les objets que l'on rapproche, et la clarté, sans laquelle elle ne servirait qu'à obscurcir la matière. Il faut aussi employer les comparaisons avec discrétion et à propos prodiguées, elles choquent et Importunent. On doit éviter de les employer basses ou triviales, comme a fait Virgile en comparant la reine Amate à une toupie fouettée sans relâche par un enfant, et des séditions à une chaudière qui commence à bouillir. (B.).

.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.