.
-

Compagni

Dino Compagni est un célèbre écrivain né à Florence au milieu du XIIIe siècle, mort le 26 février 1324. Des documents authentiques la montrent inscrit en 1280 sur les registres de l'art de la soie de Florence; en 1284, il faisait partie du conseil du podestà; en 1289 et 1304, il fut un des prieurs et en 1293, il remplit les fonctions importantes de gonfalonnier de justice. On a conservé de lui cinq sonnets et une chanson, sans intérêt, et un poème allégorique intitulé l'Intelligenza, en trois cent neuf strophes de neuf vers, où l'imitation de la poésie française en langue d'oc et en langue d'oïl est très sensible. Francesco Trucchi, qui a le premier, en 1846, fait connaître en partie l'Intelligenza, considérée alors comme une oeuvre anonyme, en a singulièrement exagéré l'intérêt et la valeur; d'autre part, bien qu'un seul manuscrit attribue le poème à Dino Compagni, il n'y a pas de raisons pour révoquer en doute cette attribution, Mais ce n'est pas comme poète, c'est comme chroniqueur que Dino Compagni est surtout célèbre.

Longtemps inconnue des historiens, mentionnée pour la première fois par Ubaldini en 1640, publiée seulement en 1726 par Muratori, dans le t. IX des Rerum italicarum
Scriptores, la Cronica delle cose occorrerati nei tempi suoi de Compagni a fait, depuis qu'elle a vu le jour, un grand bruit dans le monde. On a mis Compagni au même rang comme prosateur que Dante comme poète; on l'a comparé à Salluste, à Thucydide; puis peu à peu des doutes sont nés sur la valeur historique et même sur l'authenticité de la chronique publiée sous son nom. En 1818, Pietro Fanfani qualifia hardiment de document apocryphe la chronique de Dino Compagni, chaudement défendue par Karl Hillebrand dans un important ouvrage, en 1862. Depuis lors, le nombre des articles, des brochures ou même des livres suscités parla «question de Dino Compagni » en Italie, en Allemagne, voire en France, est considérable. L'authenticité a été attaquée par Scheffer-Boichorst, Grion, Boehmer, Hartwig, défendue par Gino Capponi, Roberti, Del Lungo, tandis que Hegel et Wüstenfeld prenaient une position intermédiaire et pensaient que le récit original de Dino Compagni avait du subir, avant de nous parvenir, beaucoup d'interpolations et de falsifications.

Le meilleur résultat de ces polémiques, où les injures personnelles n'ont pas manqué, c'est l'édition monumentale entreprise et menée à bien par Del Lungo : Dino Compagni e la sua Cronica (Florence, 1879-1880, 2 vol. en trois tomes), édition qui a fait tomber bien des préventions contre l'authenticité. La chronique raconte l'histoire de Florence depuis 1280 jusqu'à 1312, mais le nœud du récit, c'est la lutte des factions des Noirs et des Blancs en 1300 et 1301, luttes où, comme on sait, se trouve mêlé le nom de Dante et qui empruntent à cela même un intérêt extraordinaire. Compagni appartient comme Dante à la faction des Blancs, mais il est moins ardent à la lutte, plus souple, et il réussit à rester à Florence, en vivant dans la retraite, tandis que l'immortel poète meurt dans l'exil. On peut expliquer par la prudence inquiète de Compagni et des siens le fait, surprenant au premier abord, que sa chronique soit restée si longtemps inconnue. 

Non seulement l'auteur, qui parle presque toujours à la première personne et se met constamment en scène, a exagéré la part prise par lui à des événements mémorables, à propos desquels les autres historiens ne prononcent même pas son nom, mais son récit fourmille d'erreurs de détail : il n'y a pas de quoi, assurément, nous faire admettre le caractère apocryphe de la chronique en présence des raisons entassées par Del Lungo en faveur de l'authenticité, et l'on songe, pour se rassurer, aux nombreuses inexactitudes de Froissart. Mais il est difficile de ne pas croire, avec Hegel, à des interpolations et à des remaniements auxquels Dino Compagni est complètement étranger. En tout cas, ces remaniements ne sauraient être du XVIe siècle, comme on l'a dit : on a trouvé par la suite dans la bibliothèque de lord Ashburnham un manuscrit du XVe siècle qui contient le texte publié jusqu'ici d'après des manuscrits du XVIe. (A. Thomas).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.