.
-

Le jiu-jitsu

Le jiu-jitsu est un des arts martiaux du Japon, où il était le sport national à la fin du XIXe siècle, après avoir été longtemps l'apanage de la seul caste guerrière des Samouraï. Arrivé en Europe début du XXe siècle, il a rapidement conquis ses lettres de naturalisation (la préfecture de police s'est très tôt attaché un professeur de jiu-jitsu...). Mais au Japon, comme dans le reste du monde, il a été ensuite éclipsé par le judo, lui-même issu du jiu-jitsu, tout aussi complexe que lui, mais moins brutal.

Triomphe de l'agilité sur la force brute, le jiu-jitsu permet de vaincre sans armes un adversaire et de le réduire à l'impuissance. Il comprend des coups nombreux : attaques, parades, torsions de membres, « clés au bras » ou armlock, qui se font aux parties les plus vulnérables du corps humain il enseigne les coups du tranchant de la main du côté du petit doigt, qui est d'ailleurs soumis à des exercices spéciaux de durcissement. Le jiu-jitsuiste frappe la carotide, la pomme d'Adam, le creux de l'estomac, la région du coeur, le sommet de la nuque à la base du crâne (où se fait le coup du lapin), etc.; il retourne et tord les doigts, les phalanges, les poignets; en prenant à faux les bras ou les jambes il obtient des fractures ou des désarticulations. Il faut pour pratiquer le jiu-jitsu un long entraînement.

.


[Histoire culturelle][Arts][Jeux et sports]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.