.
-

 
La voix des verbes
Les formes verbales
On appelle voix une flexion particulière que prend la verbe selon que le sujet est représenté comme agissant et comme faisant directement subir son action à autrui, ou au contraire comme recevant, éprouvant, souffrant l'action d'autrui. Dans le 1er cas, on dit que le verbe est à la voix active : dans le 2e cas, qu'il est à le voix passive, et, par abréviation, que le verbe est actif ou passif. Les verbes qui expriment un simple état ou une action qui reste tout entière dans le sujet sans avoir besoin d'en sortir ne sont pas susceptibles de la voix passive, et s'appellent verbes neutres, La langue grecque ancienne reconnaissait entre la voix active et la voix passive une voix intermédiaire qu'on appelait voix moyenne : cette forme verbale, généralement semblable à la voix passive, était plus souvent active quant au sens, et en général répondait à ceux de nos verbes pronominaux qui, formés de verbes actifs, sont suivis d'un complément direct et ont pour complément indirect le pronom qui les précède immédiatement, lequel, étant implicitement exprimé dans la forme moyenne, n'est pas rendu directement en grec. 

La voix active.
Actif, se dit des mots exprimant une action, et s'oppose à passif. On appelle verbe actif celui dont le sujet fait l'action. Ainsi j'aime, j'honore, je délie, je montre, j'avertis, je reçois, je rends, j'imite, je promets, je vais, je viens, je cours, je marche, je parle, sont autant de verbes qui marquent une action faite par le sujet je. Néanmoins, dans l'usage, on ne donne le nom d'actifs qu'aux verbes qui expriment une action susceptible de passer, immédiatement et sans le secours d'aucun mot intermédiaire, du sujet à l'objet, et qui peuvent recevoir la forme passive. En grec, en latin, en allemand, ces verbes gouvernent l'accusatif; tels sont les neuf premiers verbes cités plus haut. Par extension, on a donné le nom d'actifs à certains verbes qui n'expriment pas précisément une action, mais qui sont suivis d'un complément direct en français, en italien, en espagnol, en anglais, et de l'accusatif dans les langues qui ont des cas, comme, par exemple, savoir, pouvoir, posséder, avoir. Tout verbe qui ne reçoit pas en français un complément direct et immédiat, et que l'on ne peut pas conjuguer à !a voix passive (avoir et pouvoir exceptés), s'appelle neutre. Parmi les verbes neutres, les uns expriment une action, comme je vais, je viens, je cours, je marche, je parle; les autres, un simple état, comme en grec anqein, en latin florere, lesquels ne peuvent être rendus en français que par le verbe être accompagné d'un adjectif ou d'une locution analogue, être fleuri, être en fleur.

Il faut distinguer dans les verbes le sens actif de la forme active. Ainsi j'aime, amo, filw ont à la fois la forme active et le sens actif; je cours, curro, trecw, ont la forme active et la sens neutre. Le verbe latin vapulo, actif de forme, est passif de sens; car il répond au français je suis battu et au grec  tuptomai ou mastigoumai . Il en est de même de fio " je suis fait », et de veneo (venum eo) « je suis vendu ou mis en vente », dont l'actif est venumdo, Mimoumai, upiscnoumai, epomai, ont, sous la forme moyenne, la valeur, les deux premiers de verbes actifs, les deux autres de verbes neutres transitifs. Imitor, sequor, utor, ont, sous la forme passive, les deux premiers, la valeur de verbes actifs, le 3e, celle de verbe neutre transitif. Polliceor a le sens actif de promettre, aussi bien que ses synonymespromitto et spondeo. Gignomai, sous une forme moyenne, a le sens neutre intransitif des verbes français je deviens, je nais; mainomai, de forme passive, a le sens neutre intransitif, je suis furieux. Akousomai a le sens actif, aussi bien que akouw; et ausus sum (de audeo) n'a de passif que la forme. Eboulhqhn, aoriste de forme passive du verbe moyen boulomai, a le sens actif comme boulomai, eboulomhn, boulhsomai, formes moyennes. Enfin, beaucoup de parfaits seconds en grec ont le sens neutre ou passif, comme pepoiqa (je suis persuadé), anewgenai (être ouvert). 

