.
-

Les Cinq Classiques (五经, Wǔjīng)

Dans l'histoire de la littérature chinoise, on connaît sous le nom de Cinq Classiques (五经, Wǔjīng) des anciens livres considérés comme sacrés (livres classiques ou permanents) depuis le VIe siècle avant notre ère, époque où ils furent revus et mis en ordre par Kong Zi (Kong-fou-tseu, Confucius). Sous la dynastie Han, ces livres sont au nombre de cinq :
1° le Yijing (易经, Yi-king ou Y-king), le Livre (ou Classique) des Transformations (ou des Mutations), est un texte divinatoire et philosophique. Il se compose de 64 hexagrammes, chacun formé par la combinaison de six lignes entières (Yang) ou brisées (Yin). Chaque hexagramme est accompagné de commentaires interprétatifs. Bien qu'il ait été utilisé pour la divination, il est aussi considéré comme un ouvrage de sagesse, offrant des conseils sur la conduite et la prise de décision. Ce livre est considéré comme une source essentielle pour comprendre la cosmologie, la métaphysique, la morale et la pratique rituelle chinoises.

2° Shu Jing (易经, Chou King) ou le Livre des Annales, recueil des discours et des actions des personnages primitifs, traduit en français par Gaubil, Paris, 1770, et par Pauthier dans ses Livres sacrés de l'Orient, Paris, 1841. C'est un livre vénéré, qu'on fait remonter à plus de 2000 ans av. JC, et dans lequel les Chinois admirent tout à la fois la sublimité des pensées, l'onction qui pénètre les âmes affligées, et l'énergique concision du style

3° le Shijing (诗经, Chi-king) ou le Livre des chants, est collection de 305 poèmes datant du XIe au VIIe siècle av. J.-C. Ces poèmes relèvent de nombreux genres :  hymnes rituels, chants populaires et des élégies. Ils sont  classés en trois catégories principales : les Feng (chants des États), les Ya (chants élégants) et les Song (hymnes). Le Shijing est essentiel pour comprendre la poésie, la musique, les rites et la vie quotidienne de la Chine ancienne. Confucius lui-même aurait compilé ce recueil et utilisé pour enseigner les valeurs morales et sociales.

4° le Chun Qiu (春秋, Tchoun-Tsiéou) ou l'Histoire des divers royaumes (ou Annales des Printemps et Automnes) est une chronique historique des événements qui se sont déroulés dans l'État de Lu (le pays natal de Confucius) entre 722 et 481 av. JC. Il s'agit d'un registre succinct d'événements tels que les guerres, les alliances, les cérémonies et les désastres naturels. Le texte original est très bref, et il a souvent été commenté et interprété par des érudits ultérieurs, notamment dans le Zuo Zhuan. Ce texte est souvent vu comme un exemple de l'utilisation de l'histoire pour enseigner des leçons morales et politiques.

5° le Lijng, Liji (礼记, Li-king) ou le Livre des cérémonies est une collection de textes décrivant les cérémonies, les rituels et les normes de conduite de la Chine ancienne. Il couvre divers aspects de la vie sociale et religieuse, des rituels de cour aux cérémonies funéraires, en passant par les règles de comportement en société. Certains passages offrent des réflexions philosophiques sur la nature de la morale et de l'étiquette. Cet ouvrage est important pour comprendre les pratiques rituelles et sociales qui structuraient la vie en Chine ancienne. Il est également l'une des principales sources de la pensée confucéenne sur les rites (li) et leur rôle dans le maintien de l'ordre social et moral.

On y ajoute parfois un sixième classique, le Yuéjing, le Classique de la musique, mais qui a disparu.

Le titre de jing est encore appliqué en Chine à divers autres ouvrages également révérés et réputés sacrés par les sectateurs de ceux qui les ont écrits : tels sont le Daode Jing (Tao-tö-King), ou le Livre de la raison suprême et de la vertu, par Lao-tseu et le Nan hoa-jing, ou Livre des fleurs du Midi, de Tchouang-tseu (La littérature chinoise, la philosophie chinoise). (A19).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
[Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2024. - Reproduction interdite.