.
-

 
Barbarisme
Un' barbarisme, du grec barbarismos, par l'intermédiaire du latin barbarisrnus, est  une faute commise contre l'usage, en tant qu'on emploie une expression ou une forme qui en elle-même n'est pas admise par l'usage comme légitime, par exemple colidor pour corridor, vous disez pour vous dites. Cette sorte de faute est commise fréquemment par les illettrés, parce qu'ils ignorent le bon usage, par les enfants, chez lesquels elle provient souvent d'une fausse analogie, par exemple prendu au lieu de pris, par analogie avec rendu,... et par tous ceux qui parlent beaucoup trop.

On confond souvent barbarisme avec solécisme en ce sens que, ce dernier mot désignant spécialement les fautes contre la syntaxe, on se trouve parfois embarrassé pour déterminer d'une manière précise la nature d'une faute; les uns alors se servent du premier de ces deux mots, d'autres préfèrent le second. Ainsi, l'on dira que l'expression populaire se rappeler de quelque chose est un barbarisme, si l'on considère la locution dans son ensemble, comme une seule façon de parler; mais, d'autre part, on dira également bien que l'emploi de la préposition de fait un solécisme, puisque les règles de la syntaxe de régime sont violées. 

Certains grammairiens appellent ces sortes de fautes barbarismes de phrases, en opposition à barbarismes de mots; mais cette distinction est subtile, et pour éviter toute équivoque, il serait préférable de réserver le mot de barbarisme pour les fautes commises dans les mots pris en eux-mêmes, indépendamment de la construction et de l'union syntaxique. 

Les Anciens faisaient déjà cette confusion; de plus, ils prenaient encore le mot de barbarisme dans un sens légèrement différent : barbarismos était synonyme de ce qu'on appelait aussi glwssa, qui signifie terme particulier à un dialecte ou à une langue étrangère; et l'emploi de ces mots était considéré par quelques-uns comme une figure et un ornement du discours. (M. B.).

.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.