.
-

 Histoire de l'Asie > La Chine
Le royaume de Qin 
et les dynasties Qin
Le nom Qin a été porté par un royaume et plusieurs dynasties chinoises. Ce nom est d'abord celui du royaume de Qin et de la dynastie des premiers Qin (秦). Le royaume de Qin était situé dans l'ouest de la Chine, dans l'actuelle province du Shaanxi. Ses origines remontent à la période des Printemps et Automnes (770-476 avant J.-C.) et à la période des Royaumes combattants (475-221 avant J.-C.), lorsque la Chine était divisée en plusieurs États féodaux en guerre.

Plus tard, on relève l'utilisation de ce nom par plusieurs autres dynasties. En particulier, celles des Qin de l'Ouest (西秦), des Qin antérieurs (前秦, 351-394) et des Qin postérieurs (后秦, 384-417). 

Le choix du nom "Qin" par les fondateurs de ces dynasties semble pouvoir s'expliquer par la réputation et l'héritage lassés par les premiers Qin, fondateurs de la première dynastie impériale. (C'est du mot Qin, que dérive le nom de la Chine).  En adoptant le nom "Qin", les fondateurs des différentes dynasties cherchaient peut-être à légitimer leur règne et à revendiquer une continuité symbolique avec le passé glorieux de l'ancienne dynastie Qin. Le terme "Qin" a aussi une importance géographique, car il est associé à la région de Shaanxi (où se trouvait la capitale de l'ancienne dynastie Qin, Xi'an). Les nouveaux États "Qin" ont souvent choisi cette région comme base de leur pouvoir.

Le royaume de Qin. Les premiers Qin (255 à 206 av JC). 

La dynastie des premiers Qin a mis fin à la période des Royaumes combattants en unifiant la la Chine sous un gouvernement centralisé. La centralisation et les réformes de Qin Shi Huangdi ont établi les fondations de l'État chinois puissant, dont les acquis seront conserver par la dynastie des Han qui a supplanté cette première dynastie impériale.

Contexte historique et émergence.
Origines et ascension.
Le royaume de Qin (秦) se trouvait à l'extrémité occidentale de la Chine, dans l'actuelle province du Shaanxi. Grâce à sa position géographique et à des réformes internes efficaces, il devint progressivement l'un des États les plus puissants durant la période des Royaumes combattants (475-221 av. JC).

Premiers souverains du Qin.
Avant l'unification de la Chine, les premiers dirigeants de Qin (ducs) se distinguèrent par leurs réformes militaires et administratives. Les deux figures les plus importantes de cette période :

• Le duc Mu de Qin (秦穆公). Règne : 659-621 avant notre ère. Un des premiers dirigeants notables, il a considérablement renforcé l'État de Qin.

• Le duc Xiao de Qin (秦孝公). - Règne : 361-338 avant notre ère. Initiateur de réformes importantes avec l'aide de Shang Yang, posant les bases de l'expansion future de Qin. Le Qin connait une période de prospérité et de développement.

Qin Shi Huangdi et l'unification (221-210 av. JC).
La dynastie Qin proprement dite commence avec l'unification de la Chine par Qin Shi Huang. Elle durera seulement 15 ans, principalement en raison de la brutalité de son régime, des taxes lourdes, et de l'énorme travail forcé imposé à la population.

Conquête des Royaumes combattants et extension territoriale.
Sous le règne de Ying Zheng (嬴政), monté sur le trône en 246, à l'âge de 13 ans,  le royaume de Qin acheva la conquête des autres États féodaux en 221 avant J.-C., mettant fin à la période des Royaumes combattants. Ying Zheng se proclama alors Qin Shi Huangdi, ou le Premier empereur Qin, établissant ainsi la première dynastie impériale de Chine. 

La dynastie Qin a également étendu son contrôle vers le sud, intégrant les régions habitée par les Baiyue et d'autres groupes ethniques du sud. (Baiyue est un terme générique pour désigner les divers groupes ethniques vivant dans le sud de la Chine. Certains de ces groupes sont considérés comme les ancêtres des Zhuang modernes).

Réformes et centralisation.
Pour consolider son pouvoir et unifier l'empire, Qin Shi Huangdi (秦始皇帝) entreprit plusieurs réformes majeures :

• Introduction de normes uniformes pour les poids et mesures, la monnaie et l'écriture, facilitant le commerce et l'administration.

• Abolition des États féodaux et création de commanderies et préfectures administrées directement par des fonctionnaires nommés par l'empereur.
--

La féodalité en Chine

La féodalité dans l'ancienne Chine diffère de la féodalité telle qu'elle est connue en Europe médiévale, mais qui présente des similitudes structurelles en termes de décentralisation du pouvoir et de relations entre seigneurs et vassaux. 

