.
-

Tibbon (Juda ibn), rabbin du XIIe siècle. Juda ben Saül ibn Tibbon (vers 1167) possédait l'arabe aussi bien que l'hébreu. Il mit à la portée de ses coreligionnaires de Provence plusieurs ouvrages importants de la littérature judéo-arabe. Il traduisit les écrits théologiques de Saadyia, Bahya, Ibn Gabirol, Juda hal-Lévi et les écrits grammaticaux d'Ibn Djonâh. Il a laissé un testament qui présente un vif intérêt en raison des aperçus scientifiques et moraux qu'il contient.
Tibbonides. - Samuel ibn Tibbon (1160-1230), fils du précédent, traduisit des livres de Maïmonide, entre autres le Moréh, des écrits d'Aristote et d'Alfarabi, et composa un commentaire sur l'Ecclésiaste et sur quelques chapitres de la Genèse.

Son fils Moïse ibn Tibbon (vers 1260) continua la tradition paternelle en rendant accessibles aux juifs provençaux des écrits de Maïmonide et de philosophes arabes.

Les Tibbonides, qui de Grenade étaient venus à Lunel, tiennent ainsi une place considérable dans la littérature juive par leurs traductions. Ils ont eu le mérite de faciliter les études théologiques et de créer en hébreu une langue philosophique. (L.-G. Lévy).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.