.
-

La course sur route
Le marathon

Aucun terrain spécial n'est nécessaire et c'est là l'une des raisons qui expliquent le succès des courses sur routes; en outre l'épreuve de «-Marathon », qui intéresse vivement l'opinion, a ramené l'attention du public sur ce sport. Cette épreuve, à sa création, à la fin du XIXe siècle, s'est d'abord disputée sur 40 kilomètres, distance et nom sont empruntés à un fameux épisode de l'histoire grecque : Philippidès, selon une légende, courut d'une traite de Marathon à Athènes pour annoncer aux Athéniens la victoire remportée sur les Perses et il mit une telle hâte à porter l'heureuse nouvelle, qu'en arrivant, ajoute la tradition, il tomba mort de fatigue. 

A partir de 1908, la longueur du marathon a été fixée à 42,195 km, distance qui sépare Windsor au stade de White à Londres, les deux points entre lesquels cette épreuve donnait lieu à la manifestation annuelle la plus connue. En 1975, un autre marathon important a été créé à New-York; celui de Paris date de 1985. Ce sont des manifestations qui attirent chaque année quelques sportifs de très haut niveau, une foule d'amateurs aux performances parfois étonnantes... et aussi quelques inévitables m'as-tu-vu. 

Généralement les courses sur routes comprennent de 12 à 40 kilomètres et se disputent de mai à octobre; ce sont des épreuves assez pénibles, dont les cardiaques feront bien de s'abstenir, et qui exigent un entraînement particulier. Les spécialistes préconisent la marche comme meilleur moyen d'entraînement; mais si l'on se prépare à un concours, il faudra également couvrir à la course des parcours de plus en plus longs; on ne tardera pas à obtenir d'excellents résultats si on possède quelque résistance. 

Parmi les records établis dans les siècles précédents, on ne peut passer sous silence la belle performance d'un laquais du comte de Polignac qui 

« âgé de plus de soixante ans,  fit le trajet du Puy à Paris, aller et retour, soit environ 800 kilomètres en sept jours et demi, ne dormant que quatre heures sur vingt-quatre et le reste du temps arpentant les routes avec les jambes qu'il avait fort longues » (Ch. Fleurigard, Jeux, sports et grands matches).
.


[Histoire culturelle][Arts][Jeux et sports]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.