Notons encore que la dénomination d'actif s'applique aux noms et aux adjectifs qui peuvent se résoudre en périphrases où entre un verbe de sens actif, ou qui dérivent de verbes actifs, ou qui expriment un effet susceptible de se communiquer à un autre objet. Tels sont, en français: productif, hâtif, médicinal, favorable, formidable, terrible, rebelle, ambitieux, désireux, avide, envieux, soigneux, officieux, miséricordieux, fertile, etc.; en latin : bellator, orator, cupidus, avidus, avarus, appetens, amans, prodipus, beneficus, maledicus, studiosus, tenax, providus, fertilis, ferax; etc. En allemand, un certain nombre de substantifs terminés en er, d'adjectifs terminés en bar ou sam, ont un sens actif, comme Gaertner (jardinier), Schneider (tailleur), fruchtbar (fertile), arbeitsam (laborieux), etc. En anglais, la plupart des noms servant, comme en allemand, à désigner un agent, sont terminés en er : gardener (jardinier), fisher (pêcheur), etc.

La forme passive.
On parle de forme passive ou de voix passive pour qualifier un verbe qui a l'inflexion par laquelle on marque la passion, c.-à-d, l'action soufferte. Cette inflexion, qui est mai  en grec, or en latin, n'existe pas dans les langues modernes de l'Europe : elles se servent d'un participe, fait du verbe actif qui se prend en sens passif, avec le verbe auxiliaireje suis : comme je suis aimé, etc. Souvent un verbe a le sens passif et n'en a pas la forme : ainsi, périr, succomber, changer, tourner; de même en latin, perire, succumbere, mutare, vertere. C'est encore ainsi que nous disons : "une couleur voyante, une rue passante. ». Réciproquement, beaucoup de verbes, dans les langues anciennes, avec la forme passive, ont le sens actif.

La syntaxe des verbes passifs est très simple en français et dans les autres langues modernes : leur complément se marque par la préposition par ou la préposition de.  En latin, le régime (complément) se met à l'ablatif, lorsqu'il est marqué par un nom de chose inanimée; à l'ablatif avec a, ab, abs, lorsque c'est un nom d'être animé. On trouve aussi quelquefois le datif. En grec, on emploie pour régime du verbe passif soit le datif sans préposition, soit le génitif avec l'une des prépositions upo, para, pros, ek, quelquefois dia, apo. Cette syntaxe s'étend aux verbes qui, sans être passifs par la forme, le sont par le sens. Ainsi, Casimir Delavigne a dit: « Ceux par qui vous souffrez. » De même en latin chez Ovide : Perire ab hoste, Perire a discipulo suo.

Les noms et les adjectifs sont, comme les verbes, susceptibles d'une signification passive. Ainsi, en grec, tous les noms neutres en ma sont des noms passifs; car ils expriment toujours un résultat obtenu, et semblent d'ailleurs se rattacher par leur forme à la 1repersonne du parfait passif. En français, benéfice, maladie, résultat; sont des noms passifs; inutile, stérile, inerte, épineux, sont des adjectifs passifs. Quelquefois le même mot est susceptible des deux sens. Ainsi, dans : Le goût de l'effort est nécessaire à la réussite, goût de l'effort a un sens passif; mais si l'on dit : Le goût de l'effort n'empêche pas celui de la détente, goût de l'effort est actif. Ce double sens de certains mots se retrouve dans beaucoup de langues..

Le déponent.
Dans la  grammaire' latine on désigne par ce terme les verbes qui n'ont que la forme passive avec la signification active ou neutre, sans le sens passif, comme polliceri, promettre, proficisci, partir. Quelques grammairiens ont appliqué ce terme à des verbes grecs de même nature, et les distinguent en déponents passifs et déponents moyens, suivant que leur aoriste à sens actif a la forme passive ou la forme moyenne. J.- L. Burnouf appelait semi-déponents des verbes latins qui ont la forme active au présent et la forme passive au parfait (gaudeo, gavisus sum). Le nom de déponent vient de ce que les verbes qui le sont ont en quelque sorte déposé la forme active; et, en effet, la plupart de ces verbes eurent, semble-t-il, originairement cette forme.

