.
-

Kmeth (Daniel), astronome et mathématicien hongrois, naquit le 15 janvier 1787, à Bracho-Bania ou Bries (comté de Zoliom en basse Hongrie), et entra le 1er novembre 1790, en qualité de novice, au couvent des Piaristes de cette ville, où, son noviciat fini, il fut quatre ans professeur de grammaire. Passant ensuite aux hautes études, il suivit à Waitsen les cours de philosophie, et ne tarda pas à recevoir le diplôme de docteur à l'université de Pesth ; puis il alla se perfectionner à Neutra, dans la théologie. Mais au milieu de ces études de genres divers, la vocation astronomique s'était déclarée chez Kmeth. Ses supérieurs s'empressèrent de la seconder, et l'envoyèrent à l'Observatoire de Bude, où il put passer ses nuits et même ses jours à calculer les éléments des comètes nouvelles, et à dédoubler les étoiles multiples. Ses progrès furent rapides, et, en 1812, après un sévère et glorieux examen public, il fut nommé adjoint au directeur de l'Observatoire, un certain Pesquich.

De nombreuses observations, des publications utiles prouvèrent au monde savant qu'il méritait sa position. Mais il eût voulu la voir s'améliorer par le directoriat en chef; de là une antipathie sourde entre Pasquich et lui, Finalement les deux astronomes se séparèrent et Pesquich garda son poste de Bude, Kmeth alla professer les mathématiques pures et appliquées à l'Académie de Kachovié, où, de plus, il cumulait les fonctions d'instituteur religieux et d'exhortator (1825). Mais son animosité contre le directeur de Bude éclata dès cette année; il lui reprocha hautement; notamment dans la Correspondance astronomique du baron de Zach (1815), d'avoir donné de pures imaginations pour des observations astronomiques. Le professeur Schumacher se porta le champion de Pesquich dans les Nouvelles astronomiques d'Altona, t. 3, 1824, et réfuta Kmeth péremptoirement sur presque tous les points. Probablement le professeur de Kachovié ne se tenait pas pour battu complètement, et aurait recommencé ou renouvelé sous peu sa levée de boucliers, mais il expira subitement le 20 juin 1825, n'ayant point eu le temps de prendre dans la science le rang auquel son savoir et son activité l'eussent fait indubitablement monter s'il eût vécu : iI n'avait que 48 ans.

Outre les articles ci-dessus mentionnés, dans Zach et la feuille savante de Pesth, on lui doit : Des Observations astronomiques des distances au zénith et des ascensions droites des étoiles fixes, du soleil et des planètes, Bude, 1821, in-8° (en allemand) ; 2° Astronomia popularis in eorum usum qui sine graciori calculo hae scientia delectantur, secundum probatissimos auctores, in modum historia adornata, Bude, 1823, gr. in-8°. P-or..

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.