.
-

Laruette (Jean-Louis). - Acteur et compositeur né à Paris le 7 mars 1734, mort à Paris le 10 janvier 1792. Il débuta à Paris, à l'Opéra-Comique de la Foire, en 1752, dans les rôles, d'amoureux, emploi qu'il ne tarda pas, malgré son âge, à échanger contre celui des pères, dans lequel il se fit remarquer à ce point qu'il y attacha son nom; on sait, en effet, qu'aujourd'hui encore on désigne sous le nom de « laruettes » les rôles de pères et de financiers dans l'opéra-comique. Chanteur de goût, bien que doué d'une voix médiocre, il était surtout comédien excellent, plein de naturel et de vérité. Pendant les vingt-sept années que dura sa carrière, il fit avec succès nombre de créations, notamment dans le Diable à quatre, Blaise le savetier, Rose et Colas, l'Ecole de la jeunesse, Tom Jones, Toinon et Toinette, etc. Artiste instruit d'ailleurs, Laruette ne se contentait pas de chanter la musique des autres, il en écrivait lui-même d'agréable. Il donna ainsi à l'Opéra-Comique : le Docteur Sangrado (1756); le Médecin de l'amour (1738); Cendrillon (1759), et à la Comédie-Italienne : le Dépit généreux (1761); le Gui de chêne (1763); les Deux Compères (1772). Laruette prit sa retraite en 1779 et se retira à Toulouse. (Arthur Pougin).
Laruette (Mlle Villette, épouse). - Cantatrice française, née vers 1740, morte vers la fin du XVIIIe siècle. Elle fut l'une des actrices les plus charmantes et les plus célèbres de l'ancienne Comédie-Italienne. Elle débuta avec le plus grand succès, le 9 septembre 1758, à l'Opéra-Comique de la Foire, puis à l'Opéra, où elle se vit surtout bien accueillie dans le rôle de Colette du Devin du village. Sa voix, brillante et légère, manquait un peu de puissance, et MIle Villette, an bout de trois ans, quitta l'Opéra pour entrer à la Comédie-Italienne (1761). Elle y excita aussitôt une sorte d'enthousiasme et y occupa bientôt une situation prépondérante. Cantatrice exquise, elle devint rapidement une comédienne accomplie, pleine de grâces, de charmes et de séductions, et pendant l'espace de seize années se vit l'idole du public. Elle créa, dans l'emploi des ingénues et des amoureuses, plus de quarante rôles; il faut citer surtout : Rose et Colas, le Roi et le Fermier, Lucile, la Fée Urgèle, les Deux Chasseurs et la Laitière, l'École de la jeunesse, etc. Cependant, Mlle Villette, qui avait épousé en 1763 son camarade Laruette, se vit obligée par l'état de sa santé de prendre sa retraite en 1778. Elle a été, on peut le dire, l'une des gloires de cet aimable théâtre de la Comédie-Italienne, précurseur et devancier de notre Opéra-Comique actuel. (Arthur Pougin).
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.