Voix moyenne.
La voix moyenne est forme particulière de la conjugaison' grecque, intermédiaire entre la voix active et la voix passive, se rapprochant de la 1re, par le sens, mais presque identique à la 2e par la forme. En effet, le présent et l'imparfait, aussi bien que le parfait et le plus-que-parfait, ne diffèrent jamais au moyen et au passif. 

Très souvent la conjugaison moyenne, par rapport à la syntaxe, répond à ceux de nos verbes pronominaux qui, formés de verbes actifs, sont suivis d'un complément direct et ont pour complément indirect le pronom qui les précède immédiatement. De là on employait le moyen lorsque l'objet souffrant l'action était quelque chose appartenant au sujet du verbe. Le moyen rend fort souvent aussi ce qu'exprime le françaisfaire faire. Un certain nombre de verbes latins, en revêtant la forme passive, et de verbes français, en revêtant la forme réfléchie, se rapprochent en partie de la nuance délicate exprimée par le moyen grec. Ainsi, accingor signifie, non pas on m'arme, mais je m'arme; misceor, je me mêle; moveor, je me mets en mouvement(P.).

Les formes verbales en français

Il y a, en français, trois voix ou formes du verbe : la forme active, la forme passive et la forme pronominale.

Un verbe est à la forme active lorsque l'action qu'il exprime est faite par le sujet. 

Ex. : J'aime mon père; les enfants courent.
Un verbe est à la forme passive lorsque l'action qu'il exprime est soufferte, supportée par le sujet. 
Ex. : Tu étais aimé de ton père; ce tableau a été descendu.
Un verbe est à la forme pronominale lorsqu'il est conjugué avec deux pronoms de la même personne, sont généralement l'un est sujet, l'autre complément, et lui représentent le même individu. 
Ex.: je me plais ici.
Aux troisièmes personnes, tant du singulier que du pluriel, le sujet peut être un nom, au lieu d'être un pronom.
 Ex. : Pierre se blessera; les enfants se vantent.
La forme pronominale était appelée aussi réfléchie autrefois. Il y a évidemment réflexion de l'action du sujet sur lui-même dans la définition générale que nous avons donnée de la forme pronominale, et dans les exemples que nous avons choisis. Mais dans les phrases comme : le blé de mars se sème au printemps, cette maison se bâtit rapidement, si le verbe a toujours la forme pronominale, le sens n'est plus du tout réfléchi. On a simplement remplacé la forme passive : le blé de mars est semé au printemps, par la forme pronominale. Dans les phrases comme : Deux voleurs se battaient, la forme est pronominale, mais comme les voleurs se battent l'un l'autre, réciproquement, on dit parfois que le sens est réciproque.

Verbes transitifs et verbes intransitifs.
Le verbe de forme active peut être transitif ou intransitif.

Il est transitif lorsque l'action passe du sujet sur un complément direct. 

Ex. : Pierre étudie sa leçon.
[Certains grammairiens admettent que le verbe peut être encore transitif quand l'action passe sur un complément indirect. 
Ex. : Le soldat obéit à son chef. 
Cette extension est abusive et n'est plus admise. ]

Il est intransitif lorsque l'action ne passe pas du sujet sur un complément direct. 

Ex. : Les enfants courent.
La plupart des verbes transitifs peuvent prendre les trois formes. 
Ex. : J'aime, je suis aimé, je m'aime
Quelques-uns cependant, comme repentir, abstenir, etc., ne prennent que la forme pronominale. On les appelle verbes essentiellement pronominaux.

La plupart des verbes intransitifs n'ont que la forme active. Cependant quelques-uns peuvent prendre la forme pronominale. 

Ex. : je me meurs, il se nuit
Il en est même quelques-uns qui ne prennent que la forme pronominale. 
Ex. : s'écrier.
Un verbe donné peut n'être pas transitif ou intransitif par nature. Cela dépend de son emploi. 
Ex.: Je montai sur la montagne (intransitif).
J'ai monté le bois au grenier (transitif).
On reconnaît qu'un verbe donné peut être transitif quand on peut le faire suivre du mot quelqu'un ou quelque chose. Ainsi, appeler, acheter, sont des verbes transitifs parce qu'on peut dire : appeler quelqu'un, acheter quelque chose.

