.
-

Becquerel

Antoine-C√©sar Becquerel est un physicien n√© √† Ch√Ętillon-sur-Loing le 7 mars 1788, et mort  le 18 janvier 1878 √† Paris. Sorti de l'√Čcole polytechnique en 1808, il se distingua, comme officier du g√©nie, dans les campagnes d'Espagne et de France; quitta le service en 1815 et se consacra depuis √† des travaux scientifiques qui lui valurent le titre de membre de l'Acad√©mie des sciences (1829), et la chaire de professeur de physique au Mus√©um (1837). Parmi ses √©l√®ves figureront Louis Pasteur et Henri Sainte-Claire Deville.

Antoine Becquerel fit surtout de l'√©lectrochimie appliqu√©e aux arts l'objet de ses recherches, donna le premier l'id√©e des piles √† courant constant, s'occupa √©galement avec succ√®s de physiologie et de climatologie et prit une grande part √† l'am√©lioration du sol de la Sologne. 

Outre de nombreux Mémoires, publiés dans les Comptes rendus de L'Académie des sciences, dans les Annales de physique et de chimie, etc., Antoine Becqurel a donné plusieurs ouvrages, dont les principaux sont : Traité de l'électricité et du magnétisme, 7 vol., 1834-40; Traité de physique appliquée à la chimie et aux sciences naturelles, 2 vol., 1847; etc.
Alexandre Edmond Becquerel, fils du pr√©c√©dent, est un physicien n√© le 24 mars 1820 √† Paris et  mort  le 11 mai 1891 dans cette m√™me ville. Il a √©tudi√© √† l'√Čcole polytechnique et s'est ensuite illustr√© par ses travaux sur l'√©lectricit√© et la lumi√®re (premi√®re mise en √©vidence de l'effet photo√©lectrique en 1839), et la photochimie (bases de la photographie argentique, notamment), tout en enseignant √† l'√Čcole polytechnique et √† l'√Čcole des Mines. Il a √©galement  collabor√© √† quelques-uns de ses ouvrages (√Čl√©ments de physique terrestre et de m√©t√©orologie, etc.).
Antoine Henri' Becquerel, n√© le 15 d√©cembre 1852 √† Paris, mort le 25 ao√Ľt 1908 au Croisic, fils du pr√©c√©dent, est le d√©couvreur de la radioactivit√©. 

Ayant obtenu un dipl√īme d'ing√©nieur des Ponts et Chauss√©es, en 1872, Henri Becquerel soutient sa th√®se de doctorat en physique en 1878 et devient la m√™me ann√©e assistant √† l'√Čcole polytechnique. Dix ans plus tard, il y devient professeur, succ√©dant bient√īt √† son p√®re. En 1895, Il est √©galement  nomm√© professeur √† la chaire de physique appliqu√©e au Mus√©um national d'histoire naturelle

En 1896, apr√®s la d√©couverte des rayons X par R√∂ntgen, il s'int√©resse √† la relation entre la luminescence de certains mat√©riaux et l'√©mission de ce nouveau type de rayonnement. Le 26 f√©vrier de cette ann√©e, il range un √©chantillon de sels uranium (√† l'abri de toute lumi√®re) au contact d'une plaque photographique, et le 1er mars, il peut constater que la plaque, bien que s√©par√©e par un mat√©riau opaque, a √©t√© expos√©e √† un rayonnement √©mis par son √©chantillon. C'est la d√©couverte de la radioactivit√© naturelle de l'uranium. 

Pendant les mois suivant, Becquerel d√©montre que la radioactivit√© n'est pas li√©e aux propri√©t√©s chimiques des substances, mais est une propri√©t√© inh√©rente √† certains √©l√©ments et entreprend des √©tudes approfondies sur ses propri√©t√©s. Il √©tudie la p√©n√©tration des rayon radioactifs √† travers la mati√®re, leur capacit√© √† ioniser l'air et leurs effets sur les substances environnantes.  Tous ces travaux seront men√©s en collaboration avec Marie et Pierre Curie √† partir de 1898, et qui m√®neront √† l'identification de nouveaux √©l√©ments tels que le polonium et le radium.

Les travaux de Becquerel sur la radioactivit√© lui ont d√Ľ de partager, en 1903, le prix Nobel de physique avec les Curie. Apr√®s 1903, Becquerel a poursuivi ses recherches sur la radioactivit√© en d√©veloppant notamment des m√©thodes et des instruments de mesure de la radioactivit√©.  Il montre √©galement que les sels radioactifs peuvent induire des r√©actions chimiques inhabituelles et modifier les propri√©t√©s de certains mat√©riaux.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
[Aide][Recherche sur Internet]

¬© Serge Jodra, 2004 - 2023. - Reproduction interdite.