.
-

État des États-Unis
Oklahoma
L'Oklahoma est un Etat des Etats-Unis; 181 200 km², limité au Nord par le Kansas et le Colorado, à l'Est par  l'Arkansas et le Missouri, au Sud et à l'Ouest par le Texas, au Nord-Ouest par le Nouveau-Mexique et le Colorado. Population :  3,75 millions d'habitants en 2011. Capitale : Oklahoma City, 580 000  habitants. Villes principales : Tulsa (392 000) et Norman (111.000).
-
Oklahoma : les Wishita Mountains.
Les Wishita Mountains, près de Lawton, au Sud-Ouest de l'Oklahoma. Photo : LaVonda Walton.

L'Oklahoma est une plaine fertile, à collines basses, dont les principales sont (au Sud) les monts Ozark et Sans-Bois à l'Est, Wichita ou Washita au Sud-Ouest. Il est parcouru par l'Arkansas et ses affluents, le Cimarron, la rivière Canadienne (Canadian River), grossie du North Fork, qui le traversent de l'Ouest et à l'Est; le Washita est le principal tributaire de la rivière Rouge.

Histoire de l'Oklahoma. - L'Oklahoma s'est constitué au détriment d'une vaste réserve indienne nommée le Territoire indien. Ce territoire, établi officiellement en 1837, était compris entre les Etats de Kansas au Nord (limite, 33° 36' lat. N.), du Missouri au Nord-Est, de l'Arkansas à l'Est, du Texas (dont le sépare la rivière Rouge) au Sud; du Texas à l'Ouest, du Colorado et Nouveau-Mexique au Nord-Ouest. Il correspondait donc à peu près à l'Oklahoma actuel, à l'exception de la bande de territoire au Nord-Ouest (Cherokee strip ou Cimarron strip), territoire non organisé. 

Le territoire Indien avait été créé dans les anciens domaines des Osages, mais ceux-ci furent réduits à si peu de chose qu'ils n'en occupèrent plus qu'une minime fraction. Il fut été abandonné aux Indiens à titre de demeure stable et on s'était engagé à en écarter les immigrants blancs. On confirma ce pacte en 1866 ; mais, à partir de 1889, on a dépouillé les Indiens de la plus grande partie de ces réserves au profit du nouveau territoire d'Oklahoma, ouvert aux Blancs. Le Territoire Indien fut réduit à 81,320 km². 

Les Indiens se divisaient en deux groupes : ceux qui avaient adopté le mode de vie europée; ceux qui étaient restés nomades. Les cinq tribus sédentarisées étaient les Cherokees (au Nord-Est),  établis dans l'angle Nord-Est du Territoire, sur les confins du Kansas, du Missouri et de l'Arkansas, les Choctaws, dans l'angle Est, qui s'enrichissent par l'agriculture et l'élevage du bétail, les Creeks (au centre), les Chickasaws (au Sud), les Séminoles. 

Voici la liste des autres tribus : Cheyenne (à l'Ouest), Arapahoe (à l'Ouest), Kiowa (au Sud-Ouest), Comanche (au Sud-Ouest), Apache (au Sud-Ouest), Wichita, Kaw, Osage (au Nord), Quapaw, Pawnee, Ponca, Nez-Percé, Waco, Towaconie, Keechie, Caddo, Delaware, Peoria, Miami, Modoc, Wyandot, Ottawa, Seneca, Shawnee, Sac and Fox, Kickapoo, Pottawattamie. 

Les principaux centres étaient Tahlequech (ou Talequah), capitale des Cherookees; Caddo, chez les Choctaws; Tishomingo, chez les Chickasaws; Vinita, sur le chemin de fer qui traversait l'Est du territoire Indien. 

Le 1er février 1889, un décret livra aux colons le district d'Oklahoma. A l'époque ce n'était qu'une enclave de 8000 km² sur les rives du Cimarron, au centre du Territoire Indien.

« Toutes les mesures avaient été prises par les compagnies des voies ferrées, par les éleveurs de bétail et les spéculateurs, pour s'emparer du sol. Les plans des villes étaient déjà tracés; on vendait, on achetait les lots aux enchères, avant même de les avoir vus. A l'heure indiquée, la foule franchissait les limites et se ruait sur les terres nouvelles; les préempteurs du sol posaient leurs bornes; les charrettes, les voitures creusaient leurs ornières sur les routes à venir; les industriels plantaient leurs tentes sur l'emplacement de leurs magasins futurs. La vie économique et sociale des cités américaines animait soudain la solitude. La ville d'Oklahoma, celle de Guthrie, choisie comme capitale, apparurent ainsi, se dressant en quelques jours au-dessus des plaines. » (Elisée Reclus).
L'Oklahoma de 1889 était un terrain que le gouvernement fédéral s'était réservé, mais que les Indiens considéraient comme un territoire de pâture pour leur bétail. Le Territoire Indien avait encore alors 174.000 km². et 186.000 habitants dont 108.000 Blancs et 78.000 Indiens répartis en un grand nombre de tribus, dont celle des Cherokees était la plus nombreuse et la plus européanisée. 

En 1894, une partie des terres voisines de l'enclave de 1889 fut encore ouverte à la colonisation, et les compagnies de spéculateurs et de colons s'y précipitèrent. En 1893, de nouvelles adjonctions portèrent les limites de l'Oklahoma, au Nord, jusqu'à la frontière Sud du Kansas, et au Sud jusqu'à la rivière Rouge, frontière du Texas. Les réserves militaires du Nord-Ouest et tout ce qui restait de la partie occidentale du Territoire Indien, avec une bande étroite entre le Nord-Ouest du Texas et le Sud-Est du Colorado (Cherokee Strip), furent annexés à l'Oklahoma, dont la superficie fut dès lors portée à 101 000 km², qui dépassaient celles de ce qui subsistait du Territoire Indien. A partir de 1907, il en a été fini du Territoire Indien, qui s'était vu refusé par le Congès, deux ans plus tôt, le droit de s'ériger en Etat (l'Etat de Sequoyah). Ce qui en restait a été dévolu entièrement à l'Oklahoma, qui lui a été admis comme Etat de l'Union 16 novembre 1907. (A. Moireau / A.-M. B.).


Danse du Soleil des Indiens Ponca, dans l'Oklahoma.
.


[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Etats-Unis]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.