On reconnaît qu'un verbe est intransitif par nature quand on ne peut jamais lui donner un complément direct.

Ex. : Succéder, partir.
On reconnaît qu'un verbe peut être transitif ou intransitif quand il peut avoir un complément direct dans certaines acceptions. Par exemple, le verbe descendre.
Ex. : J'ai descendu ce tableau (transitif).
Je suis descendu de la montagne (intransitif).
Comme intransitif, il se conjugue avec l'auxiliaire être.

Conjugaison de la forme passive
ÊTRE AIMÉ
-

Mode indicatif

Présent

Je suis aim é. 
Tu es aim é.
Il est aim é. 
Nous sommes aim és. 
Vous êtes aim és.
Ils sont aim és.

Imparfait

J'étais aim é.
Tu étais aim é. 
Il était aim é. 
Nous étions aim és.
Vous étiez aim és. 
Ils étaient aim és.

Passé simple

Je fus aim é. 
Tu fus aim é.
Il fut aim é.
Nous fûmes aim és. 
Vous fûtes aim és.
Ils furent aim és.

Passé composé

J'ai été aim é. 
Tu as été aim é.
Il a été aim é.
Nous avons été aim és.
Vous avez été aim és.
Ils ont été aim és.

Passé antérieur

J'eus été aim é. 
Tu eus été aim é. 
Il eut été aim é.
Nous eûmes été aim és.
Vous eûtes été aim és.
Ils eurent été aim és.

Plus-que-parfait

J'avais été aim é. 
Tu avais été aim é.
Il avait été aim é.
Nous avions été aim és.
Vous aviez été aim és.
Ils avaient été aim és.

Futur

Je serai aim é. 
Tu seras aim é.
Il sera aim é. 
Nous serons aim és. 
Vous serez aim és. 
Ils seront aim és.

Futur antérieur

J'aurai été aim é. 
Tu auras été aim é. 
Il aura été aim é. 
Nous aurons été aim és. 
Vous aurez été aim és.
Ils auront été aim és.

Mode Conditionnel

Présent ou futur

Je serais aim é. 
Tu serais aim é. 
Il serait aim é. 
Nous serions aim és. 
Vous seriez aim és.
Ils seraient aim és.

Passé (Ire forme)

J'aurais été aim é. 
Tu aurais été aim é.
Il aurait été aim é.
Nous aurions été aim és. 
Vous auriez été aim és.
Ils auraient été aim és.

Passé (2e forme)

J'eusse été aim é. 
Tu eusses été aim é. 
Il eût été aim é.
Nous eussions été aim és.
Vous eussiez été aim és.
Ils eussent été aim és.

Mode Impératif

Présent ou futur

Sing. 2e pers. Sois aim é.
Plur. 1re p. Soyons aim és.
       - 2e p. Soyez aim és.

Mode Subjonctif

Présent ou futur

Que je sois aim é. 
Que tu sois aim é. 
Qu'il soit aim é. 
Que nous soyons aim és. 
Que vous soyez aim és. 
Qu'ils soient aim és.

Imparfait

Que je fusse aim é. 
Que tu fusses aim é. 
Qu'il fût aim é. 
Que nous fussions aim és. 
Que vous fussiez aim és. 
Qu'ils fussent aim és.

Passé

Que j'aie été aim é. 
Que tu aies été aim é. 
Qu'il ait été aim é. 
Que nous ayons été aim és. 
Que vous ayez été aim és. 
Qu'ils aient été aim és.

Plus-que-parfait

Que j'eusse été aim é. 
Que tu eusses été aim é.
Qu'il eût été aim é.
Que nous eussions été aim és. 
Que vous eussiez été aim és
Qu'ils eussent été aim és.

Mode Infinitif

Présent ou futur

Être aim é.

Passé

Avoir été aim é. 

Mode Participe

Présent

Étant aim é.

Passé

Ayant été aim é.

Se conjuguent de même :  Être appelé. - Être, interrogé. - Être invité. - Être trahi, - Être averti. - Être enlevé. - Être reçu. - Être étonné. - Être occupé. - Être assoupi. - Être vendu. - Être aperçu. - Être ému, etc..

