.
-

Les Tigres
Le Tigre est, avec le Lion, une des deux grandes espèces du genre Felis (Félidés). Par son squelette, le Tigre diffère très peu du lion, mais, extérieurement; il est facile à distinguer par l'absence de crinière chez le mâle et son pelage d'un beau fauve doré marqué de raies noires interrompues et verticales sur la tête, le corps et la queue où elles forment des anneaux incomplets.

C'est un Carnivore des plus redoutables, bien qu'il ne grimpe pas aux arbres : il guette sa proie à l'affût et l'emporte ou l'entraîne, serrée entre ses mâchoires, quel que soit son poids. En Sibérie, il se nourrit surtout de sangliers; en Inde et la Malaisie, il fait la chasse aux antilopes, aux cerfs, aux buffles et aux jeunes de tous les animaux domestiques. Le paon est un de ses régals favoris. Il ne craint pas de s'attaquer à l'humain lui-même, surtout aux femmes et aux enfants isolés, qu'il vient enlever jusque sur le seuil des habitations. Ou a tué, en Inde, des Tigres ayant jusqu'à 3 m de long, dont 86 cm seulement pour la queue. Certains de ces puissants Carnivores, en vieillissant, prennent l'habitude d'attaquer l'humain, même sans être provoqués, et on les appelle des mangeurs d'homme; ils sont la terreur des districts où ils se sont fixés. Le nom hindi de cet animal est Bagh ou Sher. En captivité, le Tigre vit longtemps et se reproduit; la durée de la gestation est de 100 à 108 jours; le nombre des petits de 2 à 5; les yeux s'ouvrent au bout de peu de jours. On a pu produire des bâtards de tigre et de lion. Les espèces fossiles sont très difficiles à distinguer du Lion. 

Considérations historiques. - Les Anciens n'ont connu le Tigre royal que fort tard : les Grecs ne nous en ont pas dit grand-chose. Néarque, le général d'Alexandre, a vu, à la vérité, une peau de tigre, mais non pas l'animal lui-même, et c'est des Hindous qu'il a appris que le tigre était aussi grand qu'un cheval, et qu'il surpassait tous les autres animaux en vitesse et en force. Strabon fut le premier. qui en donna quelques détails.

Les Romains semblent avoir à peu près complètement ignoré l'existence du tigre, avant l'ère actuelle; mais lorsqu'ils étendirent leurs frontières jusqu'à l'empire des Parthes, ceux-ci leur livrèrent des tigres qui furent conduits à Rome. Pline écrit que Scaurus exhiba. le premier, en l'an 743 de la fondation de Rome, un tigre dompté, enfermé dans une cage. Claudius en posséda quatre. Plus tard on vit plus fréquemment de ces animaux à Rome, et Héliogabale en attela même à son char, pour figurer le dieu Bacchus; Avitus, enfin, dans un spectacle, en fit tuer cinq, ce qu'on n'avait jamais vu auparavant.

Il existe actuellement six sous-espèces de Tigres : le  Tigre royal ou Tigre du Bengale (Panthera tigris tigris), le Tigre de Sibérie (Panthera tigris altaica), le Tigre de Chine du Sud (Panthera tigris amoyensis),  le Tigre d'Indochine (Panthera tigris corbetti), le Tigre de Malaisie (Panthera tigris jacksoni) et le Tigre de Sumatra (Panthera tigris sumatrae). Le Tigre de la Caspienne (Panthera tigris virgata), le Tigre de Bali (Panthera tigris balica) et le Tigre de Java (Panthera tigris sondaica) sont des sous-espèces disparues au cours du XXe siècle.
-
Un Tigre._
 Un Tigre (Panthera tigris). Photo : John et Karen Hollingsworth.

