.
-

La Nouvelle Atlantide

La Nouvelle Atlantide - Cet ouvrage de Francis Bacon est une espèce d'utopie scientifique plus que politique; car, outre que les proportions de ce livre sont fort restreintes et qu'on peut à peine le considérer comme achevé, l'auteur, après avoir fait connaître quelques traits des institutions qui ont donné aux peuples de la Nouvelle Atlantide un bonheur idéal, se hâte d'arriver à celles qui sont destinées à étendre des connaissances de l'homme et son empire sur la nature entière. Voici le cadre dans lequel Bacon a enfermé son sujet :
Des navigateurs, écartés de leur route par les vents contraires, et sur le point de manquer d'eau et de provisions, se trouvent, dans une région inexplorée de l'Océan, en vue d'une terre inconnue où s'offrent à leurs regards une ville et un port. Après quelques pourparlers qui dénotent de la part des habitants un peu de cette défiance à l'égard des étrangers, qui est un caractère ordinaire des utopies, on admet les nouveaux venus dans l'île, et on les installe dans un hospice spécialement consacré aux étrangers.

C'est là qu'ils apprennent de quelques-uns des personnages du pays comment, tout éloigné qu'il est du berceau et du centre du christianisme, ses habitants y furent convertis dès la vingtième année qui suivit l'ascension du Sauveur, par un miracle qui leur apporta les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament, même ceux qui à cette époque n'étaient pas encore écrits. Comment les habitants de Bensalem (est le véritable nom de la Nouvelle Atlantide), inconnus au reste des hommes, connaissent-ils leurs institutions, leurs sciences et même leurs langues? C'est ce qu'on explique plus ou moins clairement aux étrangers; et, à travers des réticences que l'auteur ne pouvait guère éviter, mais qui, dans son roman, sont mises sur le compte du secret à garder, on voit que presque tout ce qui se fait de bon et d'utile est l'oeuvre d'une Société ou Institut de Salomon, lumière et flambeau de l'Empire, consacrée à la contemplation et à l'étude des oeuvres de la divinité.

Le but de cette institution, ses merveilleux moyens d'action, les résultats non moins merveilleux qu'elle obtient sont énumérés par Bacon avec toute la complaisance que devait apporter dans un tel sujet l'auteur du Novum organum. La Nouvelle Atlantide est en quelque sorte le rêve des sciences physiques comme les autres utopies, la République de Platon, l'Utopie de Thomas More, etc., sont le rêve de la science sociale et politique. De ces dernières, Bacon a imité quelques institutions bizarres, le goût des cérémonies publiques, l'abus du costume, et cet enthousiasme du but qui dissimule à l'auteur, mais non au lecteur de sang-froid, le chimérique et la faiblesse des moyens. (E. Brisbarre).
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.