.
-

La Princesse d'Élide, de Molière

La Princesse d'Élide est une comédie-ballet en cinq actes, un prologue et cinq intermèdes, de Molière. Elle forma la seconde journée des fêtes somptueuses données à Versailles, au printemps de 1661, sous le titre des Plaisirs de l'île enchantée, et fut tirée de el Desden con el desden, comédie de Moreto. Pressé par le temps, Molière ne put mettre en vers que le premier acte et la première scène du second; le reste est en prose. 

Les trois princes Euryale, Aristomène, Théocle recherchent la main de la princesse d'Elide. Celle-ci fait profession de mépriser l'amour; mais, piquée par le dédain d'Euryale, elle en arrive à l'aimer, et les deux autres princes épousent Aglanto et Cynthie, cousines de la princesse.

Lulli avait composé la musique des divertissements. Molière joua lui-même les rôles de Lyciscas dans le prologue et du plaisant de cour Moron dans la pièce; sa femme créa celui de la princesse. (NLI).
-

Extrait de la Princesse d''Élide
Le Bouffon, l'Écho et l'Ours

[ Voici une partie du premier intermède, où paraît Moron, bouffon de la princesse, et fort poltron].
 


PREMIER INTERMÈDE
Scène II
Moron, un Écho

L'ÉCHO. - Philis.

MORON. - Ah!

L'ÉCHO. - Ah. 

MORON. - Hem. 

L'ÉCHO. - Hem.

 MORON. - Ah! Ah! 

L'ÉCHO. - Ah. 

MORON. - Hi, hi. 

L'ECHO. - Hi. 

MORON. - Oh!

L'ÉCHO. - Oh. 

MORON. - Oh.

L'ÉCHO. - Oh.

MORON. - Voilà un écho qui est bouffon.

L'ÉCHO. - On.

MORON. - Hon.

L'ÉCHO. - Hon. 

MORON. - Ah!

L'ÉCHO. - Ah.

MORON. - Hu. 

L'ÉCHO. - Hu.

MORON. - Voilà un écho qui est bouffon.

Scène III

MORON, apercevant un ours qui vient à lui.

Ah! Monsieur l'ours, je suis votre serviteur de tout mon coeur. De grâce, épargnez-moi. Je vous assure que je ne vaux rien du tout à manger, je n'ai que la peau et les os, et je vois de certaines gens là-bas qui seraient bien mieux votre affaire. Hé! hé! hé! Monseigneur, tout doux, s'il vous plaît. Là (il caresse l'ours et tremble de frayeur), là, là, là. Ah! Monseigneur, que votre altesse est jolie et bien faite! Elle a tout à fait l'air galant et la taille la plus mignonne du monde. Ah! beau poil, belle tête, beaux yeux brillants et bien fendus! Ah! beau petit nez! belle petite bouche! petites quenottes jolies! Ah! belle gorge! belles petites menottes! petits ongles bien faits! (L'ours se lèche sur ses pattes de derrière.) A l'aide! au secours! je suis mort! Miséricorde! Pauvre Moron! Ah! mon Dieu! Hé! vite, à moi, je suis perdu.

(Moron monte sur un arbre... Les chasseurs paraissent).

Eh! Messieurs, ayez pitié de moi (Les chasseurs combattent l'ours.) Bon! Messieurs, tuez-moi ce vilain animal-là. O ciel! daigne les assister! Bon! le voilà qui fuit. Le voilà qui s'arrête, et qui se jette sur eux. Bon! en voilà un qui vient de lui donner un coup dans la gueule. Les voilà tous à l'entour de lui. Courage, ferme, allons, mes amis! Bon! poussez fort! Encore! Ah! le voilà qui est à terre; c'en est fait, il est mort! Descendons maintenant pour lui donner cent coups. (Moron descend de l'arbre). Serviteur, Messieurs, je vous rends grâce de m'avoir délivré de cette bête. Maintenant que vous l'avez tuée, je m'en vais l'achever, et en triompher
avec vous. (Moron donne mille coups à l'ours qui est mort). 


(Molière, La Princesse d'Elide).
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008 - 2018. - Reproduction interdite.