.
-

Ana
Ana, terminaison du nominatif' pluriel neutre des adjectifs latins en -anus, s'ajoute au nom propre de certains personnages, et désigne un recueil d'anecdotes, de pensées, de bons mots relatifs à ces personnages ou qui leur sont attribuée. Le plus ancien livre de ce genre est le Scaligeriana, publié en 1666. D'Artigny a donné le catalogue des Ana dans ses Nouveaux Mémoires d'histoire, t. I, III et VII; les plus connus sont : Calviniana, Menagiana (Paris, 1715, 4 vol. in-19), Segraisiana, Boursautiana, Huetiana (Amst., 1723, in-12), Carpenteriana (ibid., 1741, in-12), Valesiana, Thuana, Perroniana, Santoliana, Bolaeana, Pironiana, Arnoldiana, Voltairiana (Paris, 1748, 2 vol. in-8°), Bievriana, Ancilloniana, etc. 

Les Ana ont été souvent rédigés sous forme de dictionnaire : le plus fameux en ce genre est l'Encyclopediana. La vogue dont jouirent les Ana aux XVIe et XVIIe siècles tient à ce qu'ils étaient les vrais journaux de l'époque. En général, les Ana sont des compilations faites sans critique et sans goût, souvent inexactes, et où l'on attribue fréquemment les mêmes pensées à divers personnages. Il en est qui se rapportent à des lieux ou à des événements spéciaux, comme les Revolutiana (Paris, an X, in-18), les Parisiana (Paris, 1816, in-18), etc. 

Les Anciens ont eu des recueils analogues aux Ana : ainsi, un affranchi de Mécène avait noté les bons mots de son maître. Les Memorabilia de Xénophon et les Dialogues de Platon sont de véritables Socratiana; les Vies des philosophes par Diogène Laerce, les Nuits attiques d'Aulu-Gelle, les ouvrages d'Athénée et de Stobée, etc., abondent en mots ingénieux et en maximes, comme les modernes Ana. Quintilien nous apprend qu'il existait trois livres De jocis Ciceronis. (B.).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.