.
-

Les jeux de cartes
Jeux de casino
Baccara
Trente et Quarante
Vingt et un (Blackjack, Macao)
-
Jeux à classer

Hombre et Bête hombrée
Reversi

Cribbage
Spéculation

Jeu du Commerce
Je de la Commère  (Accomodez-moi)

Napoléon
Jeu du Florentini (ou de la Dupe)

Ambigu
Guimbarde (ou Mariée)
Ferme et Fermier sans dot
Romestecq
Sizette
Emprunt
Guinguette
Belle, flux et 31

Bassette
Brusquembille
Coucou (Rer) et As qui court
Tontine
Loterie

Rams (Rems)
Coq
Bog
L'homme de brou
Mediateur et Mediateur solitaire
Lansquenet
Tre-sette (Trois sept)

Bataille
Crapette
Pamphile (Mistigri ou Pouilleux)
Menteur
Quarante de rois
Jeu du Quinze
-

Le Nain jaune et ses variantes
Hoc et Poque
Nain jaune (Lindor)
Comète (Manille) / Jeu de Comète
Le Whist et ses variantes
Whist
Boston
Bridge
-
La famille de l'Ecarté
Ecarté
Je de la Triomphe
Jeu de la Bête
Jeu du Sixte
Homme d'Auvergne
Mouche
Euchre
-
Le Mariage et ses variantes
Brisque (Mariage ou Briscan)
Cinq cents
Bésigue (Bési)
Brac
Pinocle
-
Le Piquet et ses variantes
Jeu de l'Impériale et Vingt-Quatre
Piquet
Piquet à écrire
Piquet à trois (Piquet normand)
Piquet à quatre (Piquet voleur)
Médiateur (jeu du Quadrille) et Quintille
Jeu de Pique-médrille
-
La famille du Poker
Poker
Poshpiel
Brelan
Bouillotte
Frusso
Tin kau
As-Nâs
-
Réussites et patiences
Nigaud (patience russe)

Homme d'Auvergne
Ascenseur
Tarot et Aluette
Barbu
Belote
Canasta
Gin-rami
Rami
Huit américain
Manille (nouvelle)
Scopa
Jeu du treize

Les cartes à jouer

Un jeu entier est composé de 52 cartes; un jeu de piquet en compte 32 (on n'y trouve pas les 2, 3, 4, 5 et 6). Paris et Nancy sont les villes de France où l'on a fabriqué le plus de cartes à jouer. 

On attribue l'invention des cartes à jouer aux Chinois et à d'autres Orientaux. Quelques-uns la font remonter aux Lydiens, qui se seraient distraits d'une disette par ce jeu. Court de Gébelin en fait honneur aux Tsiganes. Il n'y a aucune mention des cartes dans les livres de l'Antiquité, ni aucune figure, soit sur les vases peints, soit sur les mosaïques. Le jeu de cartes se nommait, au XIIIe siècle, le jeu du roi et de la reine; le synode de Worcester, en 1240, l'interdit aux clercs, et, au siècle suivant, la prohibition s'étendit à divers États. Les cartes, appelées alors tarots, avaient de l'analogie avec les échecs; il y avait un fou, une tour, des chevaliers, etc. Elles figurèrent ensuite la danse macabre, peintes et dorées, elles représentaient le pape, l'empereur, l'ermite, le fou, le pendu , l'écuyer, la lune, le soleil, la Parque, la Justice, la Fortune, la Tempérance, la Force, la Mort, la maison de Dieu, etc. Celles dont s'amusait Charles VI dans sa folie ressemblaient aux naibi des Italiens, images peintes à la main, destinées à l'amusement et à l'instruction des enfants, et où étaient figurées les vertus, les Muses, les sciences, les planètes, etc.; on en comptait 50, divisées en 5 séries ou couleurs. On en conservé 17 au Cabinet des estampes de Paris, et elles sont attribuées à l'imagier Jacquemin Gringonneur. 

Les cartes à jouer conduisirent à l'invention de l'imprimerie et de la gravure sur bois. Elles se faisaient primitivement avec des formes qui représentaient les figures convenues, et s'imprimaient en noir sur du papier. Ceux qui faisaient ce métier s'appelaient tailleurs de formes; après eux les peintres de cartes étaient chargés d'enluminer les empreintes noires. Les plus anciennes fabriques de cartes que l'on connaisse étaient établies dans les pays vénitiens. Le luxe trouva à se dé ployer dans ces objets d'amusement : en 1430, Philippe-Marie Visconti paya 1500 pièces d'or un jeu de cartes peint par Marzian de Tortone. Breitkopf dit avoir eu entre les mains un jeu de piquet de feuilles d'argent, dont les figures étaient gravées et dorées. Garcilaso de la Vega dit que les Espagnols de l'expédition de Floride en 1534 jouaient avec des cartes de cuir. 

