.
-

Les Cimmériens
On connaît sous le nom de Cimmériens un peuple de l'Antiquité mentionné par Homère (Odyssée, XI, XIV et suiv.); on les considérait comme habitant les confins de la terre, le rivage de l'Océan à l'Ouest, où Hélios ne luit pas, et demeurant dans une nuit éternelle. Des idées vagues et inexactes avaient donné naissance à cette opinion qui se fondait néanmoins sur un fait géographique; d'autres mythes similiares se retrouvent dans la Genèse (X, 2, 3) : Gomer, qui semble identique à ce nom des Cimmériens, est cité comme le premier fils de Japhet, et comme frère de Magog, Modaï, Javan, Thubd, Mesech et Thiras. La Bible cite également les fils de Gomer, Askenas, Riphath et Thogarma. Le nom de Riphath se retrouve dans les montagnes rhiphéennes des Grecs, l'Oural d'aujourd'hui, qui semble avoir été le pays des Cimmériens. 

Les Cimmériens paraissent dans les textes assyriens vers le VIIe siècle comme adversaires des Assyriens, et notamment dans les textes d'Assurbanipal, comme vainqueurs de Gygès, roi de Lydie; on les trouve sous le nom de Gimerri dans les textes cunéiformes. Hérodote nous raconte que sous le règne du fils de Gygès, Ardys, les Cimmériens, poussés par les Scythes, envahirent l'Asie et prirent Sardès, sauf l'acropole. Le roi Alyattès (605-556) débarrassa définitivement l'Asie de ces hordes sous le nom desquels les Assyriens comprenaient toutes les peuplades de l'Asie centrale. L'appellation générale de ces populations était chez les Grecs, Scythes, chez les Perses, Saces et chez les Assyriens, Gimirri. Dans l'inscription perse de Behistoun, Darius dans la traduction assyrienne emploie le nom de Gimerri avec cette acception large. Les Cimmériens, avant d'être chassés de l'Asie, habitaient, dit-on, la Tauride qui prit le nom de presqu'île cimmérienne, lequel se serait perpétué jusqu'à nos jours dans le nom de rimée.

On a voulu confondre les Cimmériens avec les Cimbres et avec les Kymris. La première de ces identifications paraît osée, la seconde a été souvent attaquée. Il se peut que les Cimmériens et les Gimirri fussent véritablement Celtes et une branche de ce peuple pourrait s'être établie dans l'extrême Occident, ce qui expliquerait la légende mythologique d'Homère. Mais on ne peut admettre la distinction de deux peuples mythiques et historiques : les Cimmériens d'Homère sont bien les Cimmériens d'Hérodote. Le chantre de l'Odyssée a bien désigné les habitants de l'extrême Europe qui alors étaient comme ces Cimmériens enveloppés d'une obscurité profonde. Peut-être même ce nom de Cimmériens doit-il être appliqué aux aborigènes des pays d'Europe occidentale. (J. Oppert).

.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.