.
-

Anker

Albert Anker est un peintre né le 1er avril 1831 à Anet, dans le Bernois (Suisse), élève de Gleyre. Il se destinait d'abord au ministère évangélique et fit même complètement ses études de théologie. Mais l'amour de la peinture triompha de sa vocation ecclésiastique; il vint à Paris dans l'atelier de Gleyre, puis à l'Ecole des beaux-arts, et en 1852 il exposait au Salon. Il n'a pas cessé depuis de produire des tableaux de genre, d'inspiration moyenne et discrète, de facture consciencieuse, de couleur un peu grise, mais d'observation sincère, avec de l'ingénuité et une certaine grâce sentimentale. 
Voici les titres de ses principales œuvres : la Prière du soir (1861); la Petite Convalescente (1861); Sortie de l'église (Musée de Bayonne); la Petite Amie (1863); Baptême, Enterrement d'un enfant (1864); l'Examen dans une école de village (1861), qui figura à l'exposition du Munich en 1869, et se trouve aujourd'hui au musée de Berne; Baigneuses (1865); Bûcheronne endormie sous bois (1866); ce tableau lui valut une médaille au Salon; Saute-mouton, les Dominos (1867). Il obtint à l'exposition universelle, avec son compatriote Vautier, une médaille d'or dans la section suisse; le Hochet (1868); les Marionnettes (1869); Pestalozzi (1870); Episode des Guerres de religion (1870); Enfants au bain (1871); Soldats de l'armée de Bourbaki soignés par les paysans suisses (1872); le Jeu du berceau, l'Ours de neige (1873); le Petit Musicien (1874); un Vieux Huguenot, le Vin nouveau (1875); Petites brodeuses (1876); Guerre de 1798 (1877); la Convalescence (1878). Il reçut cette année-là la croix de chevalier de la Légion d'honneur. La Sieste, le Mège (Charlatan), (1880); Quiétude (1882); Lavater (1883). C'est un de ses meilleurs tableaux : la facture ferme, précise et caractérisée, le sentiment simple et profond en furent très remarqués. (A. M.).
Anker (Mathias Joseph), chirurgien et naturaliste  né à Graz le 1er mai 1771, mort à Graz le 3 avril 1843. Il fut reçu maltre en chirurgie à Vienne, en 1793, puis exerça à Stainz, enfin en 1807 devint chirurgien pensionné de sa ville natale. Il consacra là tous ses loisirs à l'étude de la minéralogie. En 1811, il fut nommé conservateur du musée de Graz et, en 1824, professeur de minéralogie au même établissement, encore désigné sous le nom de Johanneum. Son nom a été donné à un minéral, l'Ankérite. (Dr L. Hn.).


Ouvrages principaux : Art und Weise, wie man beiläufig zu Werke gehen kann um ein gefundenes unbekanntes Fossil zu bestimmen; Graz, 1808; - Kurze Darstellung einer Minéralogie van Steiermark; Graz, 1835. 

Mathias Anker a publié un grand nombre d'articles sur la minéralogie et la géologie dans OEsterr. Zeitschrift et Leonhard's Iahrbuch, mais en revanche n'a pas écrit sur la médecine. La première carte géologique de la Styrie qui ait été établie est l'oeuvre d'Anker.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.