Les figures des anciennes cartes n'avaient pas les mêmes noms qu'aujourd'hui : le roi de carreau s'appelait Coursube, du nom que les romanciers donnaient à un roi sarrasin; celui de pique était Apollin, divinité attribuée aux peuples du Levant; le valet de trèfle était Roland, neveu de Charlemagne, etc. C'est au règne de Charles VII que se rapporte l'invention des cartes modernes. Il y eut 4 couleurs : le trèfle, figu-
rant la garde d'une épée; le carreau, le fer carré d'une flèche; le pique, la lance d'une pertuisane; et le coeur, la pointe d'un trait d'arbalète. Les 4 rois, David, Alexandre, César et Charles, représentèrent les quatre monarchies juive, grecque, romaine et française; 4 dames, Judith, Pallas, Rachel, Argine, remplacèrent les 4 Vertus des anciens tarots; les valets, Hector, Ogier, Lancelot et Lahire, furent l'image des 4 âges de noblesse ou de chevalerie; une compagnie de soldats, numérotés de 2 à 10, fut, rangée sous chaque couleur; l'as; symbole de l'argent pour la paye des troupes, servit d'enseigne et marcha le premier. Quelques-uns ont voulu voir Charles VII
dans David, la reine Marie d'Anjou dans Argine, Jeanne d'Arc dans Pallas, Agnès Sorel dans Rachel, la reine Isabeau dans Judith, le coeur serait la bravoure, le
pique et le carreau les armes, le trèfle les vivres, et l'as l'argent, nerf de la guerre. On a même prétendu que le coeur représentait le clergé qui siège au choeur, le pique la noblesse, qui commande les armées, le carreau la bourgeoisie, à cause du pavé des villes, et le trèfle les habitants des campagnes. 

Hors de France on a adopté ces cartes, parfois avec de légères modifications. Au lieu de pique, trèfle, carreau et cour, les Allemands ont gland (agriculture), grelot (folie), coeur (amour), et trèfle (science); les Italiens et les Espagnols ont calice (prêtre), épée (noble), denier (marchand), et bâton (cultivateur). Au XVIe siècle, les Allemands avaient remplacé le carreau par le lapin, le coeur par le perroquet ou papegai, le pique, par l'oeillet. 

Sous Charles IX, les rois s'appelèrent Auguste, Constantin, Salomon et Clovis; les dames, Clotilde, Elisabeth, Penthésilée et Didon; on eut des valets de chasse, de noblesse, de cour et de pied. Au temps de Louis XIV, on choisit pour rois César, Ninus, Alexandre et Cyrus: pour dames, Pompéia, Sémiramis, Roxane et Hélène; Roger, Renaud et Roland tinrent lieu de trois valets, et le quatrième porta le nom du cartier. 

Après la Révolution de 1789, on fit des cartes nouvelles : les valets furent remplacés par quatre personnages représentant l'égalité de rang, l'égalité de couleur, l'égalité de droits, et l'égalité de devoirs; les dames cédèrent la place à la liberté des cultes, des professions, du mariage, et de la presse; les rois furent détrônés par les génies de la guerre, du commerce, de la paix, et des arts, ou par quatre philosophes, Voltaire, Rousseau, La Fontaine et Molière. Ces dessins avaient été fournis par le peintre David.

Pendant le gouvernement de la Restauration, on imagina un jeu dont les couleurs furent Rose, Coeur, Lis, Pensée : les rois, François ler, Henri IV, Louis XII et Louis XVI; les reines, Marguerite de Valois, Jeanne d'Albret, la France, et Marie-Antoinette; les chevaliers, Bayard, Sully, Richelieu, le duc de Berry; les as, Amour, Vivent les Bourbons, Fidélité, et Union. 

Les cartes à deux têtes, introduites en France vers 1826, ont été inventées en Angleterre. La collection de cartes à jouer la plus complète qui existe fut formée par Leber, et appartient à la bibliothèque de Rouen. (B.).

.


[Histoire culturelle][Arts][Jeux et sports]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008 - 2013. - Reproduction interdite.