.
-

Représentations de chasses

dans les arts

Dans les monuments antiques, Artémis ou Diane nous apparaît à la fois comme déesse et comme personnification de la chasse. D'autres fois, les anciens ont représenté la chasse sous la figure d'une belle jeune femme, ou sous celle d'un petit génie entouré de trophées d'armes et de gibier.

Un assez grand nombre d'oeuvres antiques nous offrent des représentations plus ou moins animées des occupations et des plaisirs de la chasse. Le musée du Vatican et le musée des Etudes, à Naples, possèdent des bas-reliefs et des pierres retraçant des Chasses au sanglier, des Chasses au lion, des Chasses à l'ours, etc. La Chasse de Méléagre ou Chasse au sanglier de Calydon était un sujet de prédilection pour les peintres et les sculpteurs de la Grèce et de Rome : cet épisode mythologique a inspiré aussi plusieurs maîtres modernes; entre autres, Rubens, Poussin, Lebrun et, plus récemment, Rude, dans un bas-relief du château de Terwueren, en Belgique. 
-


Chasse à la Licorne, de Martin Schongauer (1489, Moscou).

Le Moyen âge a eu aussi sa chasse fabuleuse, la Chasse à la licorne, sujet symbolique où les iconographes voient une allusion à l'immaculée Conception. A la même époque, des Chasses au cerf, au Loup, au lion, au taureau, au sanglier, etc., ont été retracées fréquemment dans les miniatures des manuscrits, dans les vitraux, dans les bas-reliefs et sur une foule de meubles et d'ustensiles. 

Parmi les modernes, les Flamands et les Hollandais ont excellé dans ce genre de sujets; mais il est à remarquer que, tandis que les premiers subordonnent généralement le paysage aux chasseurs et aux animaux, les seconds ne donnent en général aux figures que des proportions assez réduites. 

En France, Desportes, Oudry, se sont montrés les émules des Rubens, des Snyders, des Fyt. Après eux, on peut citer Horace Vernet, Decamps, Fromentin, de Dreux, Jadin, et, hors de France, Landseer, Kiorboë, etc. 
-

J. Ruysdael : la chasse.
Jacob Ruysdaël, la Chasse (Dresde).

Parmi les chasses les plus connues, citons les Chasses au sanglier de Rubens (Turin, Dresde et Marseille), de Snyders (Louvre, Turin, Dresde et Offices), de Paul Bril (Offices), de Berghem (La Haye), de P. Piola (Turin), de Vélazquez (National Gallery), de Desportes (Louvre); les Chasses au cerf de Snyders (La Haye, Louvre, Milan), de Paul de Vos (Madrid), de Ruysdaël (Dresde), de J. van Arthois (Munich), de Paul Bril (Offices), de Mat. Bril (Louvre), de Fr. van Bloemen (Caen), de Ph. Wouwerman (Amsterdam, Louvre, Ermitage, Munich), de Desportes (Louvre et Rouen), de P.-D. Martin (Louvre), de Courbet; 

Citons encore : Les Chasses au lion de Rubens (Dresde et Munich), de Snyders (Ermitage), de Bachelier (Louvre, de Gagnereau (Offices), de Delacroix; - les Chasses au loup de Rubens (collection de lord Ashburton), de Desportes (Louvre), d'Oudry (Louvre); - les Chasses à l'ours de Snyders (Ermitage), de J. Fyt (Munich), Bachelier (Louvre, de Vanvitelli (Turin), de Wahlberg et Wallander, artistes suédois; - les Chasses ou renard de Desportes (Louvre); - la Chasse au mouflon d'H. Vernet; - les Chasses au daim de Bril (Louvre), de Pynacker (Bruxelles), de C. Vernet (Louvre) , - Chasse au lièvre de Wouwerman (Madrid); - la Chasse au chevreuil de Fyt (Munich), les sujets de chasse lithographiés par Decamps et par Horace Vernet.
-

Rubens : la Chasse au tigre.
Rubens, la Chasse au tigre (ca 1618, Rennes).

Les Chasseurs.
La peinture de genre a aussi tiré parti en mainte circonstance du type varié que lui offraient les chasseurs. 

Rappelons le Chasseur endormi, de Gabriel Metsu (galerie Hertford). La scène se passe devant un cabaret rustique, dont la fenêtre est ouverte. Au-dessous de la fenêtre est établi un banc de pierre devant lequel s'élève, à hauteur d'appui, un petit mur qui semble destiné à isoler la maison. Un chasseur harassé a déposé sur ce petit mur sa gibecière on maroquin vert et un ma gnifique faisan doré, et, après avoir vidé un premier pot et fumé une première pipe, s'est endormi sure banc où il est assis, la tête appuyée contre la muraille. 
-

Wouwerman : la Halte des Chasseurs.
Partie centrale de la Halte des Chasseurs, de Wouwerman (ca. 1665, Londres).

Citons encore les deux tableaux intitulés La Halte de chasseurs de Wouwerman, l'un au Louvre, l'autre à la Duwich Gallery de Londres; le Chasseur au marais, d'Alexandre Decamps, et les Chasseurs au miroir, du même artiste.

En sculpture, signalons : le Chasseur indien surpris par un boa, groupe en bronze de Ottin (Salon de 1857); une petite statue de Caudron, le Chasseur indien courant et portant un jaguar sur ses épaules (Salon de 1852 ; un Chasseur blessé par un serpent, statue de marbre de L. Petitot, et un Jeune chasseur jouant avec son chien, statue de marbre de Dantan aîné. Ces deux ouvrages ont figuré au musée du Luxembourg. (NLI).

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.