La dynastie Zhou (1046-256 av. J.-C.) est souvent considérée comme la période où la féodalité chinoise a pris forme. Le roi Wu de Zhou a renversé la dynastie Shang et instauré un système de gouvernance décentralisé pour mieux contrôler le vaste territoire. Il  accordait des terres à ses proches, ses alliés et ses généraux, qui devenaient des seigneurs féodaux ou zhuhou (诸侯). Ces seigneurs gouvernaient leurs propres territoires appelés fiefs (封国, fengguo), exerçant une autonomie considérable mais restant loyaux au roi Zhou. En échange de leurs terres, les seigneurs devaient fournir des soldats et des tributs au roi Zhou.

Les seigneurs féodaux eux-mêmes avaient des vassaux sous leur commandement, ce qui crééait une hiérarchie de loyautés et d'obligations. Chaque vassal devait allégeance à son seigneur en échange de protection et de terres pour gouverner.

Durant la période des Printemps et Automnes (770-476 av. J.-C.) et des Royaumes Combattants (475-221 av. J.-C.), l'autorité centrale des rois Zhou a progressivement diminué. Les seigneurs féodaux ont gagné en puissance et ont commencé à s'affronter pour la domination régionale, menant à une fragmentation politique. Plusieurs États féodaux sont devenus extrêmement puissants, tels que Qin, Chu, Qi, Yan, Zhao, Han, et Wei, dominant la scène politique et militaire. Ces États ont adopté des réformes centralisatrices pour renforcer leur pouvoir et améliorer leur efficacité administrative et militaire. 

L'État de Qin, en particulier, sous la direction de Shang Yang au IVe siècle av. JC, a mis en place des réformes centralisatrices qui affaiblissaient le pouvoir des seigneurs féodaux et renforçaient l'autorité de l'État central. Les réformes comprenaient la redistribution des terres, la standardisation des lois, et l'établissement d'un système de méritocratie pour les fonctionnaires. L'unification de la Chine en 221 2av. JC sous la dynastie Qin a marqué la fin de la féodalité traditionnelle, remplacée par un État centralisé et bureaucratique.

Bien que la féodalité traditionnelle ait pris fin avec la dynastie Qin, la Chine impériale a maintenu une hiérarchie de titres et de relations similaires à celles de la féodalité, bien que sous une forme plus centralisée et bureaucratique.

• Construction de vastes réseaux de routes et de canaux pour améliorer la communication et le transport à travers l'empire.

• Début de la construction de la Grande Muraille pour protéger l'empire contre les invasions nomades du nord. En particulier, celles des Xiongnu, ne confédération de tribus nomades qui ont souvent été en conflit avec les dynasties chinoises, d'abord avec les Qin et, plus tard avec la dynastie Han, notamment. 

Réalisations majeures.
On doit encore à ce règne, la construction du tombeau de Qin Shi Huangdi. Situé près de Xi'an, son tombeau est célèbre pour l'armée de terre cuite, une collection de sculptures en terre cuite représentant les soldats, chevaux et chariots de l'armée impériale. De nombreux palais et autres monuments pour montrer la grandeur de l'empire ont également été bâtis à cette époque.

Fin de la Dynastie Qin (210-206 avant JC).
Qin Shi Huangdi mourut en 210 av. JC. Son fils, Qin Er Shi (秦二世, règne : 210-207), lui succéda, mais son règne fut marqué par ont incompétence et sa cruauté et l'augmentation des troubles internes. Le gouvernement centralisé du royaume était trop rigide et autoritaire, provoquant le mécontentement de la population et des élites locales. Ziying (子嬰), lui succèdera en 207, mais ses tentatives pour stabiliser le régime échouent. Les révoltes menées par des anciens nobles et d'autres mécontents. se poursuivent. En 206 av. JC, Liu Bang, un ancien officier, réussit à renverser la dynastie Qin et à fonder la dynastie Han, marquant la fin de la dynastie Qin.

Les Qin de l'Ouest

Les Qin occidentaux (Xi Qin) ont régné sur une partie de la Chine occidentale durant la période des Seize Royaumes, après la chute de la dynastie Han et avant l'unification par la dynastie Sui. 

La période des Seize Royaumes (304-439 après J.-C.) est une époque de fragmentation et de conflits en Chine, marquée par l'émergence de multiples royaumes dirigés par des chefs militaires, souvent issus de groupes ethniques non Han. Cette période suivit la chute de la dynastie Jin occidentale et précéda l'unification par la dynastie Sui.