Conjugaison de la forme pronominale
SE VANTER
-

Mode indicatif

Présent

Je me vant e. 
Tu te vant es. 
Il se vant e.
Nous nous vant ons. 
Vous vous vant ez. 
Ils se vant ent.

Imparfait

Je me vant ais.
Tu te vant ais.
Il se vant ait. 
Nous nous vant ions. 
Vous vous vant iez. 
Ils se vant aient.

Passé simple

Je me vant ai.
Tu te vant as.
Il se vant a. 
Nous nous vant âmes. 
Vous vous vant âtes.
Ils se vant èrent.

Passé composé

Je me suis vant é.
Tu t'es vant é.
Il s'est  vant é.
Nous nous sommes vant és.
Vous vous êtes vant és.
Ils se sont vant és.

Passé antérieur

Je me fus vant é.
Tu te fus vant é. 
Il se fut vant é.
Nous nous fûmes vant és.
Vous vous fûtes vant és.
Ils se furent vant és.

Plus-que-parfait

Je m'étais vant é.
Tu t'étais vant é.
Il s'était vant é.
Nous nous étions vant és. 
Vous vous étiez vant és.
Ils s'étaient vant és.

Futur

Je me vanter ai. 
Tu te vanter as.
Il se vanter a. 
Nous nous vanter ons 
Vous vous vanter ez. 
Ils se  vanter ont.

Futur antérieur

Je me serai vant é.
Tu te seras vant é.
Il se sera vant é.
Nous nous serons vant és.
Vous vous serez vant és.
Ils se seront vant és.

Mode Conditionnel

Présent ou futur

Je me vanter ais. 
Tu te vanter ais. 
Il se vanter ait. 
Nous nous vanter ions 
Vous vous vanter iez.
Ils se  vanter aient.

Passé (Ire forme)

Je me serais vant é. 
Tu te serais vant é. 
Il se serait vant é.
Nous nous serions vant és. 
Vous vous seriez vant és.
Ils se seraient vant és.

Passé (2e forme).

Je me fusse vant é. 
Tu te fusses vant e. 
Il se fût vant é.
Nous nous fussions vant és. 
Vous vous fussiez vant és.
Ils se fussent vant és.

Mode Impératif

Présent ou futur

Sing. 2e pers. Vante-toi.
Plur.  1re p. Vantons-nous.
         - 2e p. Vantez-vous. 

Mode Subjonctif

Présent ou futur

Que je me vant e.
Que tu te vant es. 
Qu'il se vant e.
Que nous nous vant ions.
Que vous vous vant iez.
Qu'ils se vant ent.

Imparfait

Que je me vant ass e. 
Que tu te vant ass es.
Qu'il se vant ât.
Que nous nous vant ass ions. 
Que vous vous vant ass iez.
Qu'ils se vant ass ent.

Passé

Que je me sois vant é.
Que tu te sois vant é.
Qu'il se soit vant é.
Que nous nous soyons vant é. 
Que vous vous soyez vant és.
Qu'ils se soient vant és.

Plus-que-parfait

Que je me fusse vant é.
Que tu te fusses vant é. 
Qu'il se fût vant é.
Que nous nous fussions vant és. Que vous vous fussiez vant és.
Qu'ils se fussent vant és.

Mode Infinitif

Présent ou futur

Se vant er.

Passé

S'être vant é.

Mode Participe

Présent

Sa vant ant.

Passé

S'étant vant é.
 

Se conjuguent de même : Se flatter. - S'enorgueillir. - Se rafraîchir. - Se refroidir. - Se repentir. - Se rencontrer. - Se défendre. - S'étendre, etc.

Conjugaison des diverses formes de verbes.
Le verbe de forme passive se conjugue dans tous les cas avec l'auxiliaire être et le participe passé.

Le verbe de forme pronominale se conjugue avec l'auxiliaire être dans ses temps composés.

Pour la conjugaison des verbes de forme active, il faut distinguer s'ils sont transitifs ou intransitifs.

Le verbe actif transitif se conjugue avec le verbe avoir comme auxiliaire.

Pour les verbes actifs intransitifs, la règle est variable.

Certains verbes intransitifs se conjuguent toujours avec l'auxiliaire avoir. Tels sont : courir, contrevenir, dormir, marcher, paraître, périr, régner, succéder, succomber, vivre, etc.

