.
-

État des États-Unis
Caroline du Sud
La Caroline du Sud est un Etat des Etats-Unis,  et l'une des treize colonies britanniques qui s'unirent en 1776 contre la métropole et formèrent une confédération indépendante. Population : 4,3 millions d'habitants. Columbia,  la capitale politique, située sur la rivière Congaree, au point où elle est formée par la rencontre des deux rivières Broad et Saluda, compte à peine 130,000 habitants. La ville même de Charleston, qui est la capitale commerciale et sociale a une population de 120,000 habitants.

La Caroline du Sud présente l'aspect d'un triangle dont le sommet, tourné vers le Nord-Ouest, est compris entre la Caroline du Nord et la Géorgie, et dont la base s'étend du Nord-Est au Sud-Ouest, entre ces deux mêmes Etats, le long de l'Océan Atlantique, avec une étendue de côtes de 220 milles (350 km). La plus grande longueur de l'Etat est 240 milles, la superficie, 83 000 km².
-

Caroline du Sud : la plantation de Drayton Hall, à Charleston.
 La plantation de Drayton Hall, à Charleston, en Caroline du Sud.

La partie méridionale de la côte est bordée de nombreuses îles, séparées du continent par d'étroites passes constituant un réseau de voies intérieures pour la navigation à vapeur entre Charleston et Savannah. Ces îles sont basses, plates, couvertes de chênes, de pins et de palmiers. La végétation y formait jadis des fourrés impénétrables et cet archipel était le séjour favori des alligators. Il produit aujourd'hui la belle variété de coton, connue sous le nom de Sea Island. 

Les côtes de la Caroline sont très découpées; de nombreuses baies offrent toutes facilités pour un commerce de cabotage, mais il y a peu de bons ports. Celui de Charleston est obstrué par une barre dangereuse de sable, celui de Georgetown, à l'embouchure des rivières Pedee et Black, n'a pas de profondeur. Le meilleur havre, celui de Beaufort ou Port-Roval, est peu fréquenté. 

Tout le pays à l'intérieur jusqu'à 100 milles de la côte est bas, marécageux ; au delà, vers l'Ouest, commence une région sablonneuse, ondulée, peu favorable à l'agriculture; elle s'élève rapidement et devient alors très fertile et bien arrosée. A l'extrémité occidentale de l'Etat apparaissent les cimes de la chaîne appelée Blue Ridge, l'une d'elles, Table Mountain, atteignant une hauteur de 1200 m. 

C'est sur les flancs de cette chaîne que prennent leur source les cours d'eau qui traversent la Caroline du Sud, du Nord-Ouest au Sud-Est : la rivière Great Pedee, nommée Yadkin dans la partie supérieure de son cours appartenant à la Caroline du Nord, et qui se jette dans la baie de Winyaw, ainsi que la Little Pedee et Black River. Le fleuve Santee est formé de la réunion du Wateree (Catawba dans la Caroline du Nord) et du Congaree, et se jette dans la mer un peu au sud de Georgetown, sans avoir reçu aucun affluent. Il est navigable depuis Cambden (sur le Wateree) et Columbia (sur le Congaree). La partie méridionale de l'Etat est arrosée par l'Edisto, le Combaehe et le Coosawatchie.

Le sol de la Caroline du Sud est d'une fertilité extraordinaire. Les principaux produits, outre le coton, sont le riz, le blé, le maïs, l'orge, les pommes de terre. Le coton a chassé le tabac, l'indigo et le chanvre, cultivés autrefois dans nombre de plantations.

