.
-

Beni-Hassan

Beni-Hassan. - Petit village de la Moyenne-Égypte, situé sur la rive droite du Nil, un peu au Sud de Minieh. Tout l'intérêt de ce petit village réside dans la nécropole antique qui l'avoisine, nécropole dont la richesse et l'originalité en font une rivale de l'inépuisable nécropole de Thèbes. Cette nécropole date des premières années de la Xlle dynastie (Moyen Empire), environ 2500 ans avant notre ère. Les grandes tombes y sont au nombre de 39; elles se font remarquer par leur élégance, et surtout par le nombre considérable de tableaux dont elles sont décorées et qui nous représentent, dans toute leur naïveté et leur variété, les occupations et les amusements des Égyptiens à ces époques reculées. La plupart des tombes de Beni-Hassan sont précédées de portiques formés de colonnes doriques. L'aspect de ces colonnes avait même porté les voyageurs du commencement du XIXe siècle à voir dans ces hypogées des monuments de l'époque grecque.
--
Peinture d'un tombeau de Beni Hassan.
Emigrants asiatiques arrivant en Egypte. Peinture d'un tombeau de Beni Hassan.

Les deux principales tombes de Beni-Hassan sont celles d'Améni-Aménemhâ et de Khoum-hotep. Le premier, gouverneur de plusieurs nomes et général d'infanterie, joua un rôle important sous Sésostris II. Il accompagna plusieurs expéditions envoyées aux mines de Nubie pour en rapporter de l'or. Scènes de chasses, de pêches, danses, détails de la vie militaire, on trouve de tout dans sa tombe. Plus de deux cents tableaux retracent les poses et les attitudes de deux lutteurs attaquant et se défendant, reculant, avançant, debout, renversés

Khoum-hotep fut également, sous Amen-em-hâ Il, gouverneur de plusieurs nomes. La biographie de ce personnage, qui fait le tour du soubassement de la première salle de sa tombe, nous montre ce qu'était une grande famille féodale sous la XIle dynastie. Le grand-père de Khoum-hotep n'était que nomarque de Menât-Khoufou (Minieh), puis, par mariages, par héritages, par dons royaux, la famille de Khoum-hotep arriva à posséder à elle seule une partie de la Moyenne-Égypte presque égale à celle qu'en possédait le pharaon lui-même. Cette tombe nous représente, avec mille détails des plus curieux, tous les métiers des anciens Égyptiens. Ailleurs se trouvent peints des oiseaux, des mammifères, des plantes, le tout avec une si belle précision de dessin, et des couleurs si vives et si bien appropriées, qu'elle provoqueront longtemps l'étonnement des voyageurs. 
-


Tombeau d'Améni-Aménemhâ

Mais la scène la plus intéressante de la tombe de Khoum-hotep est celle, souvent reproduite, dans laquelle est figurée toute une famille étrangère venant demander l'hospitalité au riche prince féodal. Khoum-hotep les reçoit debout, ayant à ses côtés ses deux chiens favoris. Ces gens sont blancs, ont le visage ovale, la barbe noire en pointe, le nez aquilin et les yeux bleus. Ils portent la pique et la lyre des anciens Grecs, sont habillés de vêtements brodés dont les bassins se retrouvent sur des vases grecs; tout, en un mot, semble montrer que ce sont des Grecs d'Asie-Mineure que des événements politiques sont venus faire échouer en Égypte.

Bien d'autres tombes de Beni-Hassan sont intéressantes, mais des volumes ne suffiraient pas pour les décrire et des milliers de planches n'en épuiseraient pas la riche collection de peintures. On ajoutera, pour finir, que non loin de Beni-Hassan, se trouve le Spéos Artémidos, dédié à la déesse-lionne Pakhet, un temple hypogée construit par la reine Hatshepsout. (V. L.).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.