.
-

. - En architecture, ce mot désigne la partie du piédestal placé entre le socle ou la base et la corniche ou le couronnement ; quelquefois le dé constitue à lui seul le piédestal. Lorsque ce dernier est destiné à recevoir une statue et à faire ainsi partie d'un monument commémoratif, c'est en général sur le dé que l'on dispose les bas-reliefs, les attributs et les inscriptions qui complètent ou tout au moins précisent la destination du monument et les conditions dans lesquelles il est élevé.

En construction, un dé est un morceau de pierre dure ou de granit, généralement de forme quadrangulaire (cubique ou pyramidale), que l'on enterre en partie dans le sol et dont la face supérieure reçoit un poteau en bois ou une colonne en fonte, une pile en pierre ou en brique ou aussi une colonnette. Un goujon en bois ou en métal sert à relier la partie supérieure du dé au poteau ou à la colonne qu'il est appelé à recevoir et à préserver de l'humidité du sol.

.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.