.
-

d'Indy

Saint-Ange-Wilfried'd'Indy est un musicien né à Valence (Drôme) en 1821. Il fit ses études de piano, de chant et de composition avec Kontski, Banderali et Alexis Roger. Il débuta par de la musique de chambre et de piano, puis il voulut aborder le théâtre, mais mille difficultés l'arrêtèrent dans sa carrière; après avoir fait entendre avec succès au Conservatoire, en 1850, une Charlotte Corday de sa composition, il présenta à l'Opéra-Comique une partition, le Feu sous la neige, qui fut reçue, mais non représentée; on l'entendit seulement au Louvre chez Nieuwerkerke, surintendant des beaux-arts. C'est dans cette pièce que le ténor Capoul fit ses débuts devant le monde parisien. 

L'oeuvre avait eu du succès et Saint-Georges avait confié à Wilfried d'Indy un poème de Maître Claude. A la suite de péripéties trop longues pour être racontées ici, le musicien dut abandonner ce poème qui fut mis en musique par J. Cohen. Il écrivit encore quelques opéras de salon et de la musique de chambre, mais une maladie d'yeux l'obligea à renoncer à l'art.  W. d'Indy a publié d'intéressants articles de critique musicale (Correspondant, 1867-1873).

Paul-Marie-Théodore-Vincent' d'Indy est un compositeur français, neveu du précédent, né à Paris le 27 mars 1851, mort en 1931. Elève pour le piano de Louis Diémer et de Marmontel père, il étudia l'harmonie avec Lavignac, l'orgue, le contrepoint, la fugue et la composition avec César Franck. Il remplit l'emploi de chef des choeurs de l'Association-artistique (concerts du Châtelet) de 1874 à 1877. 

C'est sous sa direction que furent montés l'Enfance du Christ, Roméo et Juliette de Berlioz, la IXe symphonie de Beethoven, etc. En 1885, la ville de Paris lui décerna le grand prix de composition pour son Chant de la Cloche. En 1887, il était chef des choeurs de l'Eden sous la direction Lamoureux, lorsque eut lieu l'unique et mémorable exécution de Lohengrin, qui précéda et prépara les représentations de l'Opéra.

Vincent d'Indy, après la mort de César Franck, a été universellement considéré comme le chef de la jeune école française. Après avoir, au début de sa carrière, subi l'influence de Berlioz, de Wagner et de César Franck, il a su vite dégager sa personnalité et acquérir un style bien à lui. L'élévation de ses idées, la logique serrée de ses développements, son sentiment juste des proportions, sa solide science du contrepoint, sa maestria dans la polyphonie et le maniement de l'orchestre, ses étonnantes trouvailles harmoniques le mettent hors de pair parmi les compositeurs de sa génération. 

Son oeuvre, considérable, est surtout instrumentale : Musique symphonique, musique de chambre, musique de piano, absence complète de mélodies. (GE).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.