Aujourd'hui fortement menacés d'extinction, les Tigres ne susbsistent que dans quelques îlots sur dispersés sur un immense territoire qui donne une idée de l'étendue de l'aire historique du Tigre.  Si si l'on se reporte seulement quelques décennies en arrière, on constate que l'aire de distribution du Tigre comprend une région dépassant l'Europe en étendue; on rencontre le tigre du 8° degré de latitude sud, au 52° ou 53°. La limite de sa distribution, vers le nord, se trouve au delà du degré de latitude de Berlin, mais il faut se rappeler que le climat de la Sibérie est tout différent et beaucoup plus froid que celui de l'Europe, si heureusement influencé par le Gulf Stream. Le Tigre s'est arrêté, à l'ouest, à la limite méridionale du Caucase occidental; à l'est, à l'Océan Pacifique; au sud, à Java et à Sumatra; au nord, à la Sibérie méridionale, ou au lac Baïkal.

Le Tigre a habité principalement les Indes, d'où il s'élevait à travers le Tibet, la Perse et les steppes qui séparent les Indes, la Chine et la Sibérie, jusqu'au mont Ararat, à l'ouest de l'Arménie. Il dépassait de beaucoup le mont Soliman, situé au sud de Kaboul, et se trouvait partout dans les parties montagneuses et couvertes de forêts de la province de Mazandéran, sur la rive sud de la mer Caspienne. De là, il atteignait les points sud de la mer d'Aral, d'où il se dirigeait vers le nord-est jusqu'au lac de Saïsang; à l'orient, on le trouve depuis le lac Baïkal jusqu'à la Mandchourie, et en Corée. On le rencontrait presque dans toute la Chine, à l'exception des parties supérieures de la Mongolie, ou des plaines arides de l'Afghanistan. Les îles de l'archipel Indonésien en étaient débarrassées, à l'exception de Java et de Sumatra. Quelques tigres égarés, ou dispersés, dépassaient cependant de beaucoup ces limites. On en a trouvé aussi jusque sur la côte occidentale de la mer Caspienne,dans les steppes qui s'étendent entre l'Irtisch et l'Ischim, dans l'Altaï, et même à Irkoutsk, sur les bords de la Léna.

Le Tigre royal

Le Tigre royal est un magnifique délin, au pelage richement orné et coloré. Il est plus haut, plus élancé et plus léger que le lion. Un tigre mâle, adulte, atteint régulièrement de 2,25 m à 2,55 m de longueur totale, le corps mesurant un peu plus de 1 et la queue 73 cm; mais on en a signalé, de très âgés, qui avaient jusqu'à 2,90 m; sa hauteur, au garrot, est de 80 cm.

Le corps du tigre royal est un peu plus allongé et plus tendu que celui du lion; sa tête est un peu plus arrondie; sa queue est longue et ne porte pas de touffe de poils, son pelage, court et lisse, ne s'allonge que sur les joues, où il prend la forme de barbe. La femelle est plus petite que le mâle, et sa barbe est moins forte. Tous les tigres qui habitent les pays occidentaux ont un pelage plus épais et plus long que ceux des contrées basses des Indes.

La robe de cet animal se distingue par la belle disposition de ses couleurs et par le vif contraste du fond rouge-jaunâtre, avec les bandes foncées qui le couvrent. Comme chez tous les autres félidés, la teinte principale est un peu foncée sur le dos, plus claire sur les flancs, et blanche à la partie inférieure, à la face interne des membres, sur l'arrière-train, sur les lèvres et à la partie inférieure des joues. Du dos partent des bandes transversales noires, irrégulières et assez écartées, qui se dirigent obliquement sous la poitrine et sous le ventre, un peu d'avant en arrière. Quelques-unes de ces bandes sont doubles, toutes les autres sont simples et un peu plus foncées. La queue est plus claire que les parties supérieures du corps, elle est aussi caractérisée par des anneaux de couleur foncée. Les moustaches sont blanches, le nez n'est pas tacheté, et l'iris est d'un brun jaunâtre.

Les petits ont les mêmes bandes que les vieux, seulement elles se trouvent sur un fond un peu plus clair. D'ailleurs, là couleur présente souvent des différences chez le Tigre; la teinte fondamentale est plus ou moins foncée; dans certains cas, elle est même blanche, avec des raies latérales nébuleuses.  (AE Brehm / E. Trouessart).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2010. - Reproduction interdite.