Ex.: Louis XIV a régné soixante-douze ans.
D'autres verbes intransitifs se conjuguent toujours avec l'auxiliaire être. Tels sont : aller, arriver, échoir, décéder, éclore, mourir, naître, venir, devenir, parvenir, revenir.
Ex.: Je suis allé à Mexico.
Comme on le voit, les temps composés de certains verbes intransitifs ont une conjugaison semblable à celle de la voix passive des verbes transitifs; mais les formes analogues de ces deux conjugaisons ne correspondent pas aux même temps : je suis aimé est un présent; je suis tombé est un passé composé.

Enfin un certain nombre des verbes intransitifs se conjuguent avec avoir, quand ils expriment une action; avec être, quand ils expriment un état. Tels sont : accourir, apparaître, cesser, croître, descendre, disparaître, empirer, entrer, grandir, monter, partir, passer, rester, vieillir, etc.

Ex. : Cet homme est disparu depuis une dizaine d'années; il a disparu tout à coup.
Conjugaison du verbe intransitif
PARTIR
-
Mode indicatif

Présent

Je par s. 
Tu par s.
Il par t. 
Nous part ons. 
Vous part ez.
Ils part ent.

Imparfait

Je part ais. 
Tu part ais.
Il part ait. 
Nous part ions. 
Vous part iez.
Ils part aient.

Passé simple

Je part is. 
Tu part is.
Il part it. 
Nous part îmes. 
Vous part îtes.
Ils part irent.

Passé composé

Je suis part i. 
Tu es part i. 
Il est part i. 
Nous sommes part is. 
Vous êtes part is.
Ils sont part is.

Passé antérieur

Je fus part i. 
Tu fus part i. 
Il fut part i. 
Nous fûmes part is. 
Vous fûtes part is.
Ils furent part is.

Plus-que-parfait

J'étais part i. 
Tu étais part i.
Il était part i. 
Nous étions part is. 
Vous étiez part is.
IIs étaient part is.

Futur

Je partir ai.
Tu partir as.
Il partir a. 
Nous partir ons. 
Vous partir ez. 
Ils partir ont.

Futur antérieur

Je serai part i. 
Tu seras part i. 
Il sera part i. 
Nous serons part is. 
Vous serez part is. 
Ils seront part is.

Mode Conditionnel

Présent ou futur

Je partir ais. 
Tu partir ais.
Il partir ait. 
Nous partir ions. 
Vous partir iez.
Ils partir aient.

Passé (Ire forme)

Je serais part i. 
Tu serais part i. 
Il serait part i. 
Nous serions part is. 
Vous seriez part is.
Ils seraient part is.

Passé (2e forme).

Je fusse part i. 
Tu fusses part i.
Il fût part i. 
Nous fussions part Ils.
Vous fussiez part is.
Ils fussent part is.

Mode Impératif

Présent ou futur

Sing. 2 pers. Par S.
Plur. 1re pers. Part ons. 
        - 2° pers. Part ez.

Mode Subjonctif

Présent ou futur

Que je part e.
Que tu part es. 
Qu'il part e. 
Que nous part ions. 
Que vous part iez.
Qu'ils part ent.

Imparfait

Que je part iss e.
Que tu part iss es.
Qu'il part ît.
Que nous part iss ions. 
Que vous part iss iez.
Qu'ils part iss ent.

Passé

Que je sois part i. 
Que tu sois part i.
Qu'il soit. part i 
Que nous soyons part i.
Que vous soyez part i.
Qu'ils soient part il.

Plus-que-parfait

Que je fusse part i.
Que tu fusses part i. 
Qu'il fût part i.
Que nous fussions part i.
Que vous fussiez part i.
Qu'ils fussent part i.

Mode Infinitif

Présent ou futur

Part ir.

Passé

Être part i.

Mode Participe

Présent

Part ant.

Passé

Part i, partie.

Se conjuguent de même : avec Être : Sortir. - Aller. - Tomber. - Arriver. - Mourir. - Venir. - Naître. - Monter. - Descendre, etc.. Avec Avoir : Plaire. -- Nuire. - Luire. - Succéder, etc.

Verbes impersonnels.
On appelle verbe impersonnel un verbe intransitif qui ne se conjugue qu'à la troisième personne du singulier. 

