.
-

Francœur (L. Benjamin), mathématicien, né en 1773 à Paris, mort en 1849, était fils du surintendant de la musique de l'Opéra. Il entra à l'École polytechnique dès sa fondation, y devint répétiteur, puis examinateur, fut nommé en 1803 professeur de mathématiques à l'école centrale de Saint-Antoine (lycée Charlemagne), en 1809 à la Faculté des sciences de Paris, se vit en 1815 écarté de l'École polytechnique pour opinion politique, et consacra depuis tout son temps à l'enseignement de la Faculté et à des travaux qui ont popularisé la science. Il fut admis en 1842 à l'Institut.

Ses principaux ouvrages sont : Mécanique, 1800; Cours complet de mathématiques pures, 1810; Uranographie, 1812; Goniométrie, 1820. Il a aussi donné des Éléments de Technologie, de Dessin linéaire, de Géodésie, de Statique, une Astronomie pratique, a coopéré au Dictionnaire de Technologie et à l'Encyclopédie moderne. Ses ouvrages se recommandent par l'ordre, la clarté, l'exactitude et l'utilité pratique. Un de ses fils, professeur de mathématiques à l'École des beaux-arts, a donné une Notice sur sa vie et ses ouvrages (1853).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.