.
-

 
Alliance de mots
L'alliance de mots est une espèce de métaphore plus hardie que la métaphore proprement dite, et consistant dans le rapprochement de deux idées, de deux mots qui semblent s'exclure. L'emploi de cette figure demande beaucoup d'adresse et de réserve, et une connaissance profonde de la langue. 

On connaît dans Virgile l'Immortale jecur, fecundaque paenis viscera, qui désigne d'une manière tout à fait neuve le supplice du géant Titye, rongé sans relâche par un vautour dans les Enfers, et "dont le foie est immortel, et les entrailles une source féconde de châtiments. " 

Multorum te oculi et aures speculabuntur atque custodient; "Des milliers d'yeux et d'oreilles t'observeront, te surveilleront ", dit Cicéron à Catilina; et cependant les mots speculari et custodire ne conviennent pas aux oreilles. 

Racine a été encore plus hardi, plus énergique, lorsqu'il fait dire par Néron à Junie ces mots terribles (Britannicus, II, 3) :

J'entendrai des regards que vous croirez muets.
Ce sont encore de belles alliances de mots que celles-ci du même poète :
Sa réponse est dictée, et même son silence. (Britannicus, I, 2.)

Et Dieu trouvé fidèle en toutes ses menaces. (Athalie, 1, 1.)

Déjà de l'insolence heureux persécuteur. (Phèdre, III, 5.)

Des poisons que lui-même a crus les plus fidèles. (Mithridate, V, 4. )

Corneille dit éloquemment d'un ambitieux fatigué du pouvoir :
Et, monté jusqu'au faîte, il aspire à descendre. (Cinna, II, 1.)
Écouchard Lebrun a dit dans une de ses épîtres :
S'élever en rampant à d'indignes honneurs.
(P.).
.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.