.
-

Journal des Débats. - Fondé, le 29 août 1789, par Baudoin, imprimeur de l'Assemblée nationale, pour rendre compte de ses discussions, le  Journal des Débats fut acheté, en 1799, par les frères Bertin, moyennant 20 000 francs. Ceux-ci en tirent un vrai journal politique et littéraire. Napoléon lui donna, en 1805, un censeur en la personne de Fiévée, puis, le 18 février 1811, le confisqua complètement. Il fut divisé en vingt-quatre actions. Napoléon en donna huit à sa police. Il répartit les seize autres entre ses familiers. Il en devint lui-même rédacteur, et plus d'un premier-Paris sortit do sa plume. 

Lors de la première Restauration, Bertin rentra en possession de son journal, qui se rallia de nouveau à l'empereur pendant les Cent-Jours, et à LouisXVIII après Waterloo. Il défendit sous Louis-Philippe la politique ministérielle; à la révolution de février, la candidature du général Cavaignac; fit au Second Empire une guerre d'autant plus terrible qu'elle était modérée dans la forme, et, après la guerre de 1870, se rallia à la République conservatrice. 
-

Journal des débats
Une réunion de rédaction au Journal des Débats, en 1889.

A la mort d'Edouard Bertin, la direction en passa aux mains de Léon Say, son gendre, puis à celles de Bapst, marié à une demoiselle Bertin, comme l'ancien ministre des finances. En 1855, celui-ci céda ses fonctions à son gendre, Patinot. Après ce dernier, mort en juillet 1595, Ie Journal des Détats d'abord dédoublé avec éditions du matin et du soir, puis agrandi dans son format, et transformé de journal du matin en journal du soir à 10centimes, passa sacs la direction dit comte de Nalèche. (NLI).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.