Ex. : Grêle, il grêle, il grêlait, etc. Neiger, il neige, il neigeait, etc.
Verbe impersonnel NEIGER. Radical Neig.
-
Mode indicatif

Présent. Il neige.
Imparfait. Il neigeait.
Passé simple. Il neigea.
Passé composé. Il a neigé.
Passé antérieur. Il eut neigé.
Plus-que-parfait. Il avait neigé.
Futur. Il neigera.
Futur antérieur. Il aura neigé.

Mode Conditionnel

Présent. Il neigerait.
Passé. Il aurait ou il eût neigé.

Mode Impératif

Les verbes impersonnels ne sont pas employés au mode impératif.

Mode Subjonctif

Présent. Qu'il neige.
Imparfait. Qu'il neigeât.
Passé. Qu'il ait neigé.
Plus-que-parfait. Qu'il eût neigé.

Mode Infinitif

Présent. Neiger.

Les autres temps de ce mode ne sont pas usités.

Mode Participe

Passé. Neigé, ayant neigé.

Les autres temps de ce mode ne sont pas usités.

Beaucoup de grammairiens ont critiqué à tort la dénomination de verbe impersonnel, faute d'avoir songé à la signification exacte du mot personne employé comme terme de grammaire.

On met, dit Burguy, un verbe à la forme impersonnelle quand on exprime une action sans que l'on puisse se représenter un être déterminé comme étant le sujet de cette action. Le verbe représentant une telle action est donc rigoureusement impersonnel en ce sens qu'elle ne peut être attribuée à celui-ci ou à celui-là. En disant : il pleut, on ne désigne pas l'auteur de l'action de pleuvoir, laquelle demeure un fait anonyme. A ce point de vue on peut donc avancer en toute rigueur que cette action est impersonnelle, et que par suite le verbe qui l'exprime est semblablement impersonnel.

Cependant, comme nous avons l'habitude de regarder toute action comme l'action d'un être, lors même que nous ne nous représentons pas celui-ci, nous avons pris le parti de désigner vaguement cet être au moyen du pronom singulier il de la troisième personne, qui est ici un véritable pronom neutre. Le verbe qui accompagne ce pronom prend par suite la forme de la troisième personne du singulier.

En conséquence, les verbes qui ne peuvent se conjuguer qu'à cette troisième personne peuvent encore être appelés verbes unipersonnels; mais cette appellation n'a rapport qu'à la forme, tandis que celle d'impersonnel est relative à la nature même de l'action.
Le sujet il des verbes impersonnels, qui ne sert qu'à compléter la forme de la proposition, prend le nom de sujet grammatical ou de sujet apparent; tandis qu'on appelle sujet logique ou sujet réel l'expression servant à désigner l'être qui est réellement l'auteur de l'action. Dans les verbes essentiellement impersonnels, le sujet logique ou réel n'est pas ordinairement exprimé. 

Ex. : Il pleut, il neige, il tonne
Cependant il arrive quelquefois qu'on l'énonce; c'est surtout dans le cas où le verbe impersonnel est employé au figuré. 
Ex. : Il plut du sang.
Beaucoup de verbes intransitifs peuvent être employés à la forme impersonnelle. 
Ex. : Il est arrivé un grand malheur. 
Ici il est le sujet apparent de est arrivé, dont le sujet réel est un grand malheur. Dans il importe que vous obéissiez, le sujet réel est que vous obéissiez.

Quelques formes verbales composées.
Le français, indépendamment des temps de la conjugaison ordinaire, fait usage de quelques formes verbales composées, au moyen des auxiliaires' aller, devoir et venir de, placés devant un infinitif.

Aller, suivi d'un infinitif, exprime un futur prochain. 

Ex. : Je vais partir.
Devoir, suivi d'un infinitif, exprime un futur d'obligation. 
Ex. : Je dois partir.
Venir de, suivi d'un infinitif, exprime un passé récent.
Ex. : Il vient de sortir.
Les verbes faire et laisser devant un infinitif donnent également des formes verbales composées.
Ex. : Faire sortir, laisser passer, etc. 
(P. / L. et F.).
.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008 - 2016. - Reproduction interdite.