Bien que les Qin occidentaux n'aient pas eu une influence majeure comparée aux dynasties plus célèbres comme les Han ou les Tang, ils représentent une partie de l'histoire complexe et multiethnique de la Chine durant la période des Seize Royaumes. Leur existence illustre les interactions et les conflits entre les divers groupes ethniques et les royaumes de cette époque. Ils contribuèrent à la diffusion des cultures et des technologies entre les peuples nomades et sédentaires. 

Le royaume des Qin occidentaux fut fondé par Qifu Guoren en 409 ap.s JC. Qifu Guoren appartenait à l'ethnie Xianbei, un groupe nomade originaire des steppes mongoles. Les Qin occidentaux étaient basés dans la région de l'actuelle province de Gansu.

Qifu Guoren (409-431), fondateur de la dynastie, établit la capitale à Yongcheng (actuelle ville de Tianshui). Après lui, Qifu Chipan (431-428), son fils continua à renforcer le royaume et à défendre ses frontières contre les attaques des autres royaumes. Qifu Mumo (428-431), successeur de Qifu Chipan, régna pendant une courte période avant que le royaume ne commence à décliner face aux pressions extérieures.

Les Qin occidentaux furent constamment menacés par d'autres royaumes plus puissants, tels que les Xia et les Wei du Nord. Les incursions militaires et les alliances changeantes affaiblirent progressivement le royaume.

Les Qin antérieurs

La dynastie des Qin antérieurs (前秦) a été fondée par Fu Jian (苻健) en 351 après notre ère. Elle a régné sur un Etat (le Qin antérieur), qui était, comme le Qin occidental, l'un des Seize Royaumes en Chine du Nord. Les fondateurs de cette dynastie étaient issus de la tribu Di, un peuple non-Han. Principaux souverains : 
• Fu Jian I (苻健). -  Règne : 351-355. Fondateur de la dynastie, il a établi la capitale à Chang'an (aujourd'hui Xi'an).

• Fu Sheng (苻生). - Règne : 355-357.  Connu pour sa cruauté et son incompétence, il fut renversé et tué par son cousin, Fu Jian II.

• Fu Jian II (苻坚). - Règne : 357-385.  Le plus célèbre des souverains de la dynastie Qin antérieur. Il a mené des campagnes militaires pour unifier une grande partie de la Chine du Nord. En 370, il a conquis l'État au Yan antérieur (前燕), et en 376, il a annexé le Liang antérieur (前凉) et le Dai antérieur (前代).  Son règne a atteint son apogée en 382 lorsqu'il a mené une invasion massive de la dynastie Jin dans le sud. Cependant, sa défaite à la bataille de la rivière Fei (淝水之战) en 383 a amorcé le du déclin de son règne.

• Fu Pi (苻丕). - Règne : 385-386. Fils de Fu Jian II, il a succédé à son père après sa mort, mais il n'a pas pu maintenir le contrôle sur l'empire.

• Fu Deng (苻登). - Règne : 386-394. A tenté de restaurer la dynastie mais a été constamment attaqué par les forces du Qin postérieur et d'autres États. Il a été tué en 394.

Après la défaite à la rivière Fei, le Qin antérieur a été affaibli par des révoltes internes et des attaques de la dynastie Jin et des autres États des Seize Royaumes. La capture et la mort de Fu Deng en 394 ont scellé la fin de la dynastie.

Les Qin postérieurs

Egalement l'un des Seize Royaumes, le Qin postérieur (后秦, 384-417) est un Etat fondé par Yao Chang (姚苌) en 384 après avoir renversé l'autorité du Qin antérieur. Les fondateurs de cette dynastie étaient issus de la tribu Qiang, un autre peuple non-Han. Jalons : 
• Yao Chang (姚苌). -  Règne : 384-393.  Fondateur de la dynastie, il a capturé et tué Fu Jian II du Qin antérieur, consolidant son pouvoir en Chine du Nord-Ouest. Il a transféré la capitale à Chang'an (Xi'an).

• Yao Xing (姚兴). - Règne : 393-416. Fils de Yao Chang, son règne est connu pour la promotion du bouddhisme et la relative stabilité interne. Il a mené des campagnes militaires contre les Jin orientaux et les autres royaumes, mais sans succès durable.

Après la mort de Yao Xing en 416, le Qin postérieur a été affaibli par des luttes internes pour le pouvoir et des attaques externes. En 417, les forces de la dynastie Jin orientale ont capturé Chang'an et détruit la dynastie des Qin postérieurs. Yao Hong (姚泓), le dernier souverain, a été capturé.
-

 
.


[Histoire politique][Biographies][Cartothèque]
[Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2024. - Reproduction interdite.