.
-

La Belle Ferronnière, une des maîtresses supposées de François Ier, était, au dire de Guyon, une bourgeoise de Paris et reçut son nom soit de la profession de son mari, qui aurait été ferronnier ou marchand de fer, soit simplement du nom de ce mari, qui se serait appelé Ferron. Cet homme feignit, dit-on, d'autoriser les désordres de sa femme, et imagina un odieux moyen de se défaire à la fois d'elle et de son amant. En effet, la belle Ferronnière en mourut bientôt et, ajoute la légende, François Ier ne guérit jamais. Cette femme a donné son nom à une parure consistant en une bandelette qui entoure la tête et qui ferme sur le front avec un camée ou une pierre précieuse.
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.