Histoire de la Caroline du Sud. - Le roi d'Angleterre Charles II, ayant concédé eu 1663-165 à un groupe de lords propriétaires (V. Caroline du Nord), tout le pays situé sur la côte américaine de l'Océan Atlantique, entre le Sud de la Virginie et le golfe du Mexique, une compagnie de colons s'établit en 1670 près de la baie de Port-Royal, un peu à l'est de l'embouchure du fleuve Savannah, non loin de l'emplacement où, un siècle auparavant, une colonie de huguenots français, conduite par Ribaut et Laudonnière, avait été massacrée par l'espagnol Melendez. Les colons, débarqués à Port-Royal, quittèrent ce lieu l'année suivante pour s'établir à l'embouchure des rivières Ashley et Cooper, et en 1680, fut fondé à l'extrémité de la péninsule formée par ces deux rivières, le village qui devint plus tard Charleston. Après de longues luttes entre les habitants et les gouverneurs que leur envoyaient les propriétaires, la concession faite à ces derniers par Charles Il fut rachetée par la couronne en 1729, et la partie méridionale de la province Caroline fut organisée en province royale distincte sous le nom de Caroline du Sud. 

L'esclavage y était établi dès les premiers temps de la colonie et s'y développa plus qu'en aucune des autres provinces américaines de la Grande-Bretagne, à cause du climat, du sol, et de la culture du riz, qui devint rapidement la principale occupation des habitants. Le pays se couvrit de grandes plantations où les maîtres blancs vivaient du travail de troupes de d'esclaves arrachés à l'Afrique et achetés à haut prix. L'établissement eut des luttes sérieuses à soutenir contre les Espagnols établis en Floride, et contre les Indiens Creeks et Cherokees, refoulés peu à peu dans l'Ouest, du côté des monts Appalaches.

La Caroline du Sud prit une part active à la guerre de l'indépendance contre l'Angleterre et vit sa prospérité se développer avec un vif éclat pendant le premier tiers du XIXe siècle, par la culture du coton. En 1790, la population s'élevait à 249,000 habitants dont 107,000 esclaves noirs. En 1830, elle atteignait le chiffre de 581,000, et déjà le nombre des Noirs l'emportait sur celui des Blancs (264,000 contre 237,000).

En 1832, la Caroline du Sud, à l'occasion d'un dissentiment avec les Etats du Nord sur la question du tarif douanier, fut sur le point de se séparer de l'Union. Un compromis proposé par Clay retarda de trente ans cette sécession. Durant cette période, les hommes d'Etat de la Caroline du Sud se distinguèrent au Congrès par l'énergie avec laquelle ils défendirent contre les attaques des libéraux et des abolitionnistes du Nord l'institution de l'esclavage et la doctrine des droits des Etats. 

En 1860, au moment de la sécession, où elle fut la première à s'engager, la Caroline du Sud comptait 703,000 habitants. dont 402,000 esclaves, et Charleston, la ville principale, centre de la haute société sudiste, foyer intellectuel de la civilisation spéciale fondée sur l'institution de l'esclavage, avait 40,000 habitants. Le pays produisait 15 millions de bushels de maïs, 119 millions de livres de riz, et 353,000 balles de coton.

Toute cette prospérité fut anéantie par la guerre civile, et l'Etat put à peine recouvrer ses pertes, de 1865 à 1870. Le recensement de cette dernière année ne lui attribue, en effet, que 705,000 habitants, soit 2000 à peine de plus qu'en 1860. Au contraire, la décennie suivante a été pour la Caroline du Sud une période de relèvement pendant laquelle sa population s'accrut de 41%. Les Noirs ayant le droit de suffrage depuis leur émancipation, conséquence de la guerre de la sécession, les anciens esclaves étaient en majorité dans l'Etat au point de vue politique, mais les Blancs reconquirent rapidement et conservèrent leur ancien ascendant sur eux, et le corps électoral se trouva ainsi tout acquis au parti démocrate. 

Le gouvernement de la Caroline du Sud se compose d'un gouverneur nommé pour deux ans, d'un lieutenant-gouverneur, d'un secrétaire d'Etat et d'autres fonctionnaires exécutifs, également nommés pour deux ans, d'une législature composée d'une Chambre de représentants au nombre de 124 élus pour deux ans, et d'un Sénat de 35 membres élus pour quatre ans. La Cour suprême comprend un chef justice et deux juges associés, élus pour six ans. L'Etat envoie sept membres à la Chambre des représentants de Washington. (A. Moireau).
-
Caroline du Sud : exploitation agricole.
Une exploitation agricole de Caroline du Sud, dans les années 1940.
.


[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Etats-Unis]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.