.
-

Guénard (Antoine), né à Damblin, en Lorraine en 1726, mort en 1806, était entré chez les Jésuites et en sortit à la suppression de l'ordre. On a de lui un Discours sur l'esprit philosophique, couronné par l'Académie française en 1755 : c'est un des plus beaux modèles d'éloquence académique.
Guénard (Elisabeth), baronne de Méré, née à Paris en 1751, morte en 1829, a publié une foule d'écrits médiocres : romans, compilations, mémoires, ouvrages d'éducation, dont une partie parut sous les pseudonymes de Boissy, Geller, Faveroles, et qui alimentaient les cabinets de lecture. On remarque dans le nombre : Irma, ou les Malheurs d'une jeune orpheline (la duchesse d'Angoulême), 1801, roman royaliste; Mémoires de la princesse de Lamballe, 1801; Histoire de Mlle Élisabeth, 1802; Mémoires de Marina Delorme; - de la comtesse Dubarry, etc. Elle ne craignait pas de traiter les sujets les